dimanche 8 février 2015

LES CAVALIERS DE L'APOCALYPSE - Tome 4 : Pestilence

Larissa Ione
Editions Bragelonne (2014)
Sortie originale 2012
360 pages 

Synopsis :
La fin des temps approche. Les Cavaliers de l’Apocalypse devront choisir de préserver leur humanité et combattre aux côtés du bien ou, au contraire, embrasser leur destinée et déchaîner l’Enfer sur Terre. Perdu au milieu de nulle part, Reseph ignore tout de sa propre vie excepté son nom. Lorsqu’une jeune femme, Jillian Cardiff, lui porte secours, il tombe immédiatement sous son charme. Et c’est réciproque. Mais Reseph se révèle être l’effrayant Pestilence, qui a semé la mort et la destruction parmi les hommes. Un passé terrifiant qu’il devra affronter s’il veut sauver le futur qu’ils désirent tous les deux.



Quand j'ai refermé ce livre, la question que je me suis posée par rapport au thème de cette histoire c'est : Peut-il y avoir une rédemption pour Reseph. Peut-on lui pardonner tous les crimes commis par son double démoniaque Pestilence ?

Car franchement, ce tome là est bien particulier par rapport aux trois premiers car il a pour personnage principal le « méchant » de l’histoire, le cavalier maudit qui avait basculé du côté démoniaque quand son sceau s’était brisé au tout début de la saga….Dans la mesure où Pestilence avait passé les trois premiers tomes à essayer de mettre la Terre à feu et à sang et à corrompre et à combattre ses deux frères et sa sœur pour déclencher l’Apocalypse, je pensais partir sur un mauvais à priori sur ce personnage….il faut dire que j’avais été tellement enthousiasmée par le lecture du tome 3 consacré à Thanatos (alias Mort), que j’avais un peu d’appréhension à débuter ce 4ème volume, de peur d’être déçue….

Et bien, cela n’a pas été du tout le cas ! J’ai vraiment a-do-ré ce tome consacré à l’ancien Pestilence, redevenu Reseph après avoir été sauvé de Shéoul (l’enfer) par l’ange Reaver qui l’a renvoyé parmi les humains avec la mémoire vierge de tous souvenirs sur les catastrophes qu’il a provoquées ces derniers mois…

L’histoire commence 3 mois après la « mort » de Pestilence. Tout le monde croit - les trois autres cavaliers notamment - que Reseph n’est plus…..Hors le jeune homme va être retrouvé nu, dans la neige, au milieu de nulle part, ou plus exactement dans le Colorado enneigé. Reseph va être secourue par la jolie Jillian Cardiff, une jeune femme qui travaille comme employée à l’aéroport du coin et qui vit dans le chalet hérité de ses parents, dans un coin paumé en pleine nature, près de la ville de Bardsleydans les Rocheusesà la frontière du Wyoming...

Même s’il a perdu la mémoire au moment où il est recueilli par Jillian, Reseph ressent qu’il n’est pas pareil que les autres humains et qu’il y a quelque chose qui cloche chez lui. 

"En réalité, dans les tréfonds de son esprit, où se poursuivait le curieusement martèlement, était tapie une sinistre impression. Le pressentiment que Reseph lui-même était un gros salopard. Voire pire".

Avant de devenir Pestilence, Reseph avait été décrit comme le frère le plus enjoué et le plus frivole des 4 Cavaliers de l’Apocalypse. C’est donc avec légèreté et sans aucune pudeur ni retenue qu’il va s’imposer dans le petit univers solitaire et bien rodée de Jillian….La jeune femme va très vite succomber à ses avances, même si, elle essaye de protéger son coeur car elle a été de nombreuses fois déçue par les hommes....

Mais c’était sans compter sur les attaques sanglantes et mystérieuses qui se produisent dans les bois et chez les voisins alentours….Des attaques violentes qui ne semblent pas être faites par des humains ou des animaux sauvages.....Cela va donc provoquer la venue d'une unité spéciale d’agents spécialisé sur la chasse aux démons, la BAD (Brigade anti-démon) avec Kynan et Arik, (qui n’est autre que le mari de Limos, la sœur cavalière de l’Apocalypse de Reseph)….

Ce que j’ai aimé dans ce livre :
Le côté chalet/nature/neige du début de l’histoire. En effet, contrairement aux autres tomes, nous nous retrouvons dans ce livre en pleine nature, avec une jeune femme qui vit seule dans le chalet familial.  Cela change des autres tomes et le fait de voir Reseph, cet homme vieux de plusieurs millénaires vivre comme un banal fermier/cow boy/trappeur au fin fond des Etats-Unis avait un côté dépaysant mais très apaisant…Cela change des autres livres de bit-lit et d’urban fantasy où les personnages évoluent généralement dans l’univers glauque des grandes villes où les démons vivent dans les bas-fonds et où tout se passe la nuit, sous les lampadaires mal éclairés et dans les rues fréquentées par les junkies ou les prostituées. En plus, en lisant ce livre en février, le mois de la neige et du ski, je ressentais bien le froid, l’impression de nature gelée autour des personnages….Il faut aussi signaler qu'on a le temps de s'habituer à cette atmosphère froide et naturelle car il faudra attendre la moitié du livre pour que les 3 autres Cavaliers de l'Apocalypse découvrent que leur frère est vivant et qu'ils viennent le rechercher au chalet de Jillian !!!

