mardi 28 février 2017

Obscure prémonition

Linda Howard
Les Editions J'ai Lu (2016)
Edition originale 1997
408 pages 

Synopsis :
Spécialiste en langues anciennes, Grace St. John travaille pour une fondation scientifique de renommée internationale. Par erreur, on lui confie un jour la traduction d'un manuscrit du XIVe siècle rédigé en gaélique. De fait, il ne s'agit que d'une copie sur CD-Rom, l'original ayant mystérieusement disparu. Or ce parchemin indique l'emplacement où Niall d'Écosse, dernier grand maître des Templiers, aurait enseveli le trésor de l'Ordre. À peine en a-t-elle commencé le décryptage que la vie de Grace est menacée. Son mari et son frère sont assassinés par les dirigeants de la fondation, qui veulent à tout prix récupérer le manuscrit. Terrifiée, Grace s'enfuit, emportant avec elle le CD-Rom dont elle est déterminée à percer le secret. Cachée sous une fausse identité, errant d'un job minable à un autre, elle poursuit obstinément sa tâche. Jusqu'au jour où s'ouvrent les portes du Temps...


Malgré le fait que j’aime beaucoup le principe du voyage dans le temps, je n’ai pas lu beaucoup de livres à ce sujet, mes références étant essentiellement la saga Les highlanders écrits par Karen Marie Moning. C’est donc avec beaucoup d’impatience que je me suis lancée dans ce nouveau roman de l’auteure américaine Linda Howard (ce sera le 4ème ce mois-ci !). Comme toujours, l’auteure m’a ravie avec les thèmes qu’elle maîtrise parfaitement tels que le suspense, le thriller et la romance….Le côté fantastique avec le voyage dans le temps est une première pour moi concernant cette auteure et je dois dire qu’elle ne se débrouille pas mal du tout (notamment avec son réalisme sur l’hygiène des gens qui vivaient au 14ème siècle…) !


Bon après, il faut peut-être que je précise que le voyage dans le temps n’occupe pas une très grande place dans ce livre puisque nos deux héros se retrouvent réellement réunis physiquement qu’au dernier quart du livre (Grace part de son année 1997 aux USA pour atterrir en Ecosse en 1322)….Avant cela, nous avons plutôt droit à une une fuite en avant de l’héroïne qui a des tueurs à ses trousses, et Mon Dieu, que c’était palpitant !

Ce que j’ai aimé dans ce livre :
1#-Le côté réaliste des détails donnés par l’auteure : C’est quelque chose que j’apprécie particulièrement chez cette auteure (dont je commence à connaître la plume), car elle a le chic pour ne pas embellir certaines choses ou les censurer. Dans Obscure prémonition, je veux surtout parler de l’odeur des gens vivant au 14ème siècle….En effet, leur hygiène n’était pas au top et du coup, Grace, une fois arrivée à cette époque, a du mal parfois à ne pas vomir quand certaines personnes s’approchent un peu trop d’elle ! Il y a aussi le fait qu’en ces anciens temps, les gens vieillissaient plus vite. Notre héroïne a 30 ans mais parait être une vraie jouvencelle par rapport aux autres femmes du même âge qui n’ont jamais connu les brosses à dent ou les crèmes de jour…..Alors après, il faut quand même préciser que Niall a une sorte de « pouvoir » magique, de par son statut de templier, gardien du trésor de l’Ordre, qui lui confère une certaine « immortalité » ou en tout cas un vieillissement très lent par rapport à ses congénères du même âge…..



«  Niall était «de très haute stature», disait le texte. Au Moyen Age, la taille des individus, dépendant de la nourriture dont ils avaient bénéficié en bas âge, était extrêmement variable. Certains chevaliers étaient ridiculement petits, leurs armures et costumes semblant être prévus pour des enfants de dix ans, alors que d'autres atteignaient les standards modernes. Selon ce texte élogieux, Niall restait invaincu à l'épée, comme dans les autres armes. Les récits de ses combats étaient dithyrambiques. On ne comptait plus les Sarrasins qu'il avait abattus et les chevaliers qu'il avait sauvés. Grace avait l'impression de lire la légende d'un héros rnythique plus que la biographie d'un Templier ».

« Les vêtements du XXe siècle en révélaient plus, songea-t-elle soudain, mais ils offraient une bien meilleure protection. Un homme devait lutter contre des crochets, des pressions et des fermetures Éclair avant d'atteindre l'intimité d'une femme. Les robes médiévales, si couvrantes soient-elles, n'étaient pas des défenses très solides. Quant aux Écossais, leurs kilts leur avaient encore simplifié la tâche. Ils n'avaient qu'à écarter les pans de leur plaid et à soulever les jupes de leurs compagnes pour leur faire l'amour ».

« Regarde-moi, poursuivit-il. J'ai trente-neuf ans. Je devrais commencer à vieillir, mais mes cheveux restent noirs et mes dents ne tombent pas. Je ne suis jamais malade et je me rétablis vite quand je suis blessé. C'est à cause de Lui. Pour que je veille sur le Trésor le plus longtemps possible. —Non, fit-elle doucement. Tu n'es qu'un homme en bonne santé. Au moins pouvait-elle le rassurer sur ce point. —À mon époque, les gens vivent jusqu'à quatre-vingts ans, ils fêtent même parfois leurs cent ans. J'en ai trente et un. Il haussa les sourcils, l'air légèrement surpris, et regarda sa peau douce et sans rides, ses cheveux brillants. — Tu parais si jeune... Elle préférait ne pas penser à la mine qu'elle devait avoir, les traits tirés de fatigue après cette nuit de débauche. Elle vint s'asseoir à côté de lui ».

2#-L’évolution impressionnante de l’héroïne : Décrite comme une fille pas forcément très sexy au début du livre mais plutôt comme étant une « rate de bibliothèque », Grace va beaucoup changer au cours de ces mois en tant que fugitive. Il y a d’abord sa perte de poids spectaculaire, provoquée par son mal-être (et disons-le carrément, sa dépression), après avoir vu son mari se faire tirer une balle dans la tête sous ses propres yeux. Grace ne peut plus avaler de nourriture….Elle se force à manger uniquement pour avoir de l’énergie mais c’est vraiment à contre-cœur. Cette situation peut être problématique à certains moments, par contre, ça l’a bien aidée au début de sa fuite, quand elle était livrée à elle-même et devait compter sous par sous ce qu’il lui restait dans sa poche….Au moins, elle n’a pas tout dépensé en nourriture ! L’énergie du désespoir, la tension nerveuse lui ont permis de vivre sur ses réserves physiques pendant un certain temps. En plus de son obligation à fuir et à se cacher des tueurs à ses trousses, elle trouve aussi le temps de continuer à travailler sur ses traductions de texte (puisque c’est quand même pour ces foutus textes anciens que son mari et son frère ont été assassinés sauvagement !). Le mystère sur le trésor des templiers et ce fameux Niall s’amplifie donc au fur et à mesure de ses recherches….Cela a au moins le mérite de permettre à Grace de penser à autre chose qu’à sa vie partie en lambeaux et il y a aussi les rêves étranges et franchement très réels où elle se retrouve dans le lit du beau highlander…D’abord victime, Grace va se transformer au fur et à mesure en « warrior », déjà, en constatant qu’elle peut se défendre contre les agressions des hommes qui la prennent pour une vulgaire clocharde pauvre et démunie, mais aussi en utilisant sa très grande intelligence pour arriver à reconstituer les pièces de puzzle et finir par rejoindre Niall dans son Ecosse du 14ème siècle. Malgré le fait que notre héroïne soit relativement terre à terre, elle finit par croire de plus en plus au « surnaturel » et à l’éventualité d’un voyage dans le temps puisque de toute manière, elle n’a plus rien à perdre dans sa vie menée en 1997…..J’ai franchement adoré la personnalité de cette héroïne. L’auteure américaine Linda Howard a le chic de nous inventer des jeunes femmes toujours prêtes à renaître de leurs cendres, quelques soient les malheurs ou les tragédies qu’elles ont connus….C’est une fois encore le cas pour notre sympathique et courageuse Grace St John !



« Seigneur, cette souffrance était insupportable ! Ford était mort pour elle, mais elle avait refusé de porter son nom. Il ne le lui avait jamais demandé, n'y avait jamais fait allusion. Connaissant Ford, elle savait qu'il s'en moquait. Ce qui comptait pour lui, c'était leur mariage, pas le nom qu'elle portait. Pourtant, tout à coup, ce détail lui paraissait d'une importance cruciale. Avoir le même nom que Ford aurait créé un lien supplémentaire entre eux. Jamais non plus elle n'aurait d'enfants de lui. Ils avaient prévu d'en avoir deux. Ils en avaient parlé, mais avaient choisi de donner la priorité à leurs carrières. À Noël, ils avaient décidé d'attendre encore un an. Et Ford était mort. Cette souffrance était insoutenable. Elle devait faire quelque chose, ou elle allait devenir folle. Elle se sentait capable de sortir en hurlant et d'attendre au millieu de la route qu'on l'arrête ou qu'on la tue ».

« Elle était persuadée qu'elle était l'image même de l'intellectuelle timide : des cheveux brun foncé, désespérément raides, qu'elle avait depuis longtemps renoncé à faire friser et qui retombaient dans son dos en une lourde tresse ; des yeux bleus, presque gris, généralement protégés par des lunettes ; pas de maquillage parce qu'elle ne savait pas en mettre ; des vêtements pratiques, pantalons larges et chemises en jean. Bref, elle n'était pas le genre de femme à inspirer des rêves torrides. Mais Ford avait toujours dit qu'elle possédait la bouche la plus désirable qu'il eût jamais vue et le regard que Kris venait de lui lancer la troublait malgré elle ».

« Elle ouvrit les yeux, le souffle brusquement coupé, et s'assit dans son lit, scrutant l'obscurité de la chambre vide. Quand elle comprit ce qui venait de se passer, un sentiment d'horreur l'envahit. Elle serra les dents, pleine de rage, de désespoir et de dégoût. Non ! Elle se haïssait. Elle haïssait son corps stupidement affamé d'avoir cédé à son imagination déréglée. Comment osait-elle rêver que Niall lui faisait l'amour? Ford était le seul homme à l'avoir touchée, aimée, explorée. Elle ne s'était déshabillée que devant lui, n'avait aimé que lui et, deux mois après sa disparition, elle rêvait d'un autre, se donnait à lui et y trouvait du plaisir! Elle remonta ses genoux sous son menton, le cœur serré. Elle avait trahi son mari. Ce n'était qu'un rêve, mais une trahison restait une trahison. Elle aurait dû rêver de lui, l'homme qui était mort pour elle ».

3#-Le jeu du chat et de la souris avec le mercenaire Conrad : Malgré son allure simiesque, Conrad est très perspicace et est un vrai pisteur ne manquant pas de bon sens. Même si Grace est très intelligente, elle va avoir du mal à semer ce tueur lancé à ses trousses par son ancien patron qui veut sa peau (et aussi son corps avant, s’il peut s’amuser un peu avec elle avant, il ne va pas se gêner…). Ce n’est pas le cas pour Conrad qui est décrit comme un homme froid et indifférent au sexe, autant avec les femmes qu’avec les hommes. Imperturbable quoi qu’il arrive, il m’a vraiment fait frémir plus d’une fois car il était souvent à deux doigts de choper enfin notre pauvre Grace ! Mon Dieu, c’est vraiment le genre de méchant que j’adore dans les thrillers !

« Et le pompiste avait probablement menti, se dit Conrad en repoussant les couvertures. Il alluma sa lampe de chevet et s'habilla calmement. Il voulait laisser à la patrouille le temps de prendre la déposition du pompiste et de repartir. Un mètre soixante-dix, soixante-dix kilos ? Si l'homme avait perdu la bagarre, il n'allait pas reconnaitre qu'il s'était fait battre par une femme d'un mètre soixante-cinq et de soixante kilos. Il aurait l'air moins ridicule en ajoutant cinq centimètres et dix kilos. Les cheveux, l'âge, les vêtements, tout correspondait. Conrad devait vérifier ».

4#-Le contexte historique : Je dois dire que je n’y connais pas grand-chose aux Templiers et à cette période obscure de notre histoire. Car oui, une partie du récit « historique » de ce livre se passe en France (Niall parle d’ailleurs parfaitement cette langue….Enfin, le français du 14ème siècle, j’entends bien…). Je suis étonnée qu’une auteure américaine ait pu écrire un roman sur cette période du Moyen-âge ! Généralement, venant des américains, nous avons plutôt des histoires de Highlanders….Bon, cela dit, Niall est un highlander, c’est vrai ! mais il ne faut pas oublier qu’avant de rejoindre son Ecosse natale et être un guerrier « womanizer », il a d'abord été un soldat moine dont les relations sexuelles étaient totalement interdites ! Alors, pour tout vous avouer, l’auteure m’a un peu perdue dans ses détails historiques concernant les templiers et finalement, en refermant ce livre, je n’en sais pas plus par rapport à cette organisation « légendaire et mystérieuse », en même temps, c’est un peu le but ! Cela se saurait si les Templiers avaient voulu être connus du monde entier….Non, eux, ils préféraient le mystère, les coquins !

« — Pour en revenir à ces Templiers, pourquoi ont-ils fini sur le bûcher comme les sorcières, alors qu'ils étaient moines ?
— Pour hérésie, murmura Grace. Le feu était le châtiment pour de nombreux crimes, pas seulement pour la sorcellerie.
— La religion avait beaucoup d'importance, à cette époque, fit Kris en fronçant les sourcils devant la représentation très réaliste de trois hommes attachés à un poteau, les jambes léchées par les flammes. Les trois condamnés portaient des tuniques blanches ornées d'une croix sur la poitrine. Leurs bouches étaient des trous noirs ouverts sur leurs hurlements d'agonie.
— Encore aujourd'hui, on assassine au nom de la religion, dit Grace en frémissant d'horreur. Au Moyen Âge, la religion était au centre de la vie des gens. Tous ceux qui la contestaient constituaient une menace pour les autres. La religion ne leur apportait pas seulement les règles de la vie sociale, elle fournissait aussi une explication, même irrationnelle, à une foule de choses inconnues et inquiétantes. Ils étaient terrifiés par les éclipses, les comètes, la maladie qui frappe et tue sans prévenir... des choses que nous trouvons normales maintenant, mais qu'ils n'avaient aucun moyen de comprendre à l'époque. Imagine ce qu'une appendicite pouvait représenter pour eux, ou une crise cardiaque. Ils ne savaient pas ce qui arrivait, pourquoi ça arrivait et comment l'éviter. La religion leur offrait une sorte de protection contre ces événements effrayants. De toute façon, après la mort, Dieu se chargeait d'eux et les forces maléfiques étaient vaincues. Kris fronça les sourcils, effaré par une telle ignorance.
— La télévision leur aurait fichu une sacrée trouille, pas vrai ? fit-il.
— Surtout Les feux de l'amour, plaisanta-t-elle. C'est ça, l'esprit du mal, aujourd'hui. Kris gloussa, remonta ses lunettes sur son nez et se pencha à nouveau sur l'écran ».

« Ce qu'elle avait lu dans les fichiers de la bibliothèque lui revint en mémoire. Les Templiers avaient été l'organisation la plus riche de la société médiévale. Leur fortune dépassait celle des rois et du pape. Ils avaient même instauré le premier système bancaire au monde, avec des transferts de fonds et des prêts aux monarques. Au début, l'Ordre avait été fondé pour protéger les pèlerins en route vers la Terre sainte. Les moines guerriers étaient vite devenus les mieux entraînés, les mieux équipés et les meilleurs des soldats de leur époque. Ils inspiraient une telle crainte et un tel respect à leurs adversaires que, quand les Musulmans les faisaient prisonniers, ils les tuaient sans réclamer de rançon. Ils étaient restés un certain temps sur le site du temple de Salomon, à Jérusalem ».

5#-Les amis de Grace : Bon, ils ne sont que deux, mais ils vont lui être d’une très grande aide ! Il y a d’abord le jeune geek, Kris, qui connaît notre héroïne depuis plusieurs années (et qui semble être un peu secrètement amoureux d’elle…) qui va grandement l’aider au niveau des problèmes informatiques et comment pirater un distributeur de billets, par exemple mais il y a aussi Harmony, la logeuse de Grace, qu’elle va rencontrer durant sa fuite de Minneapolis à Chicago. Celle-ci va lui donner de sacrés conseils et lui dire où s’adresser pour se fournier des faux papiers etc…Bref, elle va lui montrer comme revivre une vie incognito et en changer rapidement une fois qu’elle craigne d’être découverte. Il faut aussi savoir qu’Harmony va accompagner Grace en Ecosse une fois le moment venu pour notre héroïne de faire le grand saut dans le temps….



« La logeuse alluma une longue et fine cigarette et observa Grace à travers le nuage de fumée bleue. Une bague ornait chacun de ses doigts, et Grace se surprit à regarder les mouvements étrangement gracieux de ses grandes mains.
— Ça m'étonnerait, fit soudain la femme. Excuse-moi, chérie. Pour moi, le travail, c'est le trottoir, et tu n'as pas le genre, malgré ta perruque bon marché. Pas de maquillage et une alliance. Tu as quitté ton mari ? Grace baissa les yeux sur ses mains et fit tourner doucement l'anneau en or que Ford fui avait passé au doigt le jour de leur mariage.
—Non, murmura-t-elle.
— Il est mort, hein ? Stupéfaite, Grace releva les yeux.
— Si tu avais divorcé, tu ne porterais pas ton alliance. Un regard vert sagace la jaugea d'un coup d'oeil. — En plus, elle t'est trop grande, continua la logeuse. Et tu flottes dans tes fringues. Tu as perdu quelques kilos, hein? Le malheur coupe l'appétit, c'est connu. Grace se sentait à la fois terrifiée et soulagée. En moins de deux minutes, cette étrange jeune femme l'avait percée à jour, remarquant des détails que personne d'autre n'avait notés.
— Oui, répondit-elle platement. La femme sembla soudain prendre une décision.
— Je m'appelle Harmony, déclara-t-elle en lui tendant la main par-dessus le bureau. Harmony Johnson. Il y a plus de Johnson que de Brown ou de Jones, tu le savais? Grace eut l'impression de serrer une main d'homme ».

« Perplexe, Grace regarda sa logeuse s'éloigner. Avec ses manières brusques, son style excentrique et sa taille hors du commun, Grace doutait qu'Harmony ait eu beaucoup de succès en tant que prostituée. Ce soir-là, elle portait des collants de danse violets et un tee-shirt sans manches qui révélaient des jambes et des bras musclés. Les hommes qui fréquentaient les prostituées ne recherchaient certes pas la séduction, mais combien choisissaient une femme plus grande et plus masculine qu'eux ? Grace aurait pu la prendre pour un travesti ou un transsexuel, si Harmony n'avait pas un jour fait une remarque sur la fausse couche qui, à quinze ans, l'avait privée de tout espoir d'être mère ».

« Lorsqu'elles étaient ensemble, Harmony lui parlait. Grace l'écoutait avec attention. Son amie lui expliquait comment semer un poursuivant, se déplacer sans laisser de trace, trouver un faux permis de conduire et même un faux passeport, si elle ne pouvait s'en procurer légalement. Toutes ces précieuses informations étaient son cadeau à Grace. Le vendredi, elle loua une voiture et conduisit Grace jusqu'à Michigan City, dans l'Indiana, où celle-ci avait prévu de prendre le car. Grace préféra taire sa destination à son amie et Hamony ne lui posa aucune question.
— Fais bien attention, dit Harmony d'une voix bourrue, en serrant Grace contre elle. Et n'oublie pas ce que Mateo et moi avons tenté de t'enfoncer dans le crâne.
 —Ne t'inquiète pas, répondit Grace en lui rendant son étreinte. Puis elle rassembla ses affaires et pénétra dans la gare routière. Harmony regarda la frêle silhouette disparaître à l'intérieur. Elle cligna des paupières pour chasser ses larmes et s'éloigna.
— Que Dieu te protège, murmura-t-elle en remontant dans sa voiture ».

« Chercher à se dissimuler était le meilleur moyen de se faire remarquer. Harmony lui avait appris cette règle : « Marche comme si le trottoir était à toi et les sales types te laisseront tranquille ».

6#-La romance entre Grace et Niall : Attention, celle-ci n’a pas été évidente dès le premier regard, loin de là ! Même s’ils ont partagé les mêmes rêves sensuels durant certaines de leurs nuits (d’ailleurs, Niall se demandait franchement si elle n’était pas une sorcière), Grace se sent énormément coupable (et c’est tout à son honneur !!!), une fois réveillée, de ressentir une attirance physique pour le beau highlander alors que son mari a été froidement assassiné quelques semaines auparavant. Pourtant, il ne faut pas oublier que c’est le valeureux et légendaire Niall, décrit dans les textes à traduire, qui a permis à Grace de se surpasser et même de le prendre comme exemple dans les moments où elle allait mal ou courait un danger. Du coup, une fois que la jeune femme parvient à remonter le temps et se retrouve face à Niall, j’avoue que j’ai été surprise de la réaction de celui-ci et de la manière dont il va se comporter avec elle…..Oui, franchement, leur romance n’était pas évidente….J’ai vraiment pris plaisir à lire les comportements parfois très taquins (et même injustes) de notre beau highlander !

« Ford. Poussée par le désespoir, Grace s'arracha à l'étreinte de Niall et s'enfuit de l'autre côté de la table. C'était un obstacle bien pitoyable, qu'il pouvait renverser d'un geste de la main, mais elle savait qu'il ne la forcerait pas. Il resta parfaitement immobile, l'observant sous ses paupières baissées. Elle serra les mains, faisant fébrilement tourner son alliance, fragile symbole de sa fidélité et de sa trahison. La bague était devenue si grande qu'elle avait peur de la perdre, et elle avait pris l'habitude de toujours vérifier sa présence à son doigt. Niall attendait.
— Je suis veuve, dit-elle avec effort. Sa gorge se noua et elle déglutit péniblement.
— Mon mari est le seul homme avec qui... Elle se tut, incapable d'en dire plus.
— Tu l'aimes encore ?
— Oui. Sa réponse était presque inaudible. Il fit le tour de la table. Elle aurait voulu courir loin de lui, mais elle était incapable de bouger. Il prit son visage entre ses mains, l'ombre d'un sourire effleurant ses lèvres bien dessinées, son regard noir plein de compréhension.
— Désirer un autre homme est nouveau pour toi. Tu crois le trahir.
— Oui, murmura-t-elle.
— Et pourtant tu es venue, sachant ce qu'il y avait entre nous. Ton corps est prêt, mais ton esprit a besoin d'un peu plus de temps. Il se pencha et déposa un baiser sur son front. 
— Je ne te forcerai pas, jeune fille, mais je ne te laisserai pas longtemps seule dans ton lit. Ma bouche et mes mains sauront vaincre tes craintes ».

« Elle essaya de penser à Ford, mais son image était terriblement lointaine. Une année s'était écoulée, une année où elle n'avait rien possédé qui lui ait appartenu. Elle n'avait eu aucun objet sur lequel pleurer, de lettre, aucune photo qui aurait maintenu son mari présent en elle. Elle s'était interdit de songer à lui trop souvent, de peur d'être anéantie par la souffrance. Et maintenant qu'elle avait besoin de lui, elle était incapable de se souvenir de son visage ou de l'intonation de sa voix ».

7#-Le méchant très méchant : Si Conrad est l'homme de main envoyé sur les traces de Grace pour la tuer, il ne faut pas oublier que c’est Parrish qui tire les ficelles ! Cet homme n’est autre que l’ancien patron de Grace ainsi que de son mari et de son frère. En effet, il avait engagé nos trois archéologues dans le but précis (et secret) de trouver et traduire ces textes qui détiennent le trésor des Templiers. Il va sans dire que pour préserver ces textes secrets, il s’est appliqué à supprimer tous les témoins gênants (à part Grace qui lui a filé entre les doigts !). Parrish est un être malfaisant au physique très séducteur, d’ailleurs, beaucoup de femmes qui s’y frottent vont s’y piquer, nous en avons un exemple flagrant dans le récit (j’avoue, j’ai adoré ce passage « du balcon »….Il est vraiment ignoble, ce type !!!). Il a aussi pour Grace un intérêt très malsain. S’il veut la tuer bien évidemment, il aimerait bien user de son corps doux et voluptueux avant (enfin, ça c’était avant que Grace perde beaucoup de poids au cours de ces mois de fugitive…).

« Parrish avait consulté ses registres et remonté la piste jusqu'à Paris, où les documents étaient conservés. Les Français se montraient parfois si tatillons pour laisser sortir des originaux, même pas très anciens, que Parrish avait envoyé ses hommes sur place pour les dérober. Mais ils étaient rentrés bredouilles : les documents avaient été mystérieusement détruits dans un incendie. Les originaux ainsi que les négatifs des photos étaient partis en fumée. À présent, les seules copies au monde s'étaient évanouies dans la nature avec Grace. S'il se fiait au registre des missions, elle n'avait commencé la traduction que depuis trois jours. Grace était douée, elle était même sa meilleure spécialiste. Il ne pouvait prendre le risque qu'elle en ait déchiffré assez pour comprendre ce qu'elle avait sous les yeux. Elle devait être éliminée, comme tous ceux qui connaissaient l'existence de ces documents ».

« Il avait du mal à croire que Grace se soit montrée plus coriace que Ford et Brian. Depuis combien de temps travaillait-elle pour lui ? Neuf ans ? Dix ans ? Timide et effacée, un peu ronde, elle était l'archétype parfait de l'intellectuelle sans attraits, avec ses cheveux noués en natte et ses vêtements informes. Son manque complet de style était un affront à sa propre sensibilité. Ne serait-ce que pour cela, il avait plusieurs fois été tenté de la séduire. Les femmes l'ennuyaient. Grace aimait son mari et lui était fidèle. Avec sa morale ridicule de classe moyenne, elle représentait un défi. Elle avait une peau merveilleuse, comme une porcelaine translucide, et la bouche la plus incroyablement sensuelle qu'il eut jamais vue. À l'idée de tout ce qu'il aurait pu exiger de cette bouche si pulpeuse, Parrish sentit le désir monter en lui. Ce pauvre vieux Ford n'en avait certainement pas profité autant qu'il l'aurait pu ! Elle avait dû se trouver aussi démunie qu'une enfant, dans les rues sombres et effrayantes de Minneapolis ».

Ce que je n'ai pas aimé dans ce livre :
Grace et son ordinateur : J'avoue que j'ai un peu de mal à concevoir la facilité avec laquelle l'héroïne a réussi à se débrouiller avec son ordinateur et internet en 1997.....Personnellement, j'ai eu ma première connexion internet en 2000 (je m'étais payée mon ordinateur avec mon premier salaire - j'habitais encore chez mes parents à cette époque) et je me rappelle de la première fois où le modem s'est connecté à internet ce fut tout simplement magique ! (sur la ligne téléphonique, du coup, quand j'utilisais internet, ça sonnait occupé au téléphone fixe....Vous avez connu ça aussi ?...Et le bruit caractéristique du modem....). Pour l'ordinateur portable, je présume que ceux des années 90 devaient peser vraiment plus lourd que nos pc actuels, du coup, l'aisance de l'héroïne à se déplacer avec son pc et à se connecter à internet me laisse perplexe, mais bon, vu que l'auteure a situé son histoire à la même époque où elle a été écrite, je ne peux pas l'accuser d'avoir simplifié la manipulation de l'informatique....Et puis peut-être qu'aux USA, les pc étaient plus avancés technologiquement que ceux que nous avions en France à la fin des années 90...(j'ai eu 20 ans en 1998....Oui, le temps passe....Mazette !).



Pour conclure, j’ai beaucoup aimé Obscure prémonition même s’il n’est pas mon roman préféré de l’américaine Linda Howard. Nous avons le plaisir d’y retrouver tous les thèmes chers à l’auteure tels que le suspense et la romance mais il y a aussi cette fois-ci un peu de touche fantastique avec le voyage dans le temps (l’héroïne va aller faire un petit tour au 14ème siècle) et aussi une touche culturelle et historique puisque le héros, Niall, est un templier. Cette période de l’histoire française (et occidentale) n’est pas forcément la plus connue et la plus étudiée et donc, j’ai trouvé cela très enrichissant, au moins pour ma culture générale personnelle ! Linda Howard a réussi à me faire ressentir énormément d’empathie vis-à-vis de la très courageuse Grace St John qui va devoir faire face à des tragédies personnelles et va devoir pourtant vite se reprendre en main si elle ne veut pas mourir sous les balles des mercenaires lancés à ses trousses. Cette lecture a été très haletante à ce niveau-là, avec toujours le même réalisme employé par l’auteure quant aux bouleversements physiques et psychiques de l’héroïne qui va devoir se débrouiller pratiquement toute seule…Le méchant de l’histoire est vraiment excellent au niveau degré de sa psychopathie et certains passages m’ont faire sourire et frémir en même temps car j’anticipais ses actions et je voyais le drame arriver face à des victimes parfois totalement inconscientes du danger qu’il représentait. Bref, c’est du Linda Howard dans toute sa splendeur ! Obscure prémonition vaut vraiment le coup d’être lu car très franchement, l’histoire est vraiment captivante ! Et pour la romance, me diriez-vous ? Et bien j’ai beaucoup apprécié la manière dont l’auteure a amené nos deux héros à se rencontrer et je peux vous dire que ce n’était pas forcément évident qu’ils se tombent dans les bras au premier regard vu le contexte de guerres de clans dans lequel évolue Niall. Et puis, j’ai aussi particulièrement apprécié que Grace ne tombe pas si facilement amoureuse du beau highlander car il ne faut pas oublier qu’elle a perdu son mari (et son frère) dans des conditions atroces au début du récit. L’histoire se déroule sur une période de plusieurs mois, presque une année entre le moment où Grace prend la fuite et celui où elle rencontre enfin physiquement Niall. Entre ce laps de temps, Grace en a bavé, c’est le moins que l’on puisse dire ! Quoi qu’il en soit, je vous recommande totalement cette lecture !

Ma note : 17,50/20


Si vous avez aimé ce livre, vous aimerez peut-être aussi :


  

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire