mercredi 22 novembre 2017

November 9


Colleen Hoover
Les Editions Hugo et Cie (2017)
sortie originale 2015
340 pages 

Synopsis :
Fallon et Ben se rencontrent par hasard alors que leur vie est en train de changer. La jeune femme est sur le point d'aller s'installer à New York où elle espère poursuivre une carrière d'actrice au théâtre. Ben veut devenir écrivain. Ils se croisent comme des étoiles filantes mais l'intensité de ce qu'ils partagent la pousse à se fixer un rendez-vous annuel, le neuf novembre. Fallon devient alors la source d'inspiration du roman de Ben. Chaque rendez-vous est une mine d'informations pour lui et, pour tous les deux, c'est le moyen de faire le point sur leur vie. Jusqu'au jour, un neuf novembre évidemment, où Fallon se met à douter de ce que Ben lui raconte sur lui-même. Peut-il avoir inventé sa vie comme un roman ? Et pourquoi ferait-il une chose pareille ?

« J’essaie d’avoir l’air cool, de masquer ma nervosité, ou pire, ma jubilation. J’ai lu assez de romans d’amour pour savoir que les filles aiment mieux les garçons un peu distants. J’ai lu ailleurs que ce genre de type était considéré comme mâle dominant ».

Je suis une fan inconditionnelle de l’auteure américaine Colleen Hoover, notamment pour son livre « Jamais plus » qui m’a énormément bouleversée…Du coup, je suis un peu gênée de devoir rendre un avis mitigé pour November 9 qui m’a laissée perplexe à bien des égards durant ma lecture….

Attention, ma note ne peut pas non plus être catastrophique non plus, car mine de rien, la plume de Mrs Hoover est toujours aussi impeccable et addictive et c’est vrai que j’ai dévoré ce livre et que même plusieurs jours après, ma lecture reste encore dans ma tête et me fait réfléchir….Mais voilà, la personnalité des personnages, la manière dont ils conçoivent la vie et traitent leur problèmes, je n’ai pas du tout compris leurs choix dont certains étaient complètement absurdes à mes yeux…



La morale de cette histoire serait  bien, à mon humble avis : Quand on cherche les problèmes, on les trouve…Je suis d’accord qu’il faut certains obstacles et péripéties dans un roman, sinon, cela devient vite ennuyeux, mais tout de même au niveau de cette histoire, j’ai vraiment trouvé que les personnages faisaient tout pour se mettre dans des situations plus que merdiques !

Comme souvent dans les romans New adult, et à fortiori, ceux de Colleen Hoover, ce livre est écrit à la première personne du singulier avec des chapitres alternant le point de vue de Fallon, notre héroïne, et ceux de Ben, le héros.

La particularité du récit, qui en fait aussi toute son originalité, c’est que nous suivons les personnages toujours à la même date dans l’année, à savoir le 9 novembre (comme le titre du livre nous l’indique) et cela durant 5 années, voire plus….Et que ces deux personnages ne se voient pas du tout du reste de l’année….Le concept est spécial et au fur et à mesure de ma lecture, je me suis rendue compte que je n’y adhérais pas du tout et à la limite, cela me stressait énormément aux moments où nos héros devaient se séparer pour se retrouver un an plus tard….Comment peut-on accepter cela quand on aime la personne ?

Je suis d’accord qu’il y a des gens qui vivent très bien un amour à distance mais souvent, c’est par obligations professionnelles etc…Alors que dans ce livre, clairement, nos deux héros ne sont pas obligés de faire ça mais ils se l’imposent ! Pourquoi ?! C’est du masochisme ! Oui, c’est ça ! C’est du masochisme et ce livre, pour moi, pourrait être catégorisée dans le genre dark romance, non pas à cause de violences physiques mais à cause de cette manière dont l’héroïne aime avoir mal dans son cœur, provoquer des drames et ensuite pleurer sur les conséquences (qu’elle a bien cherchées !!!!).

Bon allez, je ne vais pas commencer ici dans mon paragraphe de présentation générale du bouquin à indiquer tout ce qui ne m’a pas plu dans le livre ! Je me calme…Hum, je respire un grand coup….Zen, Stéphanie, Zen…..Oui, vous constatez ici que ma lecture m’a mise dans tous mes états !....Comme souvent avec les œuvres de Colleen Hoover, mais ici, ce n’est pas dans le bon sens, malheureusement….

Ce que j’ai aimé dans ce livre :
1#-L’histoire addictive : C’est le gros point positif du livre évidemment ! La manière d’écrire de Colleen Hoover est tellement incroyable ! Impossible de sortir la tête du livre une fois qu’on y a plongé ! Même si, dans mon cas personnel, certains personnages m’ont clairement gonflée – notamment Fallon, l’héroïne - j’étais obligée de terminer mon livre le plus vite possible, pour connaître le fin mot de l’histoire ! Alors oui, mon avis général de November 9 pourrait vous faire croire que ce livre est à déconseiller, hors, ce n’est pas du tout le cas ! Je conseille au contraire à tout le monde de le lire car il fait réfléchir, mine de rien….Colleen Hoover arrive toujours à nous retourner le cerveau et pour ma part, je garde souvent en tête ses romans durant plusieurs jours après les avoir achevés (et pour Jamais plus, ça a même été plusieurs semaines ! j’y pense même encore de temps en temps, alors que cela fait plusieurs mois que je l’ai lu !...).



2#-Le 9 novembre : Je le mets dans les détails qui me plaisent même si cela concerne plus ma vie à moi que quelque chose en rapport au livre de Colleen Hoover mais je dois dire que c’est la première fois que je lis un livre à la date exacte où l’histoire est censée se dérouler ! En effet, j’ai lu ce bouquin entre le 8 et le 10 novembre ! C’est marrant ! Et puis, le 9 novembre est une date importante pour moi puisque c’est le jour de l’anniversaire de ma mère ! (et celui de la mort du Général de Gaulle, d’Yves Montand et de la chute du mur de Berlin, mais ça, c’est juste pour info….Informations que je connais évidemment depuis des années puisqu’elles font échos à l’anniversaire de ma mère !).

3#-Le coucou de Tate et Miles, les héros de Ugly love : Allons bon, à partir du moment où l’on apprend que Ben a un grand frère, Ian, pilote d’avion, j’ai tout de suite pensé à Ugly love, une autre œuvre coup de cœur de l’auteure….Ensuite, quand on voit débarquer Tate, enceinte jusqu’aux yeux (tant mieux pour elle) et son Miles, plus de doutes (car évidemment, je ne me souvenais plus de Ian, qui n’était qu’un personnage secondaire !). Cela fait plaisir de les voir ici dans l’histoire et de savoir que leur vie continue avec un bonheur à venir mais en même temps, je me demande ce que leur apparition rapide apporte à l’histoire et si c’est vraiment crédible de les voir si attachés à la famille de Ian, et donc de Ben, son petit frère….Ca y est, je recommence à critiquer…faut que j’arrête !

4#-La personnalité de Ben : Si je n’ai pas du tout aimé Fallon que j’ai trouvée totalement puérile dans sa manière d’envisager une histoire d’amour, en tout cas, j’ai adoré Ben, le héros de notre histoire ! Certes, il a lui aussi des blessures cachées, des secrets, mais durant les ¾ du livre, je l’ai vraiment beaucoup apprécié ! J’étais généralement de son côté à lui, quand il y avait un conflit entre nos deux héros, même si je n’ai pas trop compris son choix de se « confesser » dans son livre au point que cela aurait pu très mal se passer pour lui, finalement….Attention zone spoilers ! Cliquez sur le mulot et passez le texte en surbrillance ! Et oui, Fallon aurait pu le dénoncer à la police pour avoir foutu le feu chez elle – même si c’était un accident et qu’il avait des circonstances atténuantes…..Encore que, s’il devait vraiment en vouloir à quelqu’un à mort, c’est à sa mère…. 

Ce que je n’ai pas aimé dans ce livre :
1#-La personnalité de Fallon : Ouh la la ! Cela commence mal quand on n’aime pas l’héroïne du bouquin ! Pour ma part, je dois dire qu’elle m’a souvent tapé sur les nerfs. J’avoue, je n’ai pas compris son insistance pour ne rencontrer Ben qu’une fois par an et cela jusqu’à leurs 23 ans (ils en ont 18 au moment de leur rencontre), tout cela parce que sa mère lui a recommandé de « vivre pour elle » et de faire ses expériences durant ces 5 années de jeune femme afin de ne pas « regretter » ensuite, quand elle trouvera l’amour (et sera emprisonnée par l’homme de sa vie ?...Drôle de manière de concevoir la vie de couple….). Qu’est-ce que c’est que ce conseil de merde ?!!!!! Et surtout, pourquoi Fallon y tient autant alors que sa mère est totalement absente de l’histoire (sauf un passage éclair vers la fin du bouquin) et du coup, on ne peut pas vraiment dire qu’elle ait une influence primordiale dans sa vie !!!! Même si j’ai apprécié le fait que Fallon soit une grande lectrice de romances, son côté absolutiste et sa manière de comparer sa vie amoureuse avec celle des héroïnes de ses bouquins, cela m’a beaucoup perturbée ! Très franchement, et ce n’est que mon opinion, pour moi Fallon s’est comportée comme certains ados qui copient les scènes pornos qu’ils voient sur internet et qui en font leur référence dans une relation « amoureuse » avec une fille….Là, point de porno, évidemment, mais Fallon a des idées bien préconçues pour la manière dont doit se dérouler ses baisers (elle les note ! putain, elle les note sur 10 !!!) ou la perte de sa virginité….C’est quoi cette mentalité de gamine ! Du coup, durant plusieurs moments du récit, au fur et à mesure où les années avancent, je me suis vraiment demandée si Fallon était vraiment amoureuse de Ben, ressentait quelque chose pour lui ou si c’était juste l’idée d’être amoureuse, d’être « amoureuse de l’amour » qui l’intéressait ?.....Parce que quand on aime vraiment quelqu’un, désolée, mais on ne fait pas ce qu’elle a fait, notamment au troisième 9 novembre….Attention zone spoilers ! Cliquez sur le mulot et passez le texte en surbrillance !  « le coup de canif dans le contrat », putain de bordel de merde, cela m’a totalement achevée ! Mais quelle conne !!!!!! Ben vient de perdre son frère, sa belle-sœur est enceinte, Fallon vient « surprendre » Ben chez lui, ils font l’amour pour la première fois et se promettent de débuter vraiment une relation sans attendre une année supplémentaire pour se revoir…..Et finalement, tout cela parce qu’elle discute 2 minutes avec la belle-sœur de Ben, Jordyn, notre héroïne change d’avis et décide de partir comme une voleuse ! Et ensuite, elle parle de ce moment avec Ben comme un coup de canif dans le contrat …..OH LA LA ! Je n’y crois pas ! Comme Ben a dû souffrir ! Cette imbécile de Fallon voulait lui laisser la « liberté » de terminer son bouquin, mais elle est vraiment conne ou quoi ?!!!!! Ben venait juste de perdre son frère, il allait devoir soutenir sa belle-sœur enceinte, il vient juste de se faire « abandonner » purement et simplement par Fallon et elle pensait vraiment qu’il allait avoir la tête à écrire ?!!!!!! C’est inconcevable pour moi cette manière de penser ! Vu que je suis hyper-sensible et « cerveau droit », putain, mais quand j’ai des problèmes ça tourne en rond dans ma tête et je n’ai pas du tout le cœur à « m’amuser » et encore moins à « réfléchir » alors je comprends totalement que Ben ait arrêté d’écrire son livre durant cette année-là, surtout qu’il avait d’autres chats à fouetter et notamment servir de père de substitution au futur bébé de son frère décédé !!!!! Du coup, quand Fallon et Ben se retrouve le quatrième 9 novembre, et que Ben arrive avec son neveu, et qu’il apprend à la jeune femme qu’il s’est rapproché de sa belle-sœur, mais c’était couru d’avance ! ET BIEN FAIT POUR TA GUEULE FALLON !!!!!!!!!!!!!!!!! Oui, je suis énervée ! Mais franchement, cette fille est vraiment conne de chez connes ! Elle ne sait donc pas que les hommes ont une autre façon de penser que les femmes, et que surtout les sous-entendus non verbaux leur passe au-dessus de la tête ?....Quand je pense que l’année suivant de sa « fuite en avant » elle se justifie auprès de Ben en disant qu’elle a sacrifié leur amour pour qu’il continue son rêve d’écrivain….Mais elle est vraiment pas bien dans sa tête celle-là ! Ca pour provoquer des mélodrames, elle est championne ! 

« Malgré tout, je trouve rigolo qu’elle estime encore qu’il existe un âge magique où une femme finit par réaliser ses rêves. Je dois pourtant reconnaître qu’elle est l’auteure d’une de mes citations préférées : « Tu ne trouveras jamais ta voie si tu te laisses guider par quelqu’un d’autre. » Ma mère n’est pas célèbre. Elle n’a pas poursuivi de carrière extraordinaire. Elle n’a même pas épousé l’amour de sa vie. Mais elle a toujours… Raison. Et c’est pourquoi, jusqu’à preuve du contraire, j’écouterai tout ce qu’elle me dira, que ça me paraisse absurde ou non. Jamais elle ne m’a donné de mauvais conseils ; aussi, bien que Benton James Kessler semble carrément sorti d’une de ces romances que j’empile sur l’étagère de ma chambre, il n’a pas la moindre chance de me voir le suivre, du moins pour les cinq années à venir ».

« Fallon, quand on trouve l’amour, on le garde. On le saisit à deux mains et on fait tout ce qui est en son pouvoir pour ne pas le laisser vous échapper. Tu ne peux pas t’éclipser comme ça et laisser encore les choses traîner jusqu’à ce que tu te sentes prête. J’ignore d’où ça m’est venu. Jamais je ne m’étais fichu en colère contre elle jusque-là, mais maintenant, ça fait trop mal. Quand je pense à ce qui s’est passé entre nous tout à l’heure… et voilà que tout d’un coup madame décide que ça ne signifie rien pour elle… Que je ne signifie rien pour elle. Les yeux écarquillés, elle me regarde passer par toute une série d’émotions. Je n’ai connu que ça, cette semaine. De la mort de Kyle à l’obligation d’appeler Fallon hier matin, de sa présence sur le seuil de ma porte à ma crise de nerfs devant elle dans mon lit, jusqu’à ce qu’on fasse l’amour… Si je devais en tirer un graphique, il aurait tout d’un tsunami. Elle jette un coup d’œil vers le chauffeur, comme si elle était sur le point de changer d’avis. Je me rapproche, lui pose les mains sur les épaules pour l’obliger à retourner son attention sur moi.
– Ne t’éclipse pas comme ça. Dans un soupir, elle secoue la tête. 
– Ben, je ne m’éclipse pas. Je ne prends aucune initiative par rapport à nos décisions. C’est moi qui m’en tiens à ce qu’on a dit. On s’était mis d’accord pour cinq ans. Et, oui, on a mis un petit coup de canif dans le contrat, tout à l’heure, quand on a failli changer d’avis et… Je l’interromps :
– Un coup de canif dans le contrat ? Tu appelles notre décision de vivre ensemble un… coup de canif ? »

« Je ne voulais pas qu’elle l’apprenne ainsi. J’allais le lui annoncer, très vite, j’attendais juste le bon moment. Cela dit, je n’aurais pas cru la voir réagir avec une telle consternation à la nouvelle que je sortais avec Jordyn. En fait, je m’attendais presque qu’elle s’en réjouisse pour moi. Et voilà que c’est tout le contraire. Pourquoi montre-t-elle un tel désespoir alors que l’année dernière elle m’avait clairement laissé entendre que rien ne comptait davantage pour elle que l’arrangement que nous avions conclu ? À sa réaction présente, il semble pourtant évident qu’elle y attache beaucoup d’importance. Depuis le début. Mais, je ne sais pour quelle raison, elle a refusé de rester avec moi quand j’avais le plus besoin d’elle. J’essaie de me ressaisir, d’autant que j’ai Oliver avec moi, mais, si je me laissais aller, je tomberais à genoux pour la supplier ».

« – Il y a deux ans… quand on a fait l’amour… je t’ai tout donné. Mon cœur et mon âme. Pourtant, le matin suivant, tu as préféré t’en aller encore pour un an, sans qu’on puisse se revoir entre-temps, et je n’ai pas compris ce qui m’arrivait. Tu ne ressentais donc rien, alors que moi j’étais tellement bouleversé. J’en ai souffert comme un chien, Fallon. Tu es partie, j’étais furieux, et je ne te dis pas les mois horribles que j’ai passés ensuite. Non seulement j’étais en deuil de Kyle, mais je ne pouvais supporter ton absence. Je regarde droit devant moi, parce que je ne veux pas voir l’effet que produisent mes paroles sur elle. – Quand Oliver est né, je me suis senti heureux pour la première fois depuis que tu t’étais pointée à ma porte sans crier gare. Et j’ai enfin vu Jordyn sourire depuis la mort de Kyle. Alors on a passé chaque minute des mois suivants ensemble avec le bébé. Car il représentait la seule lumière dans notre vie. Et, quand deux personnes en aiment une troisième autant que nous l’aimons, ça crée un lien que je ne saurais même pas t’expliquer. À eux deux, ils ont rempli les énormes vides que Kyle et toi aviez laissés dans mon cœur. Et je suppose que, dans un sens, j’ai rempli le vide que Kyle avait laissé dans le cœur de Jordyn. Finalement, est arrivé ce qui devait arriver, je ne sais pas qui a commencé. Mais c’est arrivé et je n’ai pas entendu une voix me souffler que je pourrais le regretter un jour ».

2#-Les contraintes de leur promesse : Attention zone spoilers ! Cliquez sur le mulot et passez le texte en surbrillance ! Ils se créaient des règles complètement débiles ! Après leur nuit d’amour, Fallon dit qu’elle ne pourra jamais revenir en arrière, que c’est merveilleux et que ça va être dur de repartir à new york…..Mais bon, sang, pourquoi elle ne reste pas à Los Angeles ! Elle fait des doublages de voix, elle gagne sa vie et pourrait rester à Los Angeles ! Est-ce que sa pseudo carrière d’actrice à Broadway est plus importante que l’amour ?!!!!!! Je ne comprends pas ce point de vue ! Après, je sais que les personnages sont jeunes (et égocentriques comme c’est souvent le cas à cet âge-là) mais je peux vous dire qu’à partir du moment où tu te mets en couple, tu as des enfants, obligatoirement, tu es obligé de faire des concessions ! Tout ne tourne pas autour de sa petite personne ! Alors se séparer pour vivre des « expériences » chacun de leur côté, quel intérêt, franchement ?!!!!! Et s’éloigner géographiquement comme cela, alors que Fallon a clairement rien à faire à New York, c’est vraiment con ! (et le plus con, c’est qu’ensuite, Fallon es revenue dans le plus grand secret à Los Angeles et a passé une année entière sans chercher à contacter Ben et mettre les choses au clair avec lui…..Quel genre de personne normalement constitué psychologiquement pourrait faire cela ?...Oui, tu peux faire ça avec un « ami » dont tu te fous mais pas vis-à-vis de la personne dont tu es censé être tombé amoureux !.....Donc, là, on en revient toujours à ma question : Est-ce que Fallon aimait vraiment Ben ou c’était simplement l’idée de cette romance atypique et ces promesses à deux balles – bonnes pour un scénario de film – qui la faisait triper ?....

3#-Le côté surréaliste du rendez-vous annuel et du silence radio tout le reste de l’année : Si ce concept pouvait marcher pour leur première année de retrouvailles, à 19 ans, je dois dire que je suis perplexe pour les autres années….En effet, Fallon et Ben viennent juste de se rencontrer ce fameux premier 9 novembre et vu que la jeune fille de 18 ans à ce moment-là doit quitter Los Angeles le soir même pour s’installer à New York, cette idée de rendez-vous annuel était un peu comme un jeu, une promesse chimérique….Mais à partir du moment où leur attachement s’est fait plus profond, notamment Ben, qui était réellement amoureux d’elle, au fur et à mesure de leurs retrouvailles, pourquoi garder ce silence durant les 364 jours suivants ?

4#-Clin d’œil aux lecteurs et lectrices : C’est à double tranchant car même si j’ai apprécié de voir que Fallon était une fan de romances (comme moi) et qu’elle utilisait même les termes techniques des bloggeurs et booktubeurs, avec la fameuse Pile à Lire, ou les « mâles alpha », il n’empêche qu’avec le recul je me demande si ce n’est pas juste un peu de fan service que nous sert ici l’auteure afin de nous avoir dans la poche ?....Bon, je vais lui laisser le bénéfice du doute et me dire que c’est plus un clin d’œil que du léchage de bottes….

« – Surtout n’arrête pas. J’en veux encore, Ben. Tu préfères les eBooks ou… Du bout de l’index, je descends lentement le long de son torse. 
– … ou les volumes à reliure rigide ? L’air béat, il croise les mains sous sa tête. 
– Ah oui, surtout les volumes rigides. Et je ne suis pas sûr que tu puisses entendre ça, mais… j’ai ma propre PAL. Tu devrais la voir, Fallon. Elle est énorme. Je laisse échapper un gémissement, sans pouvoir prétendre qu’il est feint. 
– Je sais aussi maintenant ce qui rend un baiser digne d’un roman, ajoute-t-il. Alors tiens-toi prête. Quand il se hisse sur un coude, il a perdu son sourire. 
– Sérieux. Cette attraction féminine envers le mâle dominant me déroute un peu, parce que je n’ai rien à voir avec les héros de ces romans. Tu es dix fois mieux. 
– Je ne ferai jamais de moto, je ne me battrai jamais contre un autre type pour le plaisir. Et, même si j’ai passé l’année à rêver de faire l’amour avec toi, je ne me vois pas te dire un jour : « Tu m’appartiens ». Et puis j’ai toujours rêvé d’avoir un tatouage, mais petit, parce que je ne supporterai pas longtemps la douleur. En plus, les bouquins étaient intéressants mais je ne me sentais vraiment pas à la hauteur. Il faut toujours qu’il plaisante. 
– Ben, tous les héros de ces livres ne sont pas comme ça. 
– N’empêche que tu aimes les mauvais garçons, si tu passes ton temps à lire des romans sur eux. 
– Non, c’est faux. J’aime bien ces bouquins parce qu’ils n’ont rien à voir avec la vie que je mène. Et tant mieux. Mais ça me change les idées. Autant j’aime lire une scène où un mec trouve une fille si… si moite pour lui, autant si quelqu’un me disait ça en faisant l’amour, ça me couperait tous mes élans. Il se met à rire. 
– Et si en faisant l’amour avec moi tu me disais que je t’appartiens, je retournerais m’habiller illico et je ficherais le camp pour aller vomir dehors. Ce n’est pas parce que j’aime lire ça dans des livres que j’ai envie de le vivre. 
– Bon, alors je peux te garder ? Dommage qu’il ne fasse que plaisanter. 
– Je suis à toi pour les cinq prochaines heures ».
  
5#-L’incohérence du comportement des mères des héros : Que ce soit pour la mère de Fallon ou celle de Ben, je n’ai pas du tout compris leur réaction ! Etant moi-même maman de deux enfants, je sais de quoi je parle et en tout cas, croyez-moi, je n’aurais jamais agi comme elles l’ont fait toutes les deux !!!!!! D’abord pour la mère de Ben Attention zone spoilers ! Cliquez sur le mulot et passez le texte en surbrillance ! C’est quoi cette femme qui croit que le fait qu’un de ses enfants trouve son corps après son suicide avec arme à feu serait moins traumatisant que de leur apprendre qu’elle était atteinte d’un cancer et qu’elle allait mourir ?!!!!!!!!!!!!!!! Putain !!!!!!!!!!!!!!! S’est-elle mis une seule fois à la place de Ben – car en plus, elle l’a écrit dans son message, elle savait que c’était lui, à seulement 14 ans – qui allait découvrir son corps avec la cervelle en bouillie – franchement, je n’ai pas compris cette façon de penser ! Alors ok, je sais que le système de santé est différent aux Etats-Unis et qu’ils risquaient de perdre toutes leurs économies dans les soins pour son cancer mais décider de se faire sauter la cervelle pour que ses fils puissent garder leur « belle maison », putain de bordel de merde !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! Tous les américains pensent-ils comme cela ? L’argent passe avant tout, vraiment ? Pour la mère de Fallon, c’est le passage où elle tombe sur le livre écrit par Ben et qu’elle demande à sa fille de le lire en entier (car celle-ci rechignait à le lire…Encore une fois, je ne comprends pas sa réaction ! Elle fait des longues pauses entre chaque chapitre, prend sa douche etc….Moi, à sa place, je me serai précipitée sur le livre et je l’aurais lu en entier pour savoir pourquoi l’homme dont je suis amoureuse s’accuse d’un tel crime, et pourquoi il a fait cela !!!!)….Bref, pour en revenir à la mère de Fallon, si je lis dans un livre que son auteur avoue son crime, qui a failli tuer sa propre enfant, je ne sais pas, moi, j’irai peut-être demander des explications plus approfondies à ma fille ou j’irais à la police…..Je dis ça, je ne dis rien….Mais en tout cas, je n’encouragerai pas forcément ma fille à continuer à lire pour trouver des excuses à celui qui lui a brûlé la moitié de son corps !!!

6#-la propension de Ben à vouloir s’imposer des contraintes : Attention zone spoilers ! Cliquez sur le mulot et passez le texte en surbrillance ! Si Fallon est une vraie chieuse avec son histoire de « 5 ans de libertés et d’expérience avant de tomber amoureuse », je dois dire que Ben m’a aussi fait lever les yeux au ciel plusieurs fois et notamment sur deux éléments précis. Tout d’abord le fait qu’il s’impose lui-même d’élever son neveu, car soit-disant, Oliver ne connaît que lui depuis sa naissance comme « père »…Il va même jusqu’à dire à Fallon, quand enfin, ils s’avouent leur amours à la fin du bouquin, après tous leurs drames, qu’il faudra que la jeune femme accepte la présence d’Oliver et qu’ils devront aller accompagner le gamin à son sport etc….Mouais….Mais non ! C’est totalement débile ! Déjà parce que un, Jordyn, sa belle-sœur et (ex-« amante ») pourrait refaire sa vie rapidement et du coup, son nouveau compagnon prendrait la place du père, et ensuite, parce que Ben s’impose cela en pensant à Oliver…Mais le gamin a 2 ans à la fin du livre ! Vous croyez vraiment qu’il va se rappeler, un fois plus âgé, que son oncle lui a servi de père durant les premiers mois de sa vie et que ça justifie qu’il y reste en tant que « père »…..C’est absurde ! En quoi le fait de s’occuper d’Oliver sous le statut d’Oncle (ou même parrain, pourquoi pas ?) serait moins valorisant qu’en tant que « père » surtout que le vrai père, c’est le frère de Ben ! Ne l’oublions pas ! Même s’il est mort avant la naissance de son fils, je pense que Ben n’a pas à s’imposer ainsi dans sa vie ! (et je ne vous dis pas l’ambiance aux repas de famille quand Jordyn et Fallon seront réunies à table…..)…..Bref, là, Ben, tu déconnes totalement ! Le deuxième élément absurde de contraintes de Ben, c’est la confession de son « crime » dans son livre…A quel moment a-t-il cru que Fallon n’allait pas mal le prendre ?.....Quand je pense que dès leur rencontre, il lui a dit qu’il lui ferait lire le livre ! Alors certes, Fallon l’a appris par hasard en lisant les pages cachées dans la chambre de Ben, et du coup, cela a encore créé du drama (ça n’a pas arrêté dans ce livre ! A croire que les personnages sont VRAIMENT masochistes ! La scène où Fallon s’enfuit dans le taxi et lui lance les pages qu’il essaye de lui glisser par la vitre et qu’elle le voit ensuite tomber à genoux de désespoir sur le trottoir, c’est clair que ça fait son petit effet….Mais était-ce vraiment nécessaire ?.....

Pour conclure, Aux vues de tous les éléments négatifs que j’ai mis dans ma chronique, vous pourriez croire que je vous déconseille ce livre hors, ce n’est pas du tout  le cas ! Je conseille au contraire à tout le monde de le lire, car vous ne ressortirez sans doute pas neutre de ce roman. Soit on le déteste, soit on l’adore ! Personnellement, j’ai adoré le détester car la plume de Colleen Hoover est géniale et je reste encore hantée par ce qu’elle a fait subir à ses personnages…..Tout en me disant aussi que bien des drames auraient pu être évités dans ce livre si chacun avait agi intelligemment et en communiquant sincèrement avec les autres….J’ai rarement lu une histoire où les héros font les pires choix et gardent une ligne de conduite totalement absurde et s’imposent des contraintes dont ils pourraient si facilement se libérer ! Comme un effet domino, les actions des uns, faits plusieurs années auparavant se répercutent sur les autres bien des années plus tard…Il y a beaucoup de souffrance dans ce livre et je tire mon chapeau à Ben, le héros principal, qui est resté quand même accroché à son amour pour l’héroïne même quand tout le poussait dans une autre direction….Je vous avoue que ce livre m’a chamboulée car la manière de penser des personnages va à l’encontre de mes propres valeurs et de mon mode de pensée….Je suis pourtant une sacrée experte en romances mais sur ce coup-là, l’histoire entre Fallon et Ben ne fait pas du tout rêver ! Ou alors, il faut aimer le masochisme, au niveau psychologique, en tout cas…..Alors oui, même si je n’ai pas aimé la manière dont les personnages sont se comportés dans le livre, je vous conseille totalement la lecture de November 9 car il prend vraiment aux tripes ! Et cela fait plusieurs jours que j’ai terminé mon livre et je pense encore aux personnages et à leurs choix désastreux qui ont vraiment totalement compliqué leur histoire d’amour….A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire, certes, c’est vrai, mais dans November 9, les personnages ont poussé ce dicton un peu trop loin….Lisez-le, vous verrez bien !

Si vous avez aimé ce livre, vous aimerez peut-être aussi :

  

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire