vendredi 11 novembre 2016

Je communique avec les défunts

Alain-Joseph Bellet
Les Editions Presse du Châtelet 2012
300 pages

Synopsis :
Confronté depuis l'âge de six ans à des phénomènes paranormaux, Alain Joseph Bellet raconte dans ce récit autobiographique la naissance et l'évolution de ses facultés médiumniques, mais aussi ses difficultés à les accepter et à les partager. Une histoire jalonnée d'événements extraordinaires, qui semblent attester de l'existence d'un au-delà. Manifestations, révélations, perceptions ont orienté et guidé son existence. Au fil des années, Alain Joseph Bellet est parvenu à reconnaître ce don comme une chance qu'il met au service de ceux qui souffrent de la perte d'un être cher. « Je me fonde sur les contacts et messages de l'au-delà que je reçois pour vous dire que nos chers disparus nous parlent bien souvent de « la relation à l'autre » et des regrets qu'ils ont de ne pas avoir été dans l'Amour Inconditionnel. », dit-il. En consultation comme lors de ses conférences, il montre qu'il communique avec les défunts et peut ainsi transmettre à leurs proches de précieux messages.

Et oui, je chronique une nouvelle fois un livre qui parle de médiums et de l’au-delà ! Si vous ne l’aviez pas compris, le sujet du paranormal m’intéresse énormément ! Pas forcément pour me faire peur ou pour avoir du sensationnalisme avec les histoires racoleuses de hantise de maisons ou de gens possédés par un quelconque démon…Non, ce qui m’intéresse beaucoup c’est cette grande question : Que se passe-t-il après notre mort ? Existe-t-il un paradis, un enfer ?.....J’ai, certes, déjà ma petite idée à propos de tout cela (à force de recherches sur internet, de visionnages de séances avec des médiums, des reportages sur Allan Kardec, Chico Xavier etc)….Mais il est toujours intéressant de se plonger dans des livres concernant le témoignage d’un médium et de son expérience personnelle. Car en fait, si vous vous intéressez un peu à ce sujet, vous avez dû remarquer qu’il existe une multitude de manières de « devenir » médium et également de percevoir les messages de l’au-delà (clairaudience, clairvoyance etc…)….

"De nombreuses personnes sont fâchées avec Dieu pour différentes raisons. Elles estiment, par exemple, que si Dieu existait, la question du Mal serait résolue. Or, derrière chaque épreuve, derrière chaque expérience de vie se cache l’évolution spirituelle à titre individuel ou collectif. D’autres sont convaincus que la mort physique est une fin définitive. Dans le doute, ils voudraient croire à une autre existence mais leur côté cartésien prend le dessus en donnant raison au néant. Ceux qui ont la foi et la certitude d’un autre monde cherchent dès à présent à évoluer et à découvrir le véritable sens de la vie.   Quand une personne perd un être cher, elle espère que l’être aimé continuera à vivre dans un autre monde. Sans cette certitude, la douleur est intense. Mais la foi peut ressurgir à ce moment et aider au travail de deuil".

"Nous disposons tous de plusieurs vies, et nous revenons sur terre pour évoluer sur le plan spirituel. Cela ne peut se faire sans souffrance. Avant de revenir sur terre, accompagné de notre guide spirituel, nous choisissons les grandes lignes de notre vie terrestre pour comprendre et grandir, vivre des expériences, en nous rappelant que nous ne formons qu’un avec Dieu. Peu importent nos croyances ou nos religions, la vérité ultime est le message suivant : nous devons nous aimer les uns les autres ; nous devons trouver chez l’autre la parcelle de Dieu qui est en lui.   Faire un travail sur soi, c’est apprendre".

Dans Je communique avec les défunts, nous avons ici le témoignage d’un français, Alain Joseph Bellet, qui est toujours en activité au moment où je vous écris ma chronique. Il est né en Bretagne dans les années 60 et le moins que l’on puisse dire c’est qu’il n’a pas eu une enfance facile, en tout cas, quand son père n’était pas parti en mer et avait un peu trop forcé sur la boisson et tapait sur sa mère...Pour surmonter ces drames familiaux (et on apprendra que les enfances respectives de ses parents ont également été tragiques….Ce que n’excuse en rien le comportement de son père, vous me direz !), Alain Joseph pourra néanmoins compter sur le soutien de sa mère, de sa sœur mais aussi surtout de sa chère grand-mère, qui l’aimera par-delà la mort, il le découvrira plus tard, une fois devenu adulte….

Ce que j’ai aimé dans ce livre :
1#-C’est l’histoire d’un mec : Oui, pour paraphraser Coluche, c’est l’histoire d’un mec qui va devoir subir énormément d’épreuves - certaines vraiment très douloureuses - pour enfin arriver à vivre sa vie telle qu’il l’entend. En plus de son enfance difficile auprès d’un père qui ne l’aimait pas, il y a aussi sa vie de jeune adulte, la découverte de son attirance vis-à-vis des autres garçons. Suite à ça, il y aura le rejet encore plus violent de son père (si vivre son homosexualité est maintenant un peu plus facile à notre époque – encore que, c’est certainement plus facile à vivre à Paris qu’au milieu d’un petit village de 50 habitants….Sans parler des pays où les homosexuels sont purement et simplement annihilés…). Malgré toutes ses épreuves de la vie « terrestre », Alain Joseph doit aussi subir les « trucs bizarres » qui se passent sous ses yeux…Cela va du défunt qui veut entrer en contact avec lui aux visions qu’il pourra avoir de son compagnon le trompant avec un autre….Et oui, développer des dons médiumniques et de clairvoyance peut être à double tranchant et il y a parfois certaines choses que l’on souhaiterait ignorer….Une fois lancée dans l’histoire bouleversante de cet homme, j’ai eu du mal à lâcher mon livre. Même si vous ne croyez pas forcément en tout ce qui concerne l’au-delà (cela dit, pourquoi lisez-vous cette chronique si c’est le cas ?), il y a tout le côté humain de ce témoignage qui vaut vraiment le coup !

2#-Les exemples de contacts avec l’au-delà : J’ai été captivée par les quelques expériences choisies d’être relatées par Alain Joseph dans son livre. Certaines m’ont fait frissonner, d’autre m’ont fait chaud au cœur. En tout cas, une chose est sûre, être médium, ce n’est pas simple et les morts ne connaissent pas les 35 heures et les week-ends…C’est une activité à temps plein, et à plein temps ! Après, bien évidemment, les médiums aguerris savent se mettre des « barrières » pour éviter d’être constamment « sollicité » par l’au-delà….Mais tout cela s'apprend et ne se fait pas en un jour....En tout cas, j’ai trouvé les propos d’Alain Joseph Bellet à propos des différents comportements des défunts très pertinents et évidemment, concordants avec les dires d’autres médiums….Ce livre est vraiment très riche d’enseignements….Encore faut-il bien vouloir les entendre et les accepter !!!….Toujours avec son propre juge arbitre, bien entendu !!!….Et en ce qui concerne les « clients » des médiums, l’auteur nous cite des exemples vraiment incroyables. Il y a bien sûr les gens sincères qui cherchent à entrer en contact avec leur proche défunt pour s’assurer qu’il va « toujours bien », mais il y a aussi les petits malins qui souhaitent entrer en contact avec tonton René pour savoir où il a caché son magot avant sa mort…..Voilà ce que j’en pense : Il faut savoir une chose, ne cherchez pas à connaître les chiffres gagnants du loto et pourquoi il y a autant de guerres ou de malheurs sur la Terre….Si certaines vérités et certains faits nous sont cachés ou bien parfois à demi-dévoilés par les défunts ou les guides spirituels sous des phrases et formules énigmatiques, c’est qu’il y a une raison à tout cela…Evidemment, toutes ces questions existentielles que l’on croit essentielles pour notre bien-être (l’argent fait-il le bonheur ?) sont bien tentantes dans le monde ultra-connecté dans lequel nous vivons où nous voulons avoir une réponse là, tout de suite, immédiatement, d’un clic que sur le smartphone….Mais non, de l’autre côté, ils ne sont pas forcément enclins à donner toutes les clés du savoir aux humains et à juste titre !!!….Le savoir, c’est le pouvoir….Et l’histoire de l’humanité ne parle pas en notre faveur en ce qui concerne le pouvoir qui a pu être mis dans les mains de certains….Cela a toujours mal fini….

"Je pouvais voir les esprits, les décrire, mais je pouvais aussi les entendre ainsi que leurs manifestations. Dès qu’ils se présentaient, je ressentais leur énergie jusque dans mon corps et je pouvais ainsi connaître ce que l’on appelle l’incorporation. Ils me faisaient également ressentir leur personnalité dans leurs manières de me parler et me transmettaient les émotions liées à leur départ. Chaque contact médiumnique me laisse bien souvent dans un état de fatigue intense.   De la même façon, si je me trouve sur un lieu historique, il m’est possible de voir les scènes du passé, du fait des vibrations qui continuent de se dégager de cet endroit. C’est comme un film qui se déroule sous mes yeux. Par ailleurs, l’information qui m’est transmise peut concerner des visions du futur autant que du passé".

"Nous nous retrouvons sur le plan vibratoire qui correspond à notre degré d’évolution spirituelle et nous pouvons, si nous le désirons, nous regrouper par affinités, en gardant nos aspirations terrestres, et ainsi travailler ensemble à notre évolution. Entre chaque plan vibratoire, l’esprit peut encore évoluer, aller vers la connaissance pour s’améliorer. Il peut aussi choisir de revenir sur terre afin de réintégrer la matière pour faire de nouvelles expériences. Allan Kardec, le célèbre médium, avait bien analysé le processus de la réincarnation. Sur sa tombe, il est écrit en lettres majuscules : « Naître, mourir, renaître encore et progresser sans cesse, telle est la loi".

"Enfin, n’oublions pas les âmes qui refusent de quitter leurs proches, surtout quand ceux-ci vont mal. Elles choisissent de rester dans un plan vibratoire proche de la terre, retardant ainsi leur évolution vers le repos puis vers leur lieu de destination. Souvent, l’esprit, dans un contact médiumnique, après s’être fait reconnaître, demande à l’être aimé de ne plus pleurer, car cette souffrance lui est intolérable, surtout quand elle dure depuis des mois, voire davantage. Un médium peut alors l’aider, car il n’est rien de plus frustrant pour l’âme que de ne pouvoir communiquer avec les siens. Le contact médiumnique aide à rassurer et à transmettre beaucoup d’amour. Dans ce cas, je demande à l’âme de partir en paix et d’aller vers la lumière quand je sais qu’elle a été retenue par les siens qui sans cesse l’appelaient. C’est un travail de libération".

"L’âme qui ne veut pas quitter ce plan intermédiaire entre la terre et l’au-delà a besoin d’énergie. Elle la puisera chez les êtres humains, et plus particulièrement chez les médiums qui sont des êtres réceptifs. Puis viendra, plus ou moins vite, le moment où l’âme se rendra compte qu’elle ne peut rien obtenir. Elle finira alors par réaliser que son guide spirituel, ou ses proches, sont là pour l’aider à aller vers la lumière et vers un repos compensateur. Mais cette prise de conscience, l’âme devra l’accomplir seule, car le guide ne peut intervenir dans ce processus".

3#-Les animaux et l’au-delà : Je suis heureuse de constater qu’Alain Joseph Bellet témoigne à son tour des capacités médiumniques de certains animaux mais aussi de l’assurance que nous retrouverons nos petits compagnons que nous avons tant aimé durant notre vie (et qui nous ont aimé en retour). J'ai entendu dans des reportages que le Mouvement Spirite Francophone considère que les réincarnations d’âmes ne peuvent « rétrograder » de l’humain à l’animal mais à mon avis, ils se trompent (et je ne suis pas la seule à le penser)….Pourquoi considérer que l’être humain serait au-dessus de tous les animaux et que l’évolution ultime serait d’en être un ? Qui d’Adolf Hitler ou du chien Hachiko est le plus « évolué » et mérite le plus sa « place au paradis » ?....


"Depuis quelques années déjà, je vivais avec mon chien Elliott. Il avait un sacré caractère et possédait une intelligence qui le rendait encore plus attachant. Ma maman le connaissait du temps où elle vivait encore. Un jour, je remarquai qu’avant que j’entre en communication avec elle, et d’ailleurs avec tout autre esprit, Elliott s’asseyait dans la pièce et regardait souvent en l’air, à un endroit bien précis. Quelquefois, il penchait la tête, et se mettait à aboyer. Il me parut alors évident que, tout comme moi, mon chien devinait les esprits".

"Un peu de temps passa et je reçus, par écriture automatique, ce message de l’un de mes guides : « Heureuse de communiquer avec toi, c’est Martine, l’un de tes guides. Nous te sentons plus réceptif depuis la mort de ton petit chien qui, je te le rappelle, gambade allègrement. Sache que tu le retrouveras un jour. »   Les animaux ont aussi une âme. De même que les humains, ils continuent à vivre dans l’au-delà. Il faut les respecter, comme toute forme de vie sur terre. S’ils ont été heureux en notre compagnie, un jour, nous les retrouverons".

"L’âme animale est une réalité. Quand elle vient sur terre, elle est enfermée dans un corps limité. Attention, en adoptant un animal, de veiller sur lui en lui donnant tout ce dont il a besoin, particulièrement lorsqu’il est malade. Vous en êtes responsable comme vous le seriez d’un enfant incapable de se guérir seul. Nous retrouverons les animaux que nous avons aimés, à condition que ce soit d’un amour réciproque. Le lien qui nous lie à eux se poursuit dans l’au-delà. Je suis heureux de le constater quand un animal familier m’apparaît auprès de son maître".

Ce que je n’ai pas aimé dans ce livre :
Le rapport particulier de l’auteur avec la religion catholique : Par rapport à mes connaissances personnelles en la matière, je suis étonnée de la manière dont Alain Joseph décrit les directives plutôt autoritaires de ses guides spirituels ou autres anges gardiens. Nous sentons une forte atmosphère religieuse et catholique dans les témoignages du médium – qui ne se cache pas de travailler entouré d’images pieuses autour de lui – ce qui me fait penser encore une fois qu’il existe autant de manière de « gérer » avec l’au-delà qu’il y a de médiums aux personnalités et aux origines différentes (n’oublions pas que certains médiums sont même athées !...Avant évidemment de finir par croire à quelque chose de supérieur, c’est évident…et de finir par prier pour une force supérieure et bienveillante…). En lisant certains passages du livre, j’ai ressenti l’extrême mal-être et la culpabilité de l’auteur et on a l’impression qu’il se sent obligé d’expier certains de ses actes (comme s’il n’était jamais « assez bien »)…Le pompon, ça a été la grosse claque dans la tronche qu’il va se prendre quand, jeune homme, il va finir par se confier à un prêtre une fois en pèlerinage avec sa mère à Lourdes à propos des voix et des visions qu’il commence à percevoir autour de lui….Le curé - en fin psychologue, n’est-ce pas ?! - va tout bonnement l’envoyer promener en le traitant de fou……A ce propos, je dois apporter une petite précision par rapport à cela : Toujours, par rapport à mes connaissances en la matière – elles n’engagent donc que moi - il ne faut pas mettre tous les religieux ou hommes de médecine dans le même panier. Il existe bien des curés exorcistes et des psychiatres « éveillés » qui savent reconnaître quelqu’un souffrant d’une pathologie mentale à quelqu'un ayant un vrai don de clairaudience etc. En tout cas, pour notre pauvre Alain Joseph, qui collectionne les malheurs et autres contrariétés (surtout au début de sa vie de jeune adulte), ce n’est finalement pas une surprise pour moi qu’il tombe une nouvelle fois sur un imbécile qui trouve certainement plus facile de le traiter de fou plutôt que d’admettre que cet homme en face de lui est certainement plus connecté avec « son patron » que lui-même… (oui, les curés bossent pour "là-haut", en principe, non ?)....Pourquoi le spiritisme et l’Esotérisme sont souvent dénigrés par les religions monothéistes ?....La mort est tout de même un sujet qui nous concerne tous ! Pourquoi si peu de scientifiques ou autres intellectuels ne s’y penchent-ils pas plus ? Cela dit, je parle en tant que française, mais je sais que d’autres pays sont plus ouverts à ces sujets là...Mais la France reste fermée et il n'y a pas plus pire aveugle que celui qui ne veut rien voir....

"Mais à Lourdes, je priais pour que Dieu me montre le chemin, pour qu’il éclaire de ses réponses toutes les questions que je me posais sur ces visions et ces phénomènes qui me poursuivaient depuis l’enfance. J’avais besoin de son aide et de son secours. Ma foi était presque palpable, je pouvais la ressentir concrètement. Je décidai d’aller me confesser auprès d’un prêtre. Après le rituel d’usage, je me laissai aller à parler de ma vie intime, de ce don que je possédais et qui me faisait peur. Sa réponse me dégrisa : « Allez voir un psychiatre, mon enfant, moi, je ne peux rien pour vous ! » En sortant du confessionnal, je mesurai une fois encore l’immense décalage qui me séparait de cette religion. Elle me tenait pour un malade, peut-être même pour un hérétique ! J’étais dans le lieu saint de Lourdes mais, dès que nous fûmes à l’hôtel, je ne cessais de me disputer avec ma mère, l’être que j’aimais le plus au monde. Alors que j’étais en train de prier, j’entendis une voix qui insultait la Sainte Vierge. Confiant ces répugnantes invectives à maman, elle me répondit qu’elle avait, elle aussi, entendu la même chose ! C’était comme si nous avions été, pendant ce séjour, reliés à un esprit mauvais qui faisait en sorte que nous nous disputions sans arrêt. Un esprit qui nous tenait d’identiques propos orduriers".

"Il m’a fallu du temps pour achever ce livre. Tandis que je l’écrivais, mes guides m’adressaient souvent ce message : « Tu n’avances pas assez vite ! » Quelquefois, et j’y percevais une nuance d’humour, on me reprochait d’être « un peu fainéant ». Toujours on insistait sur la nécessité qu’il y avait à témoigner de mes expériences afin d’éveiller les consciences à une existence après la mort".

Pour conclure, j’ai parcouru ce récit autobiographique du médium Alain Joseph Bellet avec beaucoup d’intérêt. Il ne m’aura certes rien appris de nouveau à propos de l’au-delà mais il a eu au moins le mérite de corroborer de par son témoignage les expériences récurrentes décrites par les personnes possédant des capacités médiumniques. Je dois dire que certains des passages étaient vraiment succulents à lire au niveau des anecdotes, autant du côté des vivants que de celui des morts. Alain Joseph Bellet nous offre également un récit très touchant sur son enfance auprès d’un père qui ne l’a jamais supporté - et encore moins une fois adulte - lorsqu’il n’a pu cacher son attirance vis-à-vis des hommes, chose qui n’était pas forcément facile à assumer pour un homme né il y a cinquante ans, dans les années 60 (même si, ok, avoir 20 ans dans les années 80, ça devait être cool...). Je vous recommande donc fortement ce livre si vous avez de la curiosité à propos des médiums et de leur quotidien en liaison avec l’au-delà mais aussi si vous êtes intéressé de lire le parcours d’un homme finalement ordinaire avec ses failles et ses souffrances mais aussi ses moments de joie et de félicité qui tentera une grande partie de sa vie de faire accepter ses différences auprès de ceux qui l’entourent. Alain Joseph Bellet est maintenant un médium reconnu dont la pratique quotidienne efficace et l’expérience n’ont plus rien à prouver à ses détracteurs. La roue tourne et son témoignage montre qu’il a enfin eu une belle revanche sur la vie.

Ma note : 17,50/20

Si vous avez aimé ce livre, vous aimerez peut-être aussi :

  

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire