mercredi 20 mai 2015

SARANGINS - Tome 6 : Amnésie

Emmanuelle Amadis
Les éditions Sharon Kena (2015)
229 pages

Synopsis :
Les anti-sarangins n’osent plus s’en prendre aux femmes qui côtoient les extra-terrestres, chaque tentative se solde par des morts en grand nombre et les états continuent tout de même à les soutenir. Mais après presque dix années de vaines attaques, ils semblent avoir trouvé une arme efficace contre les Sarangins, et c’est Hellus qui en est la victime. Ce n’était peut-être pas celle que les humains espéraient pour pouvoir enfin faire pression sur ces extra-terrestres et obtenir d’eux plus que ce qu’ils n’ont accepté de partager avec leur monde d’adoption jusqu’ici, mais c’est largement suffisant pour inquiéter ces hommes immenses. Mais cette faille, cette faiblesse qu’ils ont découverte, était-elle vraiment volontaire ? Combien d’humains sont véritablement au courant de leur vulnérabilité ? Certes, elle bouleverse la vie bien organisée et harmonieuse de leurs Cerdhes, mais tant que toute cette histoire reste secrète, bien cachée dans leur monde, peut-être n’est-ce pas si alarmant. Et finalement, est-ce vraiment un désastre ? Ne serait-ce pas plutôt une nouvelle source d’espoir pour les Sarangins ?

Encore une fois, je me suis plongée avec grand plaisir dans ce 6ème tome des aventures de nos chers extra-terrestres Sarangins, ces beaux mecs musclés qui respirent le souffle des autres comme geste de salut et qui sont à la recherche du grand amour en dehors de leur planète d'origine. « Amnésie » est un peu particulier dans la mesure où il est découpé en deux parties. 

La 1ère partie suit le récit chronologique de la trame jusqu'alors posée par l’auteure française Emmanuelle Amadis et nous retrouvons ainsi Hellus, le héros du 2ème tome à qui il arrive un gros problème de perte de mémoire, ce qui est gênant, notamment pour sa compagne, son Chèile, Claire, puisque le bel extra-terrestre ne la reconnaît plus…..

Et ensuite, la 2èmepartie est un petit saut dans le futur où nous suivons Zora, l’une des jumelles née du 1ercouple Sarangin/Terrienne, Sélog et Elliana. Zora a maintenant 16 ans, c’est une jeune fille qui se cherche et, contrairement à sa sœur jumelle, Hélène, Zora ne se sent pas rester sur Terre car elle sait que son Chèile n’est pas sur cette planète alors quand une nouvelle navette de Sarangins débarque un jour pour une escale, la jeune femme sait que c’est l’occasion pour elle de partir avec eux pour explorer l’espace….

Contrairement au 5ème tome qui m’avait un peu déçue, alors que j’en attendais beaucoup, notamment avec le changement de personnalité de la forte et fringante Karen rencontrée dans le 4ème tome, dans « Amnésie », je dois dire que j’ai été comblée !



Ce que j’ai aimé dans ce livre :
1#- Une conclusion positive : De nouvelles perspectives d’avenir et de bonheur s’annoncent pour nos beaux Sarangins et leurs compagnes terriennes et c’est vraiment très plaisant. Forcément, au bout de 6 tomes, je me suis attachée aux différents personnages ! Un lien s’est créé comme c’est souvent le cas dans les sagas. Le fait de conclure ainsi sur un élément positif nous permet de dire adieu plus facilement à nos chers héros. Nous ne sommes pas loin du « ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants » des contes de fée alors évidemment, pour une romantique sentimentale comme moi, c’est touchant !

2# Girl power ! En effet, dans la 2ème partie, nous suivons le récit de la jeune Zora, âgée de 16 ans. Elle est à moitié humaine et à moitié Sarangin. Comme sa sœur et sa mère, elle a des dons pour percevoir des Chèiles (ou plus exactement, ceux qui n’en n’auront pas…). Elle sait que l’homme de sa vie n’est pas sur Terre. J’admire son courage (ou son inconscience) de vouloir ainsi quitter sa famille pour ce qui semble être un voyage sans retour. Même si, je me pose des questions à propos du fait que ce soit vraiment aussi  inéluctable que ça pour son histoire de non-retour sur Terre ! En effet, si des navettes de Sarangins peuvent se déplacer facilement dans l’espace à la conquête des coeurs des femelles des différentes planètes, peu importe où Zora trouvera son Chèile, ne pourra-t-elle pas un jour revenir voir sa famille installée sur Terre ?



3#-Parallèle avec les migrants qui ont quitté leur pays pour coloniser de nouvelles terres : Par cette conquête de l’espace, j’imagine bien les états d’âme qu’ont pu ressentir les proches des explorateurs, par exemple, ceux qui ont quitté l’Europe pour aller en Amérique, il y a des centaines d’années. Je ne parle pas des migrants actuels qui ont des moyens modernes de rester en contact mais à une certaine époque, ces voyages étaient sans retour. Les adieux étaient définitifs pour ceux que l’on laissait derrière nous….Car il n’y avait pas de téléphone, les traversées des océans duraient parfois des mois et l’espérance de vie était courte alors à quoi bon revenir dix ans plus tard revoir sa famille, si les parents étaient déjà décédés sans qu’on le sache avec le manque de moyens de communication…..Alors que dans notre saga des Sarangins, nous avons là des êtres qui ont des moyens perfectionnés de communiquer à distance, du coup, même si Zora ne repose plus jamais les pieds sur Terre, ne pourra-t-elle pas communiquer d’une autre manière avec ses parents ou sa sœur jumelle ? (ils n’ont pas Skype là-bas ?^^)….Oui, je sais, je l’ai déjà dit dans l’élément positif #2, mais j’insiste car ce détail m’interpelle....Pour moi, il est inconcevable que Zora ne parle plus jamais à ses parents !!! Nous ne sommes plus à l'époque du Far West !

Attention Spoilers, pour lire, il faut mettre en surbrillance avec le mulot !
4#-Rien n’est définitivement acquis et il y a toujours un « donné pour un rendu » : Je parle ici des nouvelles conceptions d’enfants qui vont être provoquées par des Reboots de Chèiles. En effet, l’auteure, Emmanuelle Amadis, a eu la bonne idée de créer ces beaux extra-terrestres qui ne peuvent provoquer le Chèile qu’une seule fois, avec leur promise. Cela amène à la conception d’un enfant et d’un tatouage qui marque le corps de l’élue et qui évolue tout au cours du développement du fœtus. Les Sarangins n’avaient droit qu’à un seul coup - pour parler crûment - alors les chanceux qui avaient des jumeaux ou des triplés, c’était super, mais pour les autres, ils devaient se faire une raison et n’avoir qu’un enfant unique. (remarquez, c’est déjà mieux que de ne pas avoir d’enfants du tout ! les Sarangins qui savent qu’aucun Chèile ne les attend peuvent en témoigner !!!). Ces règles de conception sont subtiles et servent bien le scénario. La mentalité des Sarangins est telle, avec leur aptitude à l’abnégation de l’individu pour l’intérêt global du groupe, que ceux qui n’auront jamais d’enfants ne ressentent pas pour autant de la haine ou de la jalousie envers les heureux papas, mais au contraire, ils deviennent des nounous ou des tontons plus que parfaits (comme Dari avec Zora)…..Un peu comme dans une meute de loups, où ce n’est que le couple alpha qui peut se reproduire et les autres loups l’acceptent (si on peut dire ça à propos d’animaux…C’est plus une question d’hormones, me direz-vous...Mais j'espère que vous comprenez ce que je veux dire !) ; En tout cas, pour les chanceux qui ont trouvé leur Chèile et ont eu un enfant avec elle, c’est une super idée de savoir maintenant, grâce à l’accident de Hellus, qu’il est possible de recréer le Chèile, comme une sorte de reboot…..et cette fois-ci, vous remarquerez que c’est le mâle qui prend les risques (avec l’aiguille enfoncée dans le cervelet etc)....Car il faut bien admettre que dans la réalité, c’est souvent la femme qui prend le plus de risques, ou tout de moins subit le plus d’inconvénients en ce qui concerne la conception d’un enfant, que la grossesse soit facile ou non…(J’en parle en conséquence de cause vu que j’ai deux enfants….et que mes grossesses ont été complètement différentes….Et pour parler de ma vie privée, si j’avais eu ma 1ère grossesse de la même manière que j’ai eu la 2ème, j’aurais peut-être hésité à avoir un 2ème enfant….En tout cas, ça m’a refroidi complètement pour en avoir un 3ème, ça c’est sûr !....Bref, bref bref, 36 15 code ma vie….).
En plus des risques physiques sur le Sarangin (toucher au cerveau n’est jamais anodin), il y a aussi le triste constat que ce 2ème Chèile provoque généralement des grossesses gémellaires mais que l’un des fœtus n’arrive jamais à terme….
Il y a quelque chose de presque philosophique dans ce principe inventé par Emmanuelle Amadis car cela veut dire que les futurs parents doivent accepter de sacrifier l’un des bébés pour que l’autre vive….
En tant que parent, est-ce que vous voyez le dilemme ? Jusqu’à quel point l’envie d’avoir un 2ème enfant peut pousser les gens à risquer leur santé et jouer à la roulette russe sur l’un des fœtus qui ne s’en sortira pas (tous les couples évoqués dans l’histoire qui ont tenté cette « expérience » ont toujours systématiquement perdu l’un des bébés, à un stade plus ou moins avancé de la grossesse…..). Tous ces éléments me parlent énormément, en tant que maman de deux enfants, et je ne sais pas si les lecteurs ou lectrices qui n’ont pas d’enfants peuvent réaliser cette subtilité….C’est intime et viscéral….D’ailleurs, il est bien dit dans le livre que la majorité des couples préfèrent finalement ne pas tenter le coup ! (et je les comprends !).

Ce que je n’ai pas aimé dans ce livre :
1#-La mort de Duhaut : J’ai hésité à le mettre en spoiler mais à vrai dire, sa mort n’a rien à voir avec les Sarangins, c’est juste que je suis déçue et triste d’apprendre qu’il est mort ! (oui, je suis une personne sensible et je prête une attention particulière aux personnages secondaires !). Nous l’apprenons ainsi suite à l’ellipse dans le temps de la seconde partie du livre…..Evidemment, le temps passe et ce n’est pas si « surprenant » que ça d’apprendre que le policier humain a succombé un jour à une rupture d'anévrisme. Le seul détail dommageable pour les Sarangins c’est que Richard Duhaut était l’humain en lequel ils avaient le plus « confiance » et du coup, depuis, ce n’est pas forcément facile au niveau des relations entre les Sarangins et les gouvernements humains….Car les Sarangins restent tout de même toujours des « aliens » même si ça fait presque 20 ans qu'ils ont débarqué sur le Terre. (yes ! je vous mets un petit jeu de mot subtile, vu que alien, en anglais veut aussi dire étranger).

2#-Les humains rencontrés au début de la 1ère partie du livre, notamment Tom Nuffert. Je sais bien que ces éléments n’ont servi que de prétexte pour l’accident qui va arriver à Hellus, mais je trouve dommage que cela n’ait pas été plus développé dans l’histoire car finalement, on n’a pas trop compris le pourquoi du comment de tout ce passage ! En tout cas, j’ai bien ri au début avec la « drague » faite sur cet homme étrange, démago et homosexuel refoulé par le très viril Anhem !

Pour conclure, après un 5ème tome mitigé, c’est avec délectation que j’ai lu « Amnésie ». Sa construction est particulière avec ses deux récits différenciés mais en fait, dans la mesure où nous suivons une saga, cela colle bien et c’est plutôt naturel de suivre l’un des enfants issu d’un couple Sarangin/Terrienne, maintenant que celui-ci est devenu une adolescente fougueuse et en attente de nouvelles découvertes et explorations. J’attends donc avec impatience le 7ème tome, et je suis bien curieuse de savoir si Zora va trouver son Chèile sur la planète d’origine de son père ou bien ailleurs dans l'espace (et si son futur mari n’a pas 3 yeux et 6 tentacules à la place de ses jambes….Quoique….Ca pourrait être intéressant comme concept...). Blague à part, dans ce 6ème tome, Emmanuelle Amadis nous met assez l’eau à la bouche sur les futures planètes explorées pour avoir vraiment envie d'en découvrir plus et pour le moment, les Sarangins ont la chance d’aller à la rencontre de peuples aux allures humanoïdes comme c’est le cas pour les Merakouides. En tout cas, c’est vraiment une saga que je garderai en mémoire pour son originalité et le charisme de ses personnages et d’après ce que l’on a aperçu de Zora dans ce 6ème tome, je ne devrais pas être déçue des suites de ses aventures dans l’espace infini de la voie lactéeeee !



Ma note : 17,50/20

Si vous aimez ce livre, vous aimerez peut-être aussi :

  

1 commentaire:

  1. Rrraaa pas grand-chose à dire à cette critique très (trop) agréable pour mon ego.
    J’aurais certainement pu inventer des tonnes d’explications techniques (et en plus les rendre crédibles ;-) sur la raison pour laquelle ils ne peuvent pas rester en contact « skype », mais ça m’a semblé superflu. L’intérêt de leur interdire tout contact me permet de les rendre un peu moins « imbus d’eux-mêmes » ou de se croire surpuissant. S’ils avaient la capacité de faire appel à la cavalerie aux moindres soucis avec les humains, il ne s’agirait plus d’une cohabitation, mais d’une invasion.
    Et puis le bonheur, ça se gagne, sinon il perd de sa valeur :-)
    En tout cas merci d’avoir le don de me rassurer un peu sur mes capacités à faire passer un bon moment.

    RépondreSupprimer