mercredi 22 août 2018

Les prières de sang



Jean-Marc Dhainaut
Les Editions Taurnada (2018)
218 pages 

Synopsis :
Alan Lambin, spécialiste en paranormal, est appelé à enquêter dans un vieux monastère ayant accueilli autrefois quatre templiers en fuite. Depuis, ses murs semblent dissimuler un lourd secret solidement gardé par des âmes hostiles. Les parchemins ne mentent pas, ni ces cris que chacun peut entendre la nuit dans les sombres couloirs du monastère. Et dire que tout a commencé parce qu'une étudiante a acheté un jour une armoire ayant appartenu aux moines. Une armoire qui n'avait pas perdu la mémoire…


"-Vous avez un chat ? demanda Mina. 
– Oui, et il s’est certainement caché en ce moment. Il a toujours peur des gens qui viennent chez moi. 
– Avez-vous déjà remarqué des comportements étranges chez lui ? questionna Alan. 
– Oui, il se met souvent à fixer des endroits de la maison. C’est parfois si intense, que j’en ai la chair de poule. C’est comme s’il suivait des choses qui se déplacent, mais moi je ne vois rien. 
– C’est assez caractéristique chez nos animaux domestiques. Ils ont très souvent ce genre de comportement, mais cela ne doit absolument pas vous inquiéter, croyez-moi. Je sais qu’on dit qu’ils sont de bons “détecteurs de fantômes”, mais bon… 
– Peut-être, monsieur Lambin, mais lorsqu’il se met sur ses gardes, le poil hérissé en fixant quelque chose d’invisible, croyez-moi, dans ce contexte, avec tout ce qui arrive, cela fait très peur. Il se passe ici des choses que mon chat a parfaitement perçues, j’en suis certaine".

Même si cette nouvelle aventure d'Alan Lambin m'a moins enthousiasmée que le 1er tome "La maison Bleu horizon" qui avait été un beau coup de coeur, je dois quand même dire que j'ai passé un très bon moment de lecture et je remercie Joël des Editions Taurnada ainsi que l'auteur Jean-Marc Dhainaut pour l'envoi de ce Service Presse !

La raison pour laquelle mon intérêt a été moindre c'est à cause du sujet historique évoqué, à savoir les Templiers. En effet, je ne suis pas trop fan de la période du Moyen-Age, et encore moins des ordres religieux combattants ainsi que des sociétés plus ou moins secrètes... 

Cette nouvelle aventure paranormale d'Alan Lambin m'a permis néanmoins d'en connaitre un peu plus sur eux, notamment à propos de leur disgrâce et des persécutions faites par le Roi de France de l'époque à leur encontre, grâce aux révélations faites dans ce livre (qui m'ont ensuite donné envie de faire mes propres recherches et de constater que les Templiers ont fait des émules auprès d'une société "secrète" qui à le bras long dans notre monde actuel...voir notamment l'excellent document diffusé sur Arte <ici>). 

Pour ce qui est du récit en lui-même, l'auteur Jean-Marc Dhainaut nous entraîne donc en Normandie chez une jeune femme enceinte qui vit seule avec son chat (ses parents habitent dans une autre région mais l'aident financièrement à subvenir à ses besoins puisqu'elle est étudiante infirmière). Céline a un jour la mauvaise idée d'acheter une vieille armoire mise en vente par le Monastère voisin et quelque temps plus tard, des choses étranges se déroulent dans sa maison. 

"–Sept cents francs ! 
– Vous plaisantez ? C’est juste un vieux meuble. 
– Un vieux meuble ? Oui, du XIIIe siècle pour être précis, d’où son prix que je trouve déjà particulièrement honnête. – Je vous en propose six cents. 
– Six cent cinquante et marché conclu, parce que vous m’avez l’air d’être une bonne fille. » 
La « bonne fille », bientôt maman, qui croyait avoir fait, pensait-elle, une bonne affaire dans un vide-grenier quelque part en Normandie, s’appelait Céline Fairland et venait d’avoir vingt-deux ans. Elle l’ignorait encore, mais l’armoire acquise en ce beau matin de juin 1986 allait bouleverser ses nuits, mais pas seulement…".

Evidemment, pour passer une grossesse paisible, ce n'est pas l'idéal surtout qu'elle n'a aucune oreille attentive à ses problèmes paranormaux puisque ses parents sont hermétiques à l'idée d'une maison "hantée" et mettent ces perturbations et ces "hallucinations" sur le compte des hormones défaillantes de la grossesse....Poussée à bout, au point de ne plus oser dormir la nuit chez elle, la jeune femme va donc prendre contact avec Alan Lambin, qui, touché par ses propos, va décider d'aller enquêter chez elle.

Notre enquêteur breton, accompagné de son assistante Mina (pour qui il a un gros crush...et cela semble réciproque...Mais aucun ne veut faire le premier pas...), vont donc arriver dans le petit village normand et faire la connaissance de quelques uns de ces habitants. La phrase "Dieu vous le rendra" prononcée par certains d'entres eux va d'ailleurs interpeller notre enquêteur....

Ce que j'ai aimé dans ce livre :
1#-L'histoire des Templiers : Oui, c'est paradoxal avec ce que j'ai écris au début de ma chronique, mais même si la période du Moyen-Age n'est franchement pas celle que je préfère dans notre Histoire (en plus, elle a duré mille ans, pfffff....Comment comparer des gens qui vivaient en 900 avec ceux qui vivaient en 1300 ?....Bref, c'est une période sauvage, sale, violente et cruelle...et quelque peu approximative historiquement qui ne m'attire guère....C'est l'image que j'ai de cette époque, elle ne concerne que moi, bien entendu !...).Pour en revenir aux templiers et leur manière d'agir dans le livre, excusez-moi de ma comparaison, mais cela m'a fait un peu penser à la série Game of thrones où les massacres de bébés et de femmes ne posent pas beaucoup de problème de conscience.....Et comme l'auteur Jean-Marc Dhainaut a une manière d'écrire très visuelle, comme si on regardait un film (ou une série), et bien on se représente bien les actions horribles commises par ces Templiers qui, comme tout ceux qui se croient destinés à une "mission divine" prennent souvent leur travail à coeur...No comment...

"-Tenez, la traduction de leur devise est écrite là : “Pas en notre nom Seigneur, pas en notre nom, mais au nom de ta gloire.” En gros, ça veut dire que toutes les richesses que les templiers cumulaient, ils ne les conservaient pas pour eux, mais dans l’intérêt et pour le seul compte de Dieu. Tout ce qu’ils possédaient de valeur n’était pas pour eux. 
– Sans rire ? Et les gens les croyaient à cette époque ? La naïveté de l’homme ne date vraiment pas d’hier », plaisanta Alan". 



2#-L'atmosphère dangereuse distillée tout au long du récit : Attention zone spoilers ! Cliquez sur le mulot et passez le texte en surbrillance ! En effet, s'il est connu de tous que "généralement" les entités ne peuvent pas s'attaquer aux humains "physiquement" et qu'ils jouent plutôt sur nos peurs pour nous nuire, il existe des exceptions (comme lors d'attaques nocturnes durant les paralysies du sommeil, par exemple, j'en parle en connaissance de cause...) et du coup, dans "Les prières de sang", les Templiers "touchent" Alan et Mina, les attaquent et c'est très perturbant....En même temps, quand les attaques ont lieu, nos deux héros sont plongés dans une espèce de "dimension parallèle" (ou plus exactement, se retrouvent à l'époque des Templiers, dans la forêt près du monastère) et donc, le risque est bien présent pour eux. J'ai trouvé l'idée de faire intervenir Mina, qui sauve le bébé, dans le courant de l'histoire très ingénieux, surtout quand on apprend à la fin qui est ce bébé (ou plutôt qui est sa descendante, ou, comme ils le diraient "Les visiteurs" sa petite-petite-petite-petite fillotte", à savoir Céline, la jeune femme enceinte). Oui, la boucle est bouclée, et on comprend également pourquoi les Templiers se sont "réveillés" à partir du moment où Céline a acheté l'armoire. Bon, ça, c'est pour le danger représenté par les phénomènes paranormaux. Mais il ne faut pas aussi oublier le "monde réel" et les crapules qui le peuplent, notamment le frère Oscar qui a bien caché son jeu ! En effet, comme il était très serviable vis à vis d'Alan et de Mina, je suis tombée des nues en apprenant que c'était un criminel...(bon, en même temps, la femme fantôme très en colère qui restait collée à son dos que voyait Mina aurait dû me mettre la puce à l'oreille quant à la nature réelle de cet homme, c'est sûr....). Quoi qu'il en soit, cet homme voulait vraiment se débarrasser d'Alan et Mina à partir du moment où ceux-ci ont trouvé le trésor (bah oui, l'argent, l'appas du gain transforme les gens en monstres....Bon, en même temps, si vous enfermez 10 personnes dans une pièce sans eau ni nourriture et que vous mettez un verre d'eau dans la pièce au bout de 3 jours et que vous les voyez s'entretuer pour le boire, vous allez vite constater que la civilisation ne tient pas à grand chose finalement.....).  

Pour conclure, c'est avec plaisir que j'ai pu retrouver les aventures de l'enquêteur du paranormal, le breton Alan Lambin, qui nous replonge dans l'année 1986, avec ses références cinématographiques et musicales en conséquence. Cette fois-ci, il nous entraîne en Normandie, le fief de son assistante Mina, qui l'accompagne dans son périple et que nous avons donc le plaisir de découvrir plus en profondeur dans ce tome-ci puisqu'elle s'était fait très discrète dans "La maison Bleu horizon". Les investigations de nos deux héros nous permettent de nous pencher un peu plus sur cette période obscure de l'histoire de France concernant la déchéance des Templiers, cet ordre de chevaliers qui se disaient soldats de Dieu. L'histoire est très prenante et nous permet d'évoquer les cas de mémoire résiduelle présente dans certains objets. J'ai passé un agréable moment de lecture en compagnie de nos héros surtout qu'Alan développe de plus en plus ses capacités médiumniques (bien qu'il reste septique et prudent dans ses interprétations et garde les pieds sur Terre, mais parfois, il faut se rendre à l'évidence que la science n'explique pas tout...). J'espère donc que l'auteur Jean-Marc Dhainaut a prévu un prochain tome pour continuer de faire vivre son héros avec ses enquêtes sur le paranormal et pour voir également comment va évoluer sa relation avec sa charmante assistante....

Aucun commentaire:

Publier un commentaire