Tous les humains sont au courant de l’existence des démons : Et bah oui ! Avec toutes les épidémies et catastrophes en chaîne provoquées par Pestilence durant ces derniers mois, il était difficile aux humains de ne pas s’apercevoir que des démons avaient envahis la terre pour mettre l’humanité à feu à et sang. D’ailleurs, on apprend en même temps que Reseph - qui se met à jour de l’actualité mondiale suite à son amnésie -  que la belle Jillian a été elle aussi la cible de démons il y a quelques mois et qu’elle en garde de vilaines cicatrices sur le ventre. Comme tous les humains, Jillian craint les démons et le fait de vivre reculée en pleine nature est une manière pour elle de se mettre à l’abris des dangers qui rôdent…C’est donc un monde à la limite post-apocalyptique que nous retrouvons dans ce 4ème tome (des millions de gens sont morts à travers le globe). Evidemment, l’humanité n’est pas décimée et les gens reprennent peu à peu leur petit train de vie - curieusement, surtout les américains qui n'ont pas trop souffert d'épidémies ou de villes détruites - néanmoins, c’est assez troublant de lire que certaines villes, comme Sydney, en Australie, ont été partiellement détruites par les invasions démoniaques….

"Pourquoi ne voit-on que des pays en ruine aux infos ? Et pourquoi les journalistes théorisent-ils depuis tout à l'heure sur l'effondrement économique et la reconstruction ? Et les apocalypses ?
-Parce qu'il y a à peine trois mois, la Terre a été assiégée par des démons, répondit-elle. Le dernier mot était à peine plus qu'un murmure étouffé. Aujourd'hui encore, cela lui semblait irréel, et en même temps, bien trop réel. (...)
-Et maintenant, c'est fini ?

-Dieu merci, oui ! D'un coup, les démon au uatre coins du flobe on été réduits en cendres ou ont disparu. On a appelé ce jour le JVM, le Jour de la Victoire Mondiale. Les gouvernements de chaque pays en révendiquent la responsabilité, mais personne n'est capable d'expliquer pourquoi ni comment le siège a pris fin".

Reaver et Harvester : Ces deux anges là n'ont pas fini de faire parler d'eux ! Ce tome est rempli de révélations les concernant et évidemment, cela donne vraiment envie de lire la suite (le prochain tome aura pour personnage principal Reaver, tiens donc !). En parlant d'anges, un nouvel observateur a été nommé suite au "départ" de la belle Harvester, il s'agit de Revenant. Pour le moment, il est décrit comme un personnage assez antipathique et il ne fait pas l'unanimité auprès des Cavaliers de l'Apocalypse mais vu que l'auteure a déjà écrit en VO un tome qui lui est consacré, j'imagine que ce monsieur n'a pas fini de nous surprendre....

Ce que je n'ai pas aimé dans ce livre :
Les agents de l'Aegis : Ce n'est pas possible, ces gens là, je ne les supporte pas ! Heureusement qu'il existe la BAD maintenant, pour faire le contrepoids car franchement, les agents de l'Aegis sont stupides et braqués dans leurs idées préconçues....Certains agents, notamment, ont une telle haine envers les démons qu'ils n'hésitent pas à être violent à l'encontre des humains suspectés de les protéger et d'ailleurs, la pauvre Jillian va en faire les frais....



La violence très bien détaillée : Oui, c'est une bonne chose dans un sens car Larissa Ione arrive à nous faire visualiser les scènes mais parfois, c'est un peu too much....J'aurai préféré qu'elle soit moins précise dans les détails....Et moi qui aime les animaux, j'ai frémis quant au sort subi par certaines chèvres qui appartenaient à Jillian....Bêêêê !



Quelques citations :

"-Ce qui ne te tue pas te rend plus fort, c'est ça ?
-Tout à fait. Sauf que c'était un mensonge. Bien souvent, ce qui ne nous tuait pas revenait faire le boulot".

"Ou si tu étais un homme politique ou un nabab des médias ? Ou peut-être le roi de Loopaland. Savoir d'où tu viens chamboulera tout. Tu devras partir.
-Loopaland ? (il secoua la tête). Impossible. les Oompa Loompas me font froid dans le dos. Je déteste les peaux oranges, tout comme l'autobronzant. Je ne serais jamais leur souverain".

Pour conclure mon avis sur ce livre, je répondrais donc oui, à la question que je me posais au tout début de ma chronique. Oui, on peut pardonner à Reseph tous les crimes commis quand il était possédé par son double Pestilence....Car finalement, ce sont deux êtres bien distincts.....Néanmoins, je trouve que le pardon des autres cavaliers arrive trop vite et cela montre bien le peu de considération qu'ils peuvent avoir pour l'espèce humaine, eux, des demi-dieux quasi-immortels et déjà âgés plus de 5000 ans. J'aurais aimé que Reseph souffre un peu plus par rapport à tous les crimes commis par son double maléfique....Ce n'est pas forcément très juste qu'au bout de quelques jours de souffrance, il finisse par retrouver l'amour de toute sa famille et également une compagne qui l'aime éperdument et est prête à tous les sacrifices pour le sauver alors que des millions de gens sont morts sur Terre et Jillian elle-même a failli être tuée par des démons quelques mois plus tôt (je ne veux pas en dire plus, mais ceux qui auront lu le livre me comprendront...).

Oui pour le pardon, mais pour moi, il arrive trop rapidement....

En tout cas, j'ai vraiment adoré la lecture de ce 4ème tome des Cavaliers de l'Apocalypse. Même si, pour le moment, mon personnage préféré reste Thanatos, je dois dire que ce livre est également un coup de coeur. Non pas à cause de Reseph (il y a des choses qui me dérangent chez lui), mais par rapport à l'histoire dans sa globalité et aussi pour la personnalité de Jillian. Ce livre est un vrai page-turner et quant aux révélations faites sur les anges Reaver et Harvester, aaargh ! Il me tarde de lire le prochain tome !



Ma note : 18,5/20

Si vous aimez ce livre, vous aimerez peut-être aussi :

  


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire