mardi 30 mai 2017

CHARLEY DAVIDSON - Tome 10 : Dix tombes pour l'Enfer

Darynda Jones 
Les Editions Milady 2017
Sortie originale 2016
471 pages 

Synopsis :
Détective privé à temps partiel et Faucheuse à plein temps, Charley Davidson s'est toujours posée d'innombrables questions : pourquoi je vois des gens morts ? Qui est le beau gosse surnaturel qui me suit partout ? Comment je fais pour enlever le chewing-gum des cheveux de ma soeur avant qu'elle se réveille ? Mais « comment je fais pour piéger trois dieux différents ? », c'est nouveau. Et comme ces dieux ont pour but de tuer sa fille, pas d'hésitation ! Pourtant, l'un de ces dieux a volé son coeur il y a longtemps. Est-il trop tard pour le ramener dans le droit chemin ? Avec une fugitive, un homme accusé du meurtre d'une femme toujours en vie, et un pendentif en verre qui met le monde surnaturel dans tous ses états sur les bras, Charley a fort à faire pour sauver le monde...

« Entre Highway to Hell, l’autoroute pour l’enfer, et Stairway to Heaven, l’escalier du paradis, on voit bien qu’ils n’ont pas prévu d’avoir le même nombre de visiteurs. Mème Internet ».

Et nous voici donc au 10ème tome des aventures de notre sympathique héroïne, Charley Davidson, toujours aussi accroc au café et aux fesses de Reyes. Après l’interlude amnésique du tome précédent à Sleepy Hollow, nous retrouvons notre faucheuse de retour à Albuquerque, au Nouveau Mexique, dans son appartement qui s’est très fortement agrandi grâce au compte en banque fourni du beau brun qui partage sa vie.

Alors que dire de ce tome ? Comme à chaque fois, l’auteure nous fait le plaisir de continuer à développer le passé de notre héroïne, ainsi que de celui de Reyes (le synopsis du bouquin le dit déjà : Oui, Reyes est un Dieu, comme Charley, il n’est pas seulement le rejeton de Satan)….En plus de devoir emmagasiner toutes ces nouveaux informations, notre héroïne doit, comme toujours, résoudre des enquêtes policières bien terre à terre. Les deux proposés dans ce tome se sont imposées à elle : Pour la jeune Heather, seulement âgée de 12 ans, qui a fuit le foyer où elle avait été recueillie car elle se croit victime d’une malédiction et qu’elle va bientôt mourir, c’est plutôt logique que Charley lui vienne en aide puisque je vois mal notre faucheuse laisser une gamine livrée à elle-même toute seule dans la rue….Pour l’autre affaire, Charley va être contrainte et forcée, par le procureur Parker – qui ne l’aime pas, et qui a des « dossiers » sur elle – de devoir résoudre une affaire mystérieuse avec la disparition de la compagne de l’un des meilleurs amis de procureur, qui est, en plus, accusé de ce meurtre (car la quantité de sang retrouvée dans la voiture de la victime prouve qu’il est impossible qu’elle ait survécu….).



Avec toujours autant d’humour et d’autodérision, nous avons donc le plaisir de retrouver notre Charley, qui va aussi parfois péter un peu les plombs, en tant que jeune maman séparée de son bébé et qu’elle n’a pas le droit de voir, sous peine d’attirer tous les ennemis vers la petite fille….C’est un gros coup dur pour Charley….Heureusement, nous savons qu’elle peut toujours compter sur tous ses amis….

« Ma fille m’avait été arrachée alors qu’elle était âgée de deux jours à peine. Certes, c’était pour sa sécurité. Nous n’avions pas eu d’autre choix que de l’éloigner de nous, mais ce n’était pas facile pour autant, peut-être parce que la faute me revenait à moi, et à moi seule. Apparemment, je brillais comme un phare surnaturel qui attirait les morts. Enfin, ceux qui n’étaient pas immédiatement passés de l’autre côté. Sympa, non ? J’avais toujours considéré ça comme un effet secondaire plutôt cool de mon statut de Faucheuse, mais ça, c’était avant de mettre au monde une enfant destinée à vaincre Satan et à sauver l’univers. À présent ma lumière servait surtout à renseigner nos nombreux et puissants ennemis sur ma position – et donc celle de ma fille. Bref, pour protéger Pépin, on avait dû la cacher, l’éloigner de moi, sa mère, la femme qui lui avait donné la vie – au fond d’un puits, en plus, mais je m’égare. Cette séparation me brisait le cœur et me tourmentait en permanence, comme un poids écrasant qui pesait sur ma poitrine et, malheureusement, sur mon humeur ».

« Mon père m’avait traversée pour passer de l’autre côté. Chaque fois qu’un mort fait ça, je vois sa vie défiler dans mon esprit. (…).Cependant, le passage de mon père n’était que le révélateur de la deuxième raison à ma mélancolie. Avant de traverser, il s’était débrouillé pour me transmettre tout ce qu’il avait appris depuis sa propre mort. En l’espace de quelques secondes, j’avais découvert les secrets d’un réseau souterrain, occulte, dont j’ignorais jusque-là l’existence. Traîtres et espions. Anarchistes et hérétiques. Alliances et rivalités. Un millier de guerres sur un million d’années. Mais la vérité que mon père tenait à me montrer par-dessus tout, c’était que Reyes – mon mari, mon âme sœur et le père de Pépin – était un dieu aussi. Et pas n’importe quel dieu. C’était l’un des trois dieux d’Uzan, ces frères qui ne vivaient que pour semer la mort et la destruction. Ils dévoraient les âmes par millions et croquaient les mondes comme on grignote des chips. Le pire, c’est que Reyes était considéré comme le plus dangereux des trois, le plus sanguinaire, jusqu’à ce que Satan lui tende un piège afin de lui dérober son énergie et d’en user pour se façonner un fils, Rey’aziel, également connu sous le nom de Reyes Alexander Farrow. Mon cher et tendre époux était donc un dieu maléfique qui avait oblitéré des univers entiers et étouffé la vie partout où il passait. Des milliers de dimensions l’appelaient l’Eradicateur, et j’étais mariée avec lui ».

Ce que j’ai aimé dans ce livre :
1#-La nouvelle romance entre Charley et Reyes : Même si ces deux-là se connaissent depuis un moment déjà et qu’ils ont même eu une fille ensemble, il n’empêche que l’auteure américaine Darynda Jones arrive toujours à renouveler leur histoire d’amour. Dans le précédent tome, c’était facile puisque Charley était amnésique et donc, nous ressentions avec elle ses sensations face au sublime brun qui venait régulièrement au café où elle travaillait comme serveuse à Sleepy Hollow….Pour ce tome-ci, l’excuse de leur « éloignement » est un peu plus tarabiscoté puisque en fait, il résulte surtout d’un manque de communication entre nos deux héros. Charley s'interroge parce que Reyes ne l’a pas touchée depuis qu’ils sont revenus chez eux (il y a une semaine), et comme toute femme qui se respecte, évidemment, elle commence à se faire des films surtout qu’à un moment, elle tombe sur un courrier qui lui indique que son homme paye une pension alimentaire pour un gamin de 5 ans….Ouh la la !!!! Bien évidemment, au lieu de demander des explications à son mari, Charley va imaginer le pire et sa jalousie va se mettre à carburer à 100 à l’heure…..Il ne manque plus que le whisky mélangé à son mythique café et vous retrouvez notre pauvre faucheuse complètement bourrée à pleurer ses malheurs….Et Reyes, quant à lui, a pris ses distances, en évitant de passer pour un mâle en rût car il sait que le retour des souvenirs de notre jolie brune, et les conséquences qui en résultent (avec l’éloignement de leur petite fille pour qu’elle soit en sécurité, bien cachée de leurs ennemis démoniaques) peuvent être très perturbants et il suppose que sa Dutch n’ait pas forcément envie de relations sexuelles à ce moment-là (et bien évidemment, il se trompe totalement….). Heureusement que notre chère Cookie est là, aidée de son jeu Twister pour aider nos deux amoureux à la dérive ! Conclusion, nous avons droit à une scène de « réconciliation-retrouvailles » mémorables ! 



2#-Les chasseurs de fantômes (sauf les français) : Mode internet oblige, je suis contente que l’auteure inclus ces chasseurs d’un nouveau genre qui font sensation, notamment sur Youtube. D’ailleurs, moi-même, j’étais fan de leurs vidéos à une époque donnée (il y a encore deux ans, j’adorai cela !) mais depuis, avec mon évolution spirituelle, je me suis rendue compte que tout cela n’avait pas du tout de sens, ou en tout cas, cela avait autant de sens que d’être dans une foule et d’interpeller des gens au hasard….Aucun intérêt ! C’est juste du sensationnalisme ! Les vidéos avec des médiums, comme par exemple le très gentil Bruno, (pour voir ses vidéos, c'est <ici>) font beaucoup plus d’effet, et là, rien pour faire peur, juste des gens qui se retrouvent en contact avec des membres de leur famille…..C’est beaucoup plus sympa à regarder !....Bref, je m’égare ! Pour revenir aux chasseurs de fantômes, Charley va être confrontée à deux équipes dans ce tome-ci, dont une équipe de français…..Hum….Je n’ai pas trop apprécié la manière dont l’auteure a décrit les français, et leurs réactions et leurs commentaires du style « vous, les américains vous vous croyez supérieurs »…..Pourquoi je n’ai pas aimé ? Et bien parce que j’ai déjà vu ce genre de scène dans différentes séries, où, à chaque fois qu’il y a des français, ils sont décrits comme des vantards et surtout comme étant hostiles aux américains avec cet argument que les américains se croient supérieurs…..Pitié ! Quoiqu’il en soit, nous ne voyons plus les chasseurs dans le dernière partie du livre et du coup, je pense que nous aurons de nouveau à faire avec eux dans le prochain tome, j’ai hâte de voir ça !

3#-Les enfants atteints de malédiction : L’avantage de cet élément introduit dans le récit, c’est que déjà, cela nous a permis de revoir Pari, la copine tatoueuse de Charley puisque celle-ci va héberger la jeune Heather le temps que Charley trouve le fin mot de l’histoire à propos de cette malédiction…..J’ai été contente par la manière dont Darynda Jones a développé l’intrigue et d’ailleurs, au début, j’avais vraiment l’impression que nous avions à faire à avec une serial killeuse….Mais bon, bien évidemment, dans Charley Davidson, le côté surnaturel n’est jamais loin ! En tout cas, c’était une très bonne intrigue mais cela m’a fait mal au cœur de voir qu’autant d’enfants avaient souffert….Attention zone spoilers ! Cliquez sur le mulot et passez le texte en surbrillance ! Quand je pense que c’était « simplement » un démon qui prenait possession de ces pauvres gamins….En tout cas, j’ai adoré le comportement de la chienne Artémis ! Et Charley s’est bien débrouillée aussi !

« — Il semblerait qu’il y ait eu plusieurs décès à Harbor House au cours des dernières années. On m’a chargée d’enquêter à ce sujet. 
— Mon Dieu ! souffla-t-elle. Elle ne parut pas tant surprise ou choquée que prête à coopérer. Malheureusement c’était aussi caractéristique d’une personne souffrant du syndrome de Münchhausen. Ces gens-là cherchent à attirer l’attention sur eux en jouant la carte de l’héroïsme ou de l’émotion. Le pire, c’est qu’ils n’ont pas conscience de faire quoi que ce soit de mal, alors il est presque impossible de détecter de la culpabilité ».

« Je m’assis au bord du lit, mais Hugo se contenta de me regarder d’un air vide. Ses yeux étaient de la même couleur que ceux de sa sœur, immenses et lumineux. 
— Hugo ? Ça ne va pas ? demanda-t-elle. 
— Tu as raison, Malaya, soufflai-je en lui prenant la main. La malédiction est sur lui, mais je peux l’en débarrasser. Elle plaqua sa main libre sur sa bouche. 
— Il faut que tu me fasses confiance. D’accord ? Elle acquiesça. 
— Je vais devoir parler à la malédiction pour la faire sortir. Ne te vexe pas si tu m’entends dire des choses assez dures. Ce n’est pas à ton frère que je m’adresse. Je me retournai vers Hugo, vers le démon qui l’habitait, et relâchai la main de Malaya. Elle s’assit sur le lit voisin et agrippa le bord du matelas si fort que les jointures de ses doigts blanchirent. Son frère était probablement la seule famille qu’il lui restait. 
— Tu n’es pas très gentil, toi, lançai-je au démon. Un demi-sourire retroussa les lèvres du garçon. Je me mis à cheval sur les deux dimensions. 
— Je pourrais lui briser le cou, répliqua le démon avec la voix d’Hugo, sauf qu’il parlait araméen. Je sentis Malaya se figer. 
— Va-t’en et ne reviens jamais, ordonnai-je dans la même langue. Alors, peut-être, je te laisserai la vie sauve. 
— C’est à toi de t’en aller, rétorqua-t-il comme si c’était un jeu. Alors, peut-être, nous te laisserons la vie sauve. Quoique je ne peux rien te promettre. Il ne s’agissait pas d’une créature stupide, comme la plupart du temps. Celui-là savait pertinemment que, dès qu’il aurait quitté la protection du corps d’Hugo, il serait fichu. D’ailleurs je ne m’attendais pas à ce qu’il se détache tout seul. Je baissai lentement la main et attendis qu’Artémis réponde à mon appel. Elle se glissa sous le lit et alla se mettre en position, les crocs dénudés mais parfaitement immobile dans le dos du démon, prête à attaquer. Hugo redressa la tête d’un air curieux quand je figeai le temps et fis signe à Artémis. Elle bondit à travers la poitrine du garçon et en ressortit avec le démon dans sa gueule. Il resta un instant raidi et incohérent, comme gelé par le temps, mais à la seconde où ma lumière toucha sa peau il se mit à hurler et à se débattre. Il se jeta en avant dans une tentative pour me mordre de ses longues dents effilées comme des rangées de poignards. Heureusement il manqua sa cible. Alors il rejeta la tête en arrière, arquant son cou si violemment que je l’entendis craquer. Ou alors c’était la pression des mâchoires d’Artémis ».

4#-Les nouvelles révélations : Attention zone spoilers ! Cliquez sur le mulot et passez le texte en surbrillance ! Nous aurons sans doute le fin mot de l’histoire dans le prochain tome puisque à la fin de celui-ci, Charley est bien remontée et bien déterminée à sauver son cher Oncle Bob, en tout cas, ça m’a fait vraiment bizarre d’apprendre que celui-ci était destiné à aller en Enfer à sa mort et que celle-ci était proche à cause d’un dealer que Charley va sans doute débusquer très rapidement dans le prochain tome….Mais bon, avec l’auteure Darynda Jones, nous ne sommes jamais à l’abri de mauvaises surprises et elle pourrait choisir de faire mourir ce si sympathique personnage….Une autre mort annoncée, mais pour plus tard, cette fois-ci, c’est notre cher Osh, qui est destiné, selon Charley, à tomber amoureux de leur fille, à elle et Reyes….J’ai adoré la réaction de notre beau brun quand il a appris par la bouche de Charley qui était susceptible de devenir son futur "gendre"…..Bon après, j’ai déchanté quand Charley lui a dit qu’Osh se sacrifierai pour Pépin….Pourvu que leur destinée en soit autrement ! En tout cas, comme Osh a l’apparence d’un jeune homme de 19 ans, je suppose qu’il tombera amoureux de Pépin quand celle-ci sera adolescente….J’espère que l’auteure nous décrira ces moments-là ! En tout cas, pour le moment, Osh est chargé de veiller sur bébé Pépin ! (en y repensant, c’est un peu glauque qu’il tombe amoureux d’une fille qu’il aura connu bébé, non ?.....)….En même temps, j’avais une ancienne collègue de travail, elle m’avait raconté qu’elle avait couché, à la quarantaine, avec le garçon dont elle était la nourrice quand elle avait 20 ans…..C’est glauque aussi cela…..Je n’ai plus de nouvelles d’elle depuis presque 15 ans, je me demande ce qu’elle est devenue, tiens ! – Et non, je ne parle pas de Brigitte M….heu heu heu !

5#-Le mystère des noms écrits par Rocket enfin révélé ! Et bien, il aura fallu 10 tomes pour enfin comprendre pourquoi Rocket était obsédé à écrire tous ces noms sur les murs du vieil hôpital psychiatrique, c’est pas trop top ! Et en tout cas, c’est plutôt cool comme raison ! Attention zone spoilers ! Cliquez sur le mulot et passez le texte en surbrillance ! Tous ces noms constituent l’armée de défunts qui seront prêts à défendre Elwyn, la fille de Charley et de Reyes……Et c’est plutôt cool que Kim, la sœur adoptive de Reyes, qui va malheureusement mourir dans ce tome, va devenir l’un de ces « soldats » de l’armée de la petite Pépin…..L’auteure a eu une très bonne idée !

« — Kim, je regrette qu’on n’ait pas pu t’en dire davantage de ton vivant. Reyes se releva et la regarda comme si elle était le soleil et qu’il sortait de l’obscurité pour la première fois. 
— Non, attends, reprit-elle, les yeux brillants d’excitation. Mon nom figure sur les murs de Rocket. J’ai été appelée. 
— C’est merveilleux, Kim ! Je ne trouvai rien d’autre à dire. Elle me sourit puis adressa un regard affectueux à son frère. 
— J’ai été envoyée ici pour une bonne raison, je le sais. Je vous promets de veiller sur elle pour toujours. (Elle posa une main sur la joue de Reyes, et l’autre sur la mienne.) Je serai vos yeux et vos oreilles. Je vous rapporterai tout ce que je verrai – ses premiers mots, ses premiers pas… (Elle baissa la tête et sourit.) Je suis la tante de la fille qui est vouée à sauver le monde. Je crois bien qu’on ne fait pas mieux que ça. 
— Ah ouais ? Tu crois ? la taquinai-je. Parce que, moi, je suis sa mère. Eh oui ! (Je soufflai sur mes ongles avant de les polir sur mon pull.) ».

6#-Le baiser de la mort ! Charley a de sacrés pouvoir et j’ai adoré la manière dont elle s’est servie de sa bouche face à différents « ennemis »…..Elle embrasse quand même 4 personnes en plus de Reyes dans ce tome-ci ! Chacun pour un but précis mais je dois dire que celui que j’ai préféré c’est Attention zone spoilers ! Cliquez sur le mulot et passez le texte en surbrillance ! Quand elle embrasse le procureur Parker, qui est allé un peu trop loin dans ses menaces – il la traite quand même de salope et laisse entendre qu’elle a tué son propre bébé !!! – bref, elle décide de l’embrasser pour lui transmettre tous ses souvenirs….Le choc pour notre pauvre Parker qui se retrouve du coup confronté au monde invisible (bien loin de ses histoires de tribunal)…..J’ai adoré sa réaction et aussi le fait que Charley lui ait aussi permis de guérir de ses problèmes d’infertilité…..A mon avis, elle s’est fait un sacré allié, cela pourrait lui être utile à l’avenir ! L’autre baiser que j’ai beaucoup aimé, c’est celui donné à Kim…..Enfin, au Dieu d’Uzan, dissimulé dans le corps de Kim, qui elle, était du coup, déjà décédée…..Ce fut un baiser bien réfléchi puisque destiné à récolter un peu de sang pour que le miroir magique fonctionne….Bien joué Charley ! Et les derniers baisers, c’est avec Osh, pour qu’il « pompe » l’âme de Charley afin qu’elle perde sa luminosité (le pauvre, il a failli y passer !) et enfin, le dernier baiser c’est avec le chasseur de fantômes, Samuel, ce sale français arrogant (bah oui, pour les américains, tous les français sont arrogants….Vous me décevez, Mme Jones, d’avoir de tels stéréotypes….). Ce baiser de la mort a été mémorable aussi et surtout, il a permis à Charley de découvrir qu’elle avait des pouvoirs très dangereux et qu’elle ne savait encore trop bien les maitriser….

« — Je vous donne une dernière chance, Parker. Où est Grant Guerin ? 
— Allez vous faire foutre. Je ralentis le temps et réfléchis à ce que je m’apprêtais à faire. Pas trop longtemps non plus – j’avais plus ou moins pris ma décision à l’instant où il avait menacé de retrouver Pépin. Il avait scellé son propre sort. Je me dressai sur la pointe des pieds et effleurai ses lèvres, très légèrement. Puis je laissai le temps reprendre son cours tandis que la vérité envahissait l’esprit de Parker comme une méchante montée de LSD. Des images, des souvenirs… tout ce qui m’était arrivé, tout ce que je savais – le bon comme le terrifiant, le surnaturel comme le mortel. Il reçut tout ça en même temps, comme un gros coup de massue céleste. Il vit la naissance des étoiles et le regroupement des planètes. Il vit des supernovas exploser et des géantes rouges mourir. Il vit la chute de Lucifer et la construction de l’arche de Noé. Il vit la guerre et la famine, la paix et l’abondance. Il vit le monde surnaturel dans toute sa splendeur – les dieux et les démons, et toutes les autres créatures. Puis il vit Pépin, sa naissance, la mort qui l’avait frôlée et la décision horrible qui s’était imposée à nous – l’abandonner pour lui sauver la vie. Il vit ce que ça m’avait fait, et ce que je lui ferais à lui s’il s’entêtait à enquêter sur notre histoire. 
— Oh, mon Dieu ! souffla-t-il en tombant à genoux, un filet de bave au coin des lèvres. Ça faisait beaucoup à encaisser. Il joignit les mains et se prosterna devant moi. Je n’avais encore jamais été vénérée comme un dieu – pas depuis que j’étais devenue humaine, en tout cas. Je n’aimais pas ça du tout. 
— Je ne chercherai plus à la retrouver, m’assura-t-il. Je suis désolé. Je vais détruire votre dossier. Il éclata en sanglots, et ses larmes tombèrent sur le sol devant lui. Je me penchai pour lui soulever le menton. 
— Grant Guerin, dis-je simplement. Il tremblait tellement fort qu’il peinait à articuler. — Il est sur Girard, derrière McCoy’s. Je tournai les talons. 
— Davidson ! Je… je ne savais pas. 
— Personne ne sait. Il ferma les yeux et se cacha le visage dans les mains. 
— Je ne savais pas… Je retournai vers lui et m’agenouillai à son côté. 
— Vous allez pouvoir être père, maintenant. Ce doit être un des effets secondaires de mon contact. Quand il releva la tête, ce fut avec une telle expression de gratitude que mon cœur s’en émut malgré tous mes efforts pour le garder de marbre ».

« —Tu as essayé de m’embrasser une fois, je t’ai dit non. Tu as insisté lourdement, alors je t’ai collé une grosse baffe. Je crois que tu es tout bêtement un peu rancunier. 
— Tu te surestimes, comme tous les Américains. Ça n’allait pas être simple de lui tirer les vers du nez ».

7#-Le calvaire de d’Emery : L’enquête sur la disparition de cette jeune femme, où tous les faits accusent Lyle, son petit ami (et pote du Procureur Parker, qui lui, n’est pas vraiment ami avec Charley) a été très intéressante à lire….je passe le détail de la voiture ensanglantée (j’en parle dans mes points négatifs plus bas), Attention zone spoilers ! Cliquez sur le mulot et passez le texte en surbrillance ! Mais c’est surtout les faits qui ont poussé Emery à simuler sa mort, notamment pour donner une bonne leçon à son père qui m’ont vraiment tenue en haleine. Avec les descriptions du grand-père sur le caractère de la jeune femme et toutes les déconvenues qu’elle a connues auprès de son propre père, c’était fascinant. J’ai trouvé sa réflexion sur son lecteur CD quand elle avait 12 ans très poignante…Pauvre gamine ! Du coup, on ne peut que ressentir de l’empathie pour elle et puis surtout, le fait que son petit ami ait été accusé de sa mort n’était pas de sa faute car dans son plan, tout était orchestré pour qu’il ne soit pas présent et donc, ne fasse pas partie des suspects…..Le seul bémol à son plan, c’est qu’elle n’a pas pensé à la peine qu’elle pourrait lui faire en lui faisant croire qu’elle était morte……Cela fait réfléchir à l’envie de vengeance qui peut parfois provoquer des dommages collatéraux…..Heureusement que Charley était là pour tout régler, comme toujours ! (toujours aidée de sa fidèle et pétillante Cookie, ne l’oublions pas !).

« -Oh, mon Dieu ! Je n’arrive pas à croire qu’ils ont arrêté Lyle. (De nouveau elle se cacha le visage dans les mains.) Il va me détester. J’ai tout gâché… Tout ça à cause de ce minable ! Il a encore gagné. Il finit toujours par gagner. (Son menton se mit à trembler.) Une fois il m’a offert un super beau lecteur CD. Je devais avoir douze ans, mais je savais déjà que je n’allais pas le garder longtemps. Je savais qu’il allait perdre des paris au champ de courses ou au bar et qu’il allait me le reprendre pour l’emporter chez le prêteur sur gages. Sauf que j’adorais mon lecteur CD. Je ne voulais pas le perdre, cette fois, alors je l’ai caché à la cave. » C’était complètement débile, je ne pouvais même pas m’en servir, mais je tenais à le garder, alors j’ai raconté à mon père qu’on me l’avait volé, que quelqu’un s’était introduit dans la maison pendant qu’il était au travail et m’avait piqué mon lecteur CD. Deux jours plus tard, en rentrant de l’école, je suis allée voir dans la cave, mais il n’y était plus. Quand elle releva les yeux vers moi, la rage qui brûlait en elle s’élevait en volutes au fond de ses iris. 
— Il n’en a jamais reparlé, et moi non plus. On a fait comme si ce lecteur CD n’avait jamais existé. Sauf que, là, c’est ma vie qu’il a pariée ! (Sa voix se brisa.) Il s’est permis de disposer de ma vie comme si c’était un objet qu’il pouvait me reprendre. Alors tant pis s’il se sent coupable. Il n’a que ce qu’il mérite ».

8#-Citation du film Galaxy Quest : C’est juste un détail mais j’ai beaucoup aimé que l’auteure cite une citation tiré de ce film car il se trouve que c’est l’un de mes films préférés ! Du coup, je suis contente que Darynda Jones et moi-même partageons les mêmes goûts en matière de cinéma ! hé hé hé !



« Enfin, un petit mot d’encouragement à tous les aspirants écrivains, si vous me permettez de piquer sans vergogne une réplique de Galaxy Quest, un des meilleurs films de tous les temps : « Ne jamais baisser les bras ! Ne jamais se rendre ! » Continuez à lire. Continuez à écrire. Continuez à repousser vos limites. Et, surtout, ne cessez jamais d’apprendre ! Entre fêlés de l’écriture, on doit se serrer les coudes – essentiellement parce que le reste du monde nous trouve bizarres ».

Ce que je n’ai pas aimé dans ce livre :
1#-L’énigme de la voiture ensanglantée : Contrairement aux autres énigmes policières dans les précédents tomes, je n’ai pas été très surprise par celle-ci car j’en connaissais déjà les ficelles, avec le même cas de figure : une jeune femme qui disparaît et qui fait croire à sa mort en laissant des litres de son sang sur le même lieu….Sang qu’elle s’était transfusé sur une période donnée avant le jour J. Je ne lis pas beaucoup de thrillers et ne regarde pas beaucoup de séries policières (cela doit faire un an que je n’en ai pas vues, à vrai dire…) mais ce truc-là, je le connaissais, si bien que je me dis que je ne dois pas être la seule lectrice dans ce cas-là…..J’aurais souhaité que Darynda Jones fasse preuve de plus d’imagination…Mais bon, c’est vraiment pour critiquer car il faut bien admettre que sa saga est une tuerie et que je suis une grande fan !

2#-Trop c’est trop ! Cela m’ennuie de dire du mal de cette saga que j’adore mais par moments, je trouve les pouvoirs de nos deux héros principaux un peu trop ahurissants….Déjà que Charley doit une faucheuse et Reyes le fils de Satan, c’était quand même du lourd, mais là, de savoir depuis le tome précédent qu’ils sont tous les deux des Dieux venus d’une autre dimension, c’est un peu trop pour moi. Alors attention ! Cela ne va pas m’empêcher de continuer cette saga mais parfois certains éléments me font lever les yeux au ciel…Idem pour la fortune de Reyes…..Fallait-il vraiment que l’auteure nous le présente comme un mec qui a plusieurs dizaines de milliards de dollars sur son compte en banque ??? Surtout que notre couple favori continue à travailler normalement (lui continue à tenir son restaurant et elle, continue son activité de détective privé)…..Qu’ils aient des millions sur leur compte, grâce aux « dons » de Reyes, alors, à la rigueur, pourquoi pas, mais des milliards, c’est trop difficile à concevoir et c’est finalement totalement en inadéquation avec leur mentalité et leur mode de vie et du coup, c’est inutile !

3#-Overdose de malbouffe : Nous sommes au tome 10 de cette saga et Charley ingurgite toujours autant de junk food ! Que des choses grasses et caloriques, jamais de fruits et de légumes….Sans parler des tonnes de café…..Je me demande comment cette fille arrive à ne pas devenir obèse ?!!!! En même temps, elle a du sang de déesse dans les veines…..Cela dit, j’avoue que par moment, les plats qu’elle mangeait me donnait presque la nausée ! (et pourtant, je suis une grosse gourmande !)…..L’auteure devrait éviter de décrire les scènes où Charley se nourrit (elle évite bien de nous la montrer quand elle fait pipi et caca….En même temps, vu ce qu’elle bouffe, avec tout ce gras, elle est peut-être constipée ?)…..Bref, j’aime quand Charley boit du café (car ça me donne envie d’en boire aussi !) mais je préférerai qu’elle arrête de bouffer devant nous, surtout toute cette bouffe grasse ! (les plats préparés par Reyes, à la rigueur, ça, ça va…..).



Pour conclure, ce 10ème tome confirme que cette saga est toujours aussi addictive avec une héroïne si drôle mais qui a aussi ses faiblesses et ses remises en question. Charley nous entraîne une nouvelle fois sur des enquêtes à résoudre ainsi que sur la recherche de ses origines et par la même occasion sur celles de notre séduisant et muy caliente Reyes. J’ai pris énormément de plaisir à lire ce tome, même si parfois, les révélations sur l’étendue des pouvoirs de notre couple préféré peuvent donner le vertige, tout comme le montant de ce qui se trouve sur leur compte en banque (WTF !). Encore une fois, les personnages secondaires sont aussi très bien exploités et l’auteure nous laisse sur un suspense à la fin du livre, notamment vis-à-vis du sort réservé à l’oncle Bob. C’est avec impatience que j’attends la sortie du 11ème tome qui sera, j’en suis sûre, toujours aussi bon ! Charley Davidson est une héroïne à laquelle nous sommes obligés de nous attacher, nous lecteurs, surtout vu tout le chemin parcouru depuis le début de la saga…..Je ne sais pas trop où veut nous emmener l'auteure américaine Darynda Jones mais en tout cas, je ferai partie du voyage, ça c’est sûr ! Rendez-vous au prochain tome, Charley (et bisous à Reyes !). 

Ma note : 17.50/20

Si vous avez aimé ce livre, vous aimerez peut-être aussi :


  

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire