vendredi 13 novembre 2015

Blacklistée

Cole Gibsen
Les éditions Hugo & Cie (New way) - 2015
Sortie originale 2015
336 pages 

Synopsis :
En apparence, Regan Flay a tout ce dont on peut rêver. A 17 ans, elle est populaire, étudie dans l'un des meilleurs lycées du monde, et ses parents ont les moyens de satisfaire le moindre de ses souhaits. Mais sa vie bascule le jour où, en arrivant en cours, Regan découvre ses textos et messages privés Facebook placardés sur les murs du lycée. Vacheries, mensonges, insultes, manipulations : tout est là, exposé aux yeux de chacun. En une seconde, elle passe du statut de princesse à celui de véritable paria. Ses amis lui tournent le dos, et les autres élèves du lycée commencent à lui faire vivre un véritable enfer. Elle trouve du soutien auprès de Nolan, un jeune homme plutôt beau garçon mais légèrement dysfonctionnel socialement. Ce dernier découvre vite que Regan est tout sauf la miss Parfaite qu'elle voulait bien montrer. Sous sa carapace, c'est une jeune fille angoissée, qui a du mal à supporter les exigences de sa mère concernant son avenir. Car rester toujours au top demande une sacrée dose d'énergie, et aucun échec n'est envisageable. Pourtant, la chute de Regan n'est qu'un début, et personne n'en sortira indemne...


« Tout ça était tellement hypocrite. C’était comme si les gens qui m’insultaient n’avaient jamais rien dit de méchant sur personne. Ils me persécutaient parce que je m’étais fait prendre, voilà tout ».

Ce livre ne faisait pas partie de mes priorités de lecture, mais comme je suis abonnée à la chaîne de Jess sur Youtube (Jesslivraddict), et que ce vendredi 13 novembre, elle a programmé de faire un live à propos de Blacklistée, je me suis donc décidé à le lire et….J’ai adoré cette lecture !

C’est un joli coup de cœur pour moi ! Lu en à peine 2 jours. Je n’ai pas vu les pages défiler ! Pourtant, le sujet n’est pas forcément ma tasse de thé (harcèlement scolaire), néanmoins, après un passage délicat au début du livre, qui m’a fait lever les yeux au ciel par rapport au comportement très tête à claque de l’héroïne, après, j’ai été prise dans le tourbillon du récit de Regan et finalement, je ressors enchantée de ma lecture !

Le harcèlement scolaire est un sujet complexe et je dois dire que l’auteure américaine Cole Gibsen a eu raison de prendre comme héroïne une fille qui était elle-même « harceleuse » et qui finalement va se retrouver dans l’autre camp et se rendre compte de la souffrance que l’on peut éprouver en tant que victime. 

J’ai mis « harceleuse » entre guillemets car en fait, Regan ne s’acharne pas sur des victimes en particulier comme une vraie harceleuse, non ! Mais le fait de constamment dénigrer tous les autres, d’en dire du mal, de propager continuellement des rumeurs pour meubler sa vie, c’est pathétique mais malheureusement, ce genre de comportement est vieux comme le monde mais c’est vrai qu’il a tendance à être amplifié dans certains milieux sociaux et certaines tranches d’âge (les jeunes filles aiment les potins, se comparer aux autres, les rabaisser parce qu’elles-mêmes se sentent mal dans leur peau….Et il y a l’effet de groupe qui n’arrange rien….On va dire ça comme ça….).


Ce que j’ai apprécié dans ce livre :
1#-La descente en Enfer d’une pauvre petite fille riche : Regan est issue d’un milieu aisé, elle a grandit entre une mère politicienne (toujours en campagne électorale) et un père médecin (chirurgien dentiste, il me semble)…..Elle est fille unique et doit donc être « Miss Parfaite » pour l’image que veut donner sa mère aux médias. Comme ses parents sont souvent pris par leurs métiers respectifs, Regan est généralement livrée à elle-même et subit énormément de pressions qui lui ont provoqué des crises d’angoisse. Elle est donc suivie régulièrement par un psy et surtout, elle carbure aux médicaments « anti-stress ». Son armure, pour survivre dans ce monde de faux-semblants hypocrites, c’est son sourire de « politicienne » comme sa mère. Et sa seule préoccupation c’est d’être « populaire » pour servir les « espérances » de sa mère, et pour cela, elle n’hésite pas à sourire en public mais dès qu’ils ont le dos tourné, elle se « décharge » en bavant sur les autres, en lançant des rumeurs, en étant méchante et mesquine, tout simplement (il est plus facile de « s’élever au-dessus des autres» quand les ceux-ci sont à terre, c’est une question de perspective…). De cette Regan manipulatrice et fourbe, seules deux de ses copines sont au courant : Payton, sa meilleure amie, et Amber, qui aiment toutes les deux aussi partager tous ces « merveilleux petits potins »…..Cette Regan là, du début du livre est totalement antipathique, vous l’aurez compris !....Et puis arrive le moment où toute sa perfidie est mise au grand jour ! Tous les messages de médisances échangés avec ses amies sont affichés (mais seul son nom est dévoilé) et comme elle disait du mal de beaucoup de monde derrière leur dos, vous pouvez comprendre qu’elle va se faire un paquet d’ennemis ! (plus les autres « neutres » qui n’ont pas été visés dans ses messages mais qui constatent qu’elle est finalement une sacrée garce !). Ce qui est complexe dans le comportement de Regan, c’est qu’elle n’est pas forcément méchante de nature (on va vite le comprendre) et qu’en fait, elle a juste agit bêtement comme beaucoup de lycéens qui cherchent la popularité, aux détriments, souvent, des autres…..Evidemment, une fois de l’autre côté du miroir, quand elle est harcelée (enfin, harcelée….c’est peut-être un peu fort comme terme….Car finalement, elle affronte surtout leurs regards réprobateurs ou des insultes écrites sur son casier ou sa voiture….), personne ne la tabasse ou lui faire boire l’eau des chiottes !….Il lui est bien évidemment impossible de se plaindre aux adultes (ses parents, les profs, l’infirmière scolaire etc…) dans la mesure où elle récolte finalement uniquement ce qu’elle a semé !!!!…Elle l’a bien cherché, non ? Par contre, ce qui est bête pour elle, c’est que, finalement, beaucoup de ses « amies » faisaient comme elle, et c’est juste elle qui subit les conséquences de leur hypocrisie….Pas de chance pour elle !

«Au lycée, verser des larmes revenait à verser son sang : Toute blessure, si petite fût-elle, était signe de faiblesse. Et le lycée détruisait les faibles ».

«-Oui, Madame, répondis-je de ma voix la plus sincère. C’était une autre chose que j’avais apprise de ma mère : la politesse et la sincérité, même feintes, étaient le moyen le plus efficace de se sortir d’une situation embarrassante ».

«Quand on est populaire, il y a toujours quelqu’un qui essaie de vous descendre pour prendre votre place. Comme si j’allais me laisser faire… ».

2#-L’incroyable amitié qui se crée entre Regan et Nolan : Franchement, si j’ai été autant passionnée par ma lecture, c’est grâce à Nolan. Ce garçon qui se fout du « quand dira-t-on » est le frère de Payton, la meilleure amie de Regan, alors autant dire qu’elle le connaît depuis l’enfance !....Mais en fait, elle n’a jamais eu de vraie conversation avec lui, sauf pour se foutre de lui et le dénigrer…Personnellement, j’ai adoré ce personnage !!!! Et quand tout le monde tourne le dos à Regan, c’est lui, et lui seul, qui va être à ses côtés et qui va devenir son allié…..Attention, Nolan n’est pas tout blanc non plus et lui aussi a eu des préjugés envers la jeune fille…Jusqu’à ce qu’il découvre enfin la vraie Regan et se rende compte qu’elle n’est pas la garce égoïste et hypocrite que tout le monde décrit, bien au contraire….

« Comment avais-je pu ignorer à quel point il était beau ? L’idée qu’un garçon comme Nolan puisse avoir un sourire secret rien que pour moi me fit un drôle d’effet dans la région du cœur ».


3#-Le magnifique speech de Regan qui m’a beaucoup émue : Bon, en même temps, on se demande bien si les jeunes de maintenant n’ont vraiment que ça à foutre de propager des rumeurs et autres médisances sur les réseaux sociaux ????? Je vois ça avec mes yeux de femme de 37 ans et il faut dire que je n’ai jamais été harcelée quand j’étais jeune ! Je n’ai jamais été non plus un mouton qui suit les modes et les attitudes à adopter pour être populaire….J’étais moi, tout simplement ! (et j’en avais rien à faire des autres, rien à faire des potins etc….Et c’est toujours le cas maintenant ! Et chose importante : je n’ai jamais participé aux propagations de rumeurs, ou au « lynchages » d’autres personnes ! c’est peut-être ça la différence ! Quel plaisir les gens trouvent à dire du mal des autres ??!!!!Bon après, je suis « cerveau droit » (voir ma chronique à propos du livre « Je pense trop » pour les explications) et du coup, je pars du principe qui est de : NE PAS FAIRE AUX AUTRES CE QUE TU NE VOUDRAIS PAS QU’ON TE FASSE ! En tout cas, l’auteure a réussi à nous faire aimer son héroïne, sans doute parce qu’en fait, elle était, elle aussi, complètement paumée et faisait fausse route depuis le début en adoptant l’attitude de la fille populaire et hautaine…..Les exigences de sa mère et ses crises d’angoisse à ce niveau là en sont la preuve ! On peut dire qu’il a fallut qu’elle touche le fond pour enfin avoir la force de remonter à la surface et d’affronter la vraie « elle-même » qui est tellement plus sincère et sympathique….Et du coup, ce changement a fait aussi évoluer tout son entourage et même tout le lycée !

«Ces murs, ce sont nos cœur. Dès que quelqu’un fait un commentaire, celui-ci s’inscrit en nous de manière permanente. Les mots gentils, les mots méchants, tout est là, poursuivis-je en posant la paume de ma main sur ma poitrine. Bien sûr, on peut rayer les mots ou essayer de repeindre par-dessus, mais sous les couches d’encire et de peinture, ils sont toujours là, gravés au plus profond de nous, comme des initiales gravées dans le tronc d’un arbre. On se balade avec ces cicatrices, mais personne ne les voit et personne ne sait à quel point elles font mal. Et pendant ce temps, les gens continuent à dire et à écrire de nouvelles choses, jusqu’à ce que le moindre centimètre carré de nos cœurs soit couvert d’un venin si noir que même nous-mêmes ne sommes plus capables de voir le bon en nous. Alors, nous commençons à ajouter nos propres mots, et ils sont plus sombres que tout le reste, et les cicatrices s’inscrivent plus profondément encore que les autres ».

4#-Des répliques pleines d’humour : Bon, dans ce livre assez « dramatique », il y a des répliques et des réflexions de Regan qui m’a fait éclater de rire ! oui oui ! C’est très bien trouvé de la part de l’auteure, je trouve !

« Souvent, j’avais ce fantasme libérateur, où, le dernier jour de mon année de Terminale, je parcourais les couloirs, les deux majeurs levés bien haut, en criant : ‘Je vous emmerde, je suis Regan Flay !’. Bon d’accord, jamais je ne le réaliserais, c’était bien pour ça que c’était un fantasme. Mais l’idée me faisait toujours sourire ».

« Elle me regarda d’un air suspicieux.
-Bien, mais je te préviens, il n’y aura pas de fille mère dans cette maison.
Les muscles de ma poitrine se serrèrent.
-On ne peut pas tomber enceinte en enfilant une veste, maman.
-Je ne te parle pas de cette veste, répliqua-t-elle d’une voix aiguë qui tenait presque du glapissement. Je parle de sexe – chose que tu ne feras pas tant que tu vis sous mon toit. C’est clair ?
-Très bien, fis-je en levant les yeux au ciel. Je vais faire l’amour avec ma veste dehors.
Elle émit une sorte de gargouillis étouffé, puis pointa un doigt sur la poitrine de papa.
-Tu vois ? Voilà pourquoi je pense qu’elle se drogue ! Elle ne nous aurait jamais parlé comme ça avant ! ».

Attention spoilers ! Cliquez sur le mulot et passez en surbrillance sur le texte !
5#-Quand Regan découvre que c’est Nolan qui a imprimé toutes ses mesquineries et ses critiques sur les autres : Je me doutais que c’était lui quand il a essayé à plusieurs reprises de lui avouer quelque chose….Dans la mesure où il est le frère de Payton, c’était très facile pour lui d’accéder à son PC ou à son téléphone ! Après, on peut comprendre pourquoi il a agit ainsi, mais comme il le dit lui-même, il voulait faire justice pour son ex-petite amie, Jordan, mais ça s’est transformé en vengeance et évidemment, après avoir découvert la vraie nature de Regan, et avoir commencé à l’apprécier (et même tomber amoureux d’elle), c’était difficile après de lui avouer qu’il était à l’origine de tous le scandale qui a détruit la « première vie » de la jeune fille….Car finalement, c’était un mal pour un bien puisque s’il n’avait pas mis en lumière la stupidité du comportement de l’ancienne Regan, elle n’aurait jamais pu « toucher le fond » pour rebondir et finalement redémarrer sur des bases nettement plus saines, autant au niveau de ses relations au lycée, qu’avec ses parents !....Après, nous savons que la fin du livre ne se termine pas forcément sur un pardon simple et net….Mais une première danse avec Nolan en amènera d’autres, n’est-ce pas ?!

Ce que je n’ai pas aimé dans ce livre : 
Attention spoilers ! Cliquez sur le mulot et passez en surbrillance sur le texte !
La facilité du happy end à l’américaine où tout est bien qui finit bien : En fait, si j’ai bien compris avec ce livre, personne n’était honnête avec personne au début du livre….Tous ces jeunes se mentent ou dissimulent leur animosité par devant….Et attaquent par derrière…..Mais finalement, il a suffit que Regan s’excuse sincèrement, que des secrets d’autres lycéennes soient mises au grand jour, sous fond de psychodrame avec tentative de suicide dans les chiottes, pour que tout s’arrange ?????!  Je trouve cela trop simple (même si j’aime l’idée…Mais on n’est pas dans un téléfilm de TF1 diffusé pendant les vacances de Noël, où tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil, quand même !)….Alors du coup, en y réfléchissant un peu, si Nolan avait expliqué à Regan (ou au lycée entier) que son ex-petite amie avait fait une tentative de suicide à force d’avoir été harcelée, plutôt que de laisser croire qu’elle avait juste changé de lycée….Tout n’aurait pas pu s’arranger dès le début ?! Les filles « harceleuses » auraient compris qu’elles étaient allées trop loin et auraient peut-être changé de comportement ?....Regan nous fait bien comprendre au début de son récit qu’en gros, le lycée c’est la jungle et qu’il ne faut pas montrer de signes de faiblesse sinon, on se fait bouffer par les autres….Pourtant, il suffit qu’elle se montre vulnérable et s’excuse platement pour que tout s’arrange…. Mais surtout, j’ai été dérangée par la rapidité avec laquelle les lycéens apprécient de nouveau Regan, en l’applaudissant lors de la soirée avec l’inauguration « graffitis »…..Un jour, ils la traitent comme du poisson pourri, et le lendemain, ils l’encensent ? C’est bien beau tout ça, mais est-ce que ça efface tout le mal qu’elle a dit de certaines personnes ?....Bon, c’est peut-être moi qui suis un peu trop susceptible, mais si quelqu’un disait une vacherie sur moi, j’aurai dû mal ensuite à lui sourire et lui dire que c’est Formidâââble qu’elle se soit excusée ! Mais bon, nous sommes aux USA et les américains sont friands des gens qui s’excusent en public (il suffit de voir les scandales politiques qui « s’arrangent » de cette manière)….C’est bizarre….Oui, pour moi, c’est bizarre….

Dans le même ordre d’idée, il y a la manière dont la mère de Regan se comporte au début, et ensuite à la fin….Elle passe pour un serpent insensible pendant les ¾ du livre, mais une fois qu’elle découvre que sa fille ressent un mal-être, elle devient une mère aimante et change du tout au tout…..OK…..Tout va bien, je vais bien !......

Pour conclure, malgré quelques détails qui m’ont un peu gênée, j’ai vraiment passé un très bon moment de lecture avec Blacklistée ! Les pages ont été englouties super vite, tellement l’histoire était prenante ! J’ai tout particulièrement apprécié la jolie relation qui s’est installée entre Nolan et Regan…Après, au niveau du harcèlement, je trouve que Regan n’a pas à se plaindre, elle aurait pu subir beaucoup plus de préjudices, surtout que finalement, elle a bien cherché ce qui lui est arrivé ! On ne dit pas du mal des autres impunément et indéfiniment….Un jour où l’autre, tout finit par se savoir et alors, attention au retour de bâton ! C’est sans doute l’une des morales de cette histoire, d’ailleurs ! Et Regan en a fait les frais….Du coup, la fin du livre est peut-être un peu trop « optimiste » comme les américains aiment si bien le faire…..c’est sans doute le seul bémol à cette histoire, mais pour le reste, franchement, foncez ! c’est vraiment une lecture addictive et je vous mets au défi de ne pas tomber sous le charme de Nolan !


Ma note : 18,50/20

Si vous aimez ce livre, vous aimerez peut-être aussi :
  

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire