CHARLEY DAVIDSON - Tome 12 : Douze tombes sans un os


Darynda Jones
Les Editions Milady (2018)
Sortie originale 2017
374 pages

Synopsis :
Depuis qu’il s’est échappé des enfers où Charley l’avait emprisonné par accident, Reyes, réduit à l’état de démon, n’a plus qu’une idée en tête : détruire l’univers. Et si ce n’était pas assez de devoir l’en empêcher, Charley a un meurtre à dissimuler, deux apprentis détectives à surveiller, et des prêtres un peu trop curieux au sujet de sa fille à éviter… Quand les humains capables de voir le surnaturel commencent à disparaître, le nouvel alter ego de son mari est le premier suspect. Pour sauver le monde qu’elle a revendiqué, Charley devra-t-elle sacrifier l’homme qu’elle aime depuis l’aube des temps ?

Nous voici déjà rendus au 12ème tome des aventures de notre chère Charley ! Il parait que le prochain sera le dernier, nous verrons bien…

Mais pour le moment, que dire de Douze tombes sans un os…C’est difficile de faire une chronique sur un 12ème tome avec toujours les mêmes personnages….Bien entendu, je pourrais revenir sur le sex-appeal toujours aussi chaud de Reyes et l’humour décapant de Charley mais ce ne serait que redondance !


Ce que j’ai aimé dans ce livre :
1#-Le côté obscur de Reyes alias Rey’azikeen : Je dois dire que j’ai beaucoup aimé voir réapparaître Reyes totalement changé psychologiquement (et pour cause) et du coup, la scène sensuelle et spontanée entre lui et Charley n’en a été que plus intense ! Après, il y a certains points sur sa rancune envers Charley qui m’ont laissée dubitative mais bon, pris dans le feu de l’action, ça passe….Attention zone spoilers ! Cliquez sur le mulot et passez le texte en surbrillance ! Et la scène où il retrouve Pépin, qu’il la prend dans ses bras, sans l’intention de lui faire du mal, cela m’a beaucoup émue !....Après, je me demande pourquoi il n’a pas dit tout de suite à Charley qu’il ne voulait pas de mal à leur fille…Cela aurait évité l’intervention de « l’armée ailée » de Charley !!! Et autre détail, le moment où Rey’azikeen redevient Reyes est un peu trouble….Finalement, « ils » restent un peu des deux à la fin du tome ? Une fusion des deux personnalités ?....Rey’azikeen va-t-il accepter de se mettre aux fourneaux du restaurant de Reyes et de vivre comme un « humain » normal ?.....

2#-L’aperçu des êtres effrayants de l’Enfer : J’espère que ces créatures seront présentes dans le prochain tome car elles ont fait leur petit effet….C’est bête à dire mais avec leur description et leur manière de se comporter cela m’a un peu fait penser aux mythiques Gentlemen dans l’un des épisodes de Buffy contre les vampires…..Bref, j’espère vraiment les revoir dans le prochain tome surtout qu’apparemment, ils n’ont pas l’air de craindre Charley ou Reyes….



Ce que je n’ai pas aimé dans ce livre : Attention zone spoilers ! Cliquez sur le mulot et passez le texte en surbrillance !
La mort d'Amber : Parfois l’auteure part un peu trop dans le mélo et je trouve que cette mort n’était pas forcément indispensable….Surtout qu’avec son pouvoir, Charley va la ressusciter….Cela va amener à des conséquences fâcheuses pour notre héroïne qui va devoir régler tout cela dans le prochain tome (qui est annoncé comme le dernier)….Du coup, cela me fait un peu tiquer de voir que Charley est décrite comme le Dieu le plus puissant, et en fait, apparemment, elle doit quand même se soumettre à certaines règles, comme le fait de ne pas ressusciter les humains….Je ne comprends pas trop cette logique : Si elle est si puissante que cela, pourquoi elle n’envoie pas chier les règles et les lois ???? Et pour cette historie de résurrection, c’est aussi deux poids deux mesures car Garrett se fait tuer plusieurs fois consécutives dans ce tome et à chaque fois, Charley le ramène à la vie….OK, j’ai bien compris que les circonstances de ses décès successifs sont causés par Reyes des conditions particulières  et que cela n’a rien à voir avec la mort d’Amber mais quand même….Un humain mort, c’est un humain mort !

« Je sentis Reyes dans mon dos, sentis ses émotions. Il était aussi terrassé que moi. 
— Charley ? C’était Cookie, qui m’avait vue et qui avait apparemment réussi à échapper à l’étreinte de son mari. L’oncle Bob avait sans doute dû montrer son badge pour l’escorter jusqu’ici. L’expression d’Obie me brisa le cœur. Alors que Cookie semblait soudain pleine d’espoir, il baissa les yeux d’un air tristement résigné. Je m’agenouillai à côté du corps et repliai la bâche pour regarder le précieux visage d’Amber. Elle avait les lèvres tuméfiées, et ses immenses yeux bleus étaient ouverts, tournés vers le ciel, comme si elle savait quelque chose qui échappait à tant de monde. Soudain, du coin de l’œil, j’aperçus l’assistante de l’entraîneur de volley-ball, la femme qui avait menacé les gamins. Elle discutait avec d’autres professeurs, un peu à l’écart. J’allais me relever pour l’affronter et lui tordre le cou, mais Quentin surgit dans mon champ de vision. Lui aussi avait réussi à franchir le périmètre de sécurité. Debout devant moi, il haletait, bouleversé. Je m’assis donc sur mes talons et attendit qu’il me raconte, mais il gardait les yeux rivés sur le visage de la fille qu’il aimait, les joues baignées de larmes et maculées de sang. Au bout d’une éternité, il se tourna vers moi et commença à signer. 
— J’ai essayé de l’arrêter, expliqua-t-il avec des gestes lents, presque incompréhensibles tant il était sous le choc. C’était un homme. Un prêtre. J’ai essayé de l’arrêter. Il l’a attrapée et semblait vouloir qu’on l’aide, mais elle ne comprenait pas ce qu’il disait, alors il s’est mis à la frapper. Et puis des flammes ont surgi du sol ; elles essayaient de le manger. Je lui ai donné des coups de pied pour essayer de le faire dégager, mais… (Il tomba à genoux à côté de moi.)… il a disparu, comme ça. Non. Je secouai la tête. Je l’avais arrêté. Je l’avais appelé et je l’avais… 
— Deux heures, sanglota Cookie, qui s’était agenouillée à côté de nous. Elle était partie depuis deux heures quand on est arrivés ici. Battue et brûlée, comme les autres. Elle fondit en larmes ».

« Michael apparut, comme s’il avait épié le fil de ma pensée. Il me toisa d’un regard dur – un avertissement. Je me retournai vers Reyes, mon mari magnifique pour qui je m’étais battue pendant des jours, et je murmurai : 
— Je trouverai un moyen de revenir. Je te le promets. Il comprit aussitôt ce que je comptais faire et se jeta sur moi pour me retenir, mais avant qu’il ait pu m’atteindre, je caressai le front d’Amber. Elle battit des paupières, ses joues reprirent des couleurs, et je la vis inspirer une fraction de seconde avant que le monde m’échappe. La dernière chose que je sentis avant d’être projetée dans l’éther, ce fut la chaleur impossible, la flamme aveuglante, la rage incandescente de Reyes tandis que j’étais condamnée à un royaume sans lumière ».

Pour conclure, l’auteure américaine Darynda Jones arrive toujours à nous trouver des situations ubuesques ou périlleuses dans lesquelles elle fourre son héroïne et c’est certain que le livre se dévore très rapidement surtout que l’humour y est toujours au top ! Cela dit, je trouve que l’histoire commence à tourner un peu en rond et le fait que Charley et Reyes soient des êtres si spéciaux et aient autant de pouvoirs, cela me laisse un peu perplexe notamment dans la manière dont ils gèrent les conflits avec leurs ennemis….La fin de ce tome est évidemment stressante et nous incite à lire rapidement le 13ème et dernier tome de la saga quand il sortira. Personnellement, même si j’adore cette saga Charley Davidson, je pense qu’il est bien qu’elle s’achève prochainement car je pense qu’on a un peu fait le tour de l’intrigue….Et je ne sais pas si c’est dans les projets de l’auteure mais faire un spin-off de cette saga avec comme héroïne Pépin, la fille de Charley et de Reyes, quand elle sera adolescente ou jeune adulte, ce serait pas mal du tout !!!….Surtout que Charley nous a déjà mis l’eau à la bouche en nous révélant qui sera le futur amour de sa fille qui n’est encore qu’un petit bébé au moment où j’écris cette chronique....Est-ce que l’auteure a ce projet en tête ? L’avenir nous le dira…..