vendredi 24 février 2017

MEG CORBYN - Tome 4 : Empruntes fauves

Anne Bishop 
Les Editions Bragelonne (2017)
Sortie originale 2016
425 pages

Synopsis :
La paix fragile qui règne depuis des siècles entre les Autres et les humains est sur le point d’être brisée. Lorsque les humains tentent de s’en prendre à eux, les Autres doivent décider quelle est la part d’humanité qu’ils sont prêts à accepter. L’alliance entre les Autres et les cassandra sangue, prophétesses de sang exploitées pour leurs dons, a modifié l’équilibre des pouvoirs entre les espèces. Simon Wolfgard, chef de l’enclos de Lakeside, et Meg Corbyn, son amie prophétesse, considèrent ce changement comme une amélioration, mais tous ne sont pas convaincus. Un noyau d’humains radicaux cherche à usurper les terres des Autres en attaquant les terra indigene. Ils sont loin d’imaginer qu’il existe des êtres beaucoup plus anciens et plus puissants que ceux qui peuplent les Enclos – et qu’ils sont prêts à tout pour protéger les leurs...


"— J’ai envie d’aller me baigner, ce soir, annonça-t-elle, sans savoir elle-même s’il s’agissait d’une suggestion ou d’un défi. 
— Avec la meute de femelles ? Elle comprenait sa question. Les autres filles avaient besoin d’une permission pour se rendre dans le quartier corbin. 
— Non, avec toi. Rien que nous deux. Même pas Sam. Simon pencha la tête sur le côté. 
— Pas Sam ? Pourquoi ? Elle déglutit. 
— J’aimerais essayer de me baigner toute nue.
Il demeura immobile, au point qu’elle se demanda s’il respirait encore. 
— Sans vêtements. 
— Oui. 
— Tous les deux tout nus. Sous forme humaine ? 
— Oui. Mais… je ne veux pas aller plus loin. 
— Après la tombée de la nuit ? Elle n’imaginait même pas tenter l’expérience en plein jour. 
— Oui. Simon se gratta derrière l’oreille. 
— D’accord. On rentre à la maison ?"

Alors attention, le petit extrait cité juste ci-dessus ne représente en rien l'ambiance générale de ce 4ème tome ! Oui, je sais, je suis un peu sadique de vous faire espérer un quelconque rapprochement romantique entre Meg et Simon (que nous attendons tous depuis le 1er tome, soyons honnêtes !!!), malheureusement, Empruntes fauves ne contient franchement pas beaucoup de romantisme ni de légèreté (même si Anne Bishop a le chic pour mettre des petites phrases ou des situations humoristiques dans des passages très stressants...). 

Empruntes fauves est franchement un tome très sombre, c'est un condensé de danger et de stress. Entre, d'un côté, les humains du mouvement HAT (Humains Avant Tout) qui désirent asservir les Terra Indigene, stigmatiser les autres humains "Pro-loups" et conquérir les territoires non explorés pour les exploiter, et d'un autre côté, les Aînés, (ces fameux Terra indigene des origines....qui n'ont pas la forme d'animaux "normaux") qui, exaspérés par l'insolence de ces "singes intelligents" sortent des bois et montrent aux Autres (les Terra indigene normaux tels que les loups, ours, etc) et aux humains à quoi ressemblent vraiment les "griffes et les crocs de Namid".....  

"Quand les singes avaient-ils cessé d’être intelligents ? Pensaient-ils que personne d’autre ne les verrait danser autour des tas de cadavres ? Croyaient-ils qu’ils seraient les seuls à distinguer des corps de louveteaux parmi ceux des adultes ? Bien entendu, les humains tuaient sans scrupules leurs propres petits, alors pourquoi hésiteraient-ils à supprimer ceux d’autres espèces ? Tous ces massacres… Des centaines, peut-être des milliers de Loups avaient été abattus dans le Nord-Ouest et le Midwest. Combien de Wolfgard restait-il dans ces régions ?"

La saga Meg Corbyn est une pure merveille et ce 4ème est franchement incroyable ! En plus de nos amis de l'enclos de Lakeside, nous avons aussi droit à quelques passages dans d'autres villes et enclos de Thaisia (alias l'Amérique, je le rappelle), où nous suivons par exemple la petite Cassandra sangue Espoir (en VO, c'est Hope, je trouve que ça sonne mieux...), qui arrive à s'adapter dans en dehors d'une institution, tout comme l'a fait auparavant son modèle Meg...Ce 4ème tome évoque également ce qui se passe à Cel-Romano (qui correspond à notre vieille Europe), et entre ces deux continent nous avons...Je vous le donne en mille...: l'Atlantik ! (alias....L'Atlantique ! WTF !!! Oui, non, bon, ok, je me tais !), et qu'est-ce qu'il y a dans les eaux profondes de cet océan ? Des requins !!! Et donc oui, nous avons enfin l'apparition (remarquée !) des Sharkgards dans ce 4ème tome ! (c'est un détail que je retiens dans ma lecture car j'ai une peur bleue des requins donc, ça me marque ! Et j'ai du mal à imaginer des Terra indigene qui passent d'une forme "humaine" à une forme de requin....Ca fait moins rêver qu'un loup comme notre cher Simon, non ?!).

"Si les humains méritaient bien le qualificatif de « viande intelligente » attribué par les Autres, ils étaient aussi des prédateurs prompts à envahir des territoires qui ne leur appartenaient pas. Et, en dépit de ce qu’affirmaient leurs représentants officiels, ils ne se souciaient pas vraiment du bien-être de leurs semblables. Les membres du mouvement Les Humains Avant Tout avaient hurlé à la mort, accusant les terra indigene d’avoir causé une pénurie alimentaire à Thaisia, alors qu’en réalité c’étaient eux qui avaient vendu les stocks à l’Alliance des Nations Cel-Romano. Ces mensonges avaient provoqué à Lakeside un affrontement qui avait entraîné la mort de Crystal Crowgard et de l’agent de police Lawrence MacDonald. Ces événements avaient fini par attirer l’attention des terra indigene, qui ne s’approchaient que très rarement des endroits peuplés par les humains, et jamais avec des intentions bienveillantes".

Ce que j'ai aimé dans ce livre
1#-Les aînés : Allons bon ! Ce 4ème tome est incroyable à cause de la présence de ces créatures légendaires et terrifiantes qui peuplent les zones du territoire de Thaisia non explorées par les humains. Craints par les Terra Indigene "normaux" (les loups, les corbeaux, les vampires, notre gros nounours, notre chère moissonneuse etc etc), ils ont décidé de fourrer leur nez (ou plutôt leur museau ?...encore que....) dans la vie des habitants des enclos et des villes humaines.....Leur passage remarqué sera épique et grandiose à lire, au niveau angoisses, nous sommes servis ! C'est pour des passages de lecture comme ça que la saga Meg Corbyn est vraiment une valeur sûre de la littérature fantastique....Attention zone spoilers ! Cliquez sur le mulot et passez le texte en surbrillance ! Les hurlements de loup de Meg, quand les Aînés passent le nez à la porte de l'écurie des poneys fut vraiment très drôle....Même si la situation était super stressante, le petit "Ahooou" de l'humaine va sans doute rester dans les annales ! D'ailleurs, Meg s'attend à en entendre parler de la part des Autres.....En tout cas, Meg a piqué la curiosité des Aînés....Cela dit, est-ce vraiment une bonne chose ? L'avenir (ou plutôt Anne Bishop) nous le dira !

"— Les Aînés… est-ce qu’ils nous veulent du mal, Joe ? J’imagine que les humains les ont passablement énervés ces derniers temps. Joe pesa soigneusement ses mots. 
— Tant que vous honorerez les accords conclus avec les terra indigene, les Aînés continueront à vivre leur vie en se contentant de vous surveiller. S’ils vous voulaient du mal, à vous et à votre communauté, vous ne seriez plus là pour me poser cette question". 

"— Que dois-je dire au gouverneur ? s’enquit ce dernier.
— Il vous arrive de regarder des documentaires animaliers ? interrogea Burke. Vous avez déjà vu un fourmilier éventrer une fourmilière avec ses griffes ? 
— Ça me rappelle vaguement quelque chose, répondit O’Sullivan. Burke hocha la tête. 
— Dans ce cas, dites au gouverneur que les tempêtes qui se préparent sont comparables à ces griffes. Elles éventreront nos villes pour en faire sortir la viande".



2#-La discrimination à l'encontre de humains "Pro-loups" : Quand un conflit éclate, il est toujours demandé aux uns et aux autres de choisir son camp.....Mais voilà, tous les humains n'ont pas forcément envie de lutter contre les Terra indigene et ne sont pas d'accord avec les propos extrémistes de Mark Griff leader du mouvement HAT. C'est vieux comme le monde, mais nous assistons dans ce livre aux désillusions de certains humains (notamment ceux qui sont amis avec l'enclos de Lakeside) qui sont du coup rejetés, stigmatisés par les autres humains hostiles envers les Autres. Les commerces, les boulots, bref, toute vie sociale devient compliquée sans parler des parents qui tournent carrément le dos à leurs propres enfants !!! Dans la mesure où je me doutais que les Terra indigene allaient forcément avoir leur revanche envers les HAT (surtout avec l'aide des monstrueux et létaux Aînés), il est jouissif d'appréhender ce qui allait se passer (encore que, avec Anne Bishop, on peut s'attendre à des surprises plus ou moins bonnes...Celle-ci n'hésite pas à tuer ses personnages quand il le faut...). Attention zone spoilers ! Cliquez sur le mulot et passez le texte en surbrillance ! Bien évidemment, tous ces humains ingrats, qui ont humilié, maltraité leurs semblables qui étaient "pro-loups" comme ils disent, sans parler des salopards qui ont tendu des pièges au Terra indigene allaient passer un très très trèèèèèès sale quart d'heure une fois que les Aînés allaient sortir de leurs territoires jusque-là à l'écart des humains.....Après, il faut aussi se poser des questions sur les massacres de masse qui ont suivi tous ces affrontements.....C'était difficile de lire les scènes de charniers avec des cadavres de centaines et centaines de gens, notamment des enfants...Il y avait forcément des innocents dans la masse mais voilà, à cause de la bêtise et de l'arrogance de quelques uns, des milliers d'autres seront sacrifiés.....Par contre, quel pied de lire la mort de Mark Griff ! ah la la ! Ce sale connard finit au fin fond de l'Atlantik, en compagnie des sharkgards.....Bon appétit les gars ! Après, est-ce que l'extermination de la quasi totalité de la population de Cel-Romano était nécessaire ?....Hum....Bon, ok, les humains sont des nuisibles, mais ils ne sont pas tous pourris quand même !!!!

"— Notamment au risque de se faire cataloguer comme pro-Loups.
— Et de faire cataloguer ses proches, même s’ils ne côtoient pas les Autres, souligna Louis d’une voix posée. Ma femme est allée faire des courses avec une voisine, l’autre jour, une vieille amie. Elles font du covoiturage pour économiser des frais d’essence. Elles se sont garées sur un parking, à proximité des magasins. Là-bas, il y avait deux boucheries à quelques centaines de mètres l’une de l’autre, l’une avec le logo HAT en vitrine, l’autre non. Notre voisine est entrée dans la première, où on doit montrer sa carte de membre pour se faire servir. Ma femme a choisi la deuxième, car, d’un commun accord, nous avons décidé de ne soutenir HAT d’aucune manière. 
— Que s’est-il passé ? demanda Monty. 
— La voisine n’a rien dit, mais, quand ma femme est retournée au parking après avoir terminé ses courses, la voiture était partie. Cette amie de longue date l’a laissée en plan, tout simplement, et ne lui a pas adressé la parole depuis. Par tous les dieux ! elles avaient l’habitude de garder les enfants à tour de rôle, de dîner ensemble au restaurant ou d’aller au cinéma toutes les deux pour voir des films qui n’intéressaient pas le reste de la famille. Et maintenant… 
— Chacun doit choisir son camp. 
— Oui. J’espère juste que nous serons suffisamment nombreux à défendre le nôtre, le moment venu. Monty se tourna vers la vitre sans rien dire".

3#-Le duo Nix et Tess : La vampire et la moissonneuse forment une équipe de choc. Girl power ! J'ai adoré ce passage où ces deux prédatrices prennent les choses en main lors de la fameuse nuit de la tempête.....Tess, malgré sa nature de moissonneuse (vous la regardez dans les yeux et cela vous liquéfie le cerveau et met vos organes en bouillie) ne fait pas vraiment le poids face à la menace puissance 1000 des Aînés.....Quant à Nix, notre jolie vampire s'en tire mieux puisque les Aînés n'aiment pas manger de la fumée.....Le passage avec la cuvette des WC était très drôle ! Sacrée Nix ! Profite encore un peu de ton célibat car apparemment Grand-père Erebus souhaiterait jouer les entremetteurs entre toi et Stavros...Coquine, va !

"— Nyx ? Ça va ? 
— Meg a laissé la lucarne de la salle d’eau entrebâillée. C’était le moyen le plus rapide d’entrer dans le bureau. Il faudra que je leur dise de penser à fermer l’abattant des toilettes. J’ai failli atterrir dans la cuvette. Tess se couvrit la bouche d’une main. 
— Ne me fais pas rire. Je me cache dans le jardin d’Henry, et j’ai trop mal à la jambe pour courir. 
— Tu ne devrais pas laisser les humains s’approcher autant, la réprimanda Nyx. 
— J’ai mal évalué la distance".

4#-Le décallage entre les humains et les Autres : Depuis le premier tome, l'auteure nous sert des petites scènes d'incompréhension entre humains et Terra indigene. Encore une fois, ce 4ème tome n'échappe pas à la règle et c'est avec plaisir que nous pouvons lire ces petits passages qui ont apporté l'humour et la décontraction dans ce livre si sombre et si chargé d'angoisses. Blague à part, ces scènes montrent aussi - et il ne faut pas l'oublier - que les Terra indigene, même s'ils peuvent prendre l'apparence des êtres humains, n'en sont pas !!!!....J'avoue que c'est un peu complexe à assimiler car à force de lire des romances avec des beaux mecs qui se transforment en loup, on a finalement du mal à comprendre que dans la saga Meg Corbyn, ce sont des loups qui se transforment en beaux mecs....C'est assez flippant, non, quand on y réfléchit bien....



"Il retourna dans la chambre et sortit les vêtements dont elle aurait besoin. Du moins la plupart. Apparemment, un mâle n’était pas censé fouiller dans le tiroir d’une femelle pour y prendre des sous-vêtements, à moins d’être en couple avec elle. Et un mâle n’était même pas censé voir les dessous d’une femelle à moins que celle-ci ait décidé de les lui montrer. Pourquoi faire un tel foin au sujet d’habits propres ? Les sous-vêtements dégageaient une odeur bien plus intéressante une fois que la femelle les avait portés. Cela dit, les humaines n’avaient probablement aucune envie de le savoir".

"— Vous faites patte de velours. Pourquoi ? Simon recula d’un pas, indigné. 
— Ce sont les chats qui ont des pattes de velours. Je suis un Loup ! 
O’Sullivan éclata de rire".

"Dans ce cas, fais comme moi, mouille ton tee-shirt pour te rafraîchir. Elle lança un regard circulaire alentour. Est-ce que quelqu’un risquait de la voir ? 
— Les filles ne sont pas censées se mettre torse nu. 
— C’est une règle humaine complètement stupide, grogna Simon. Nous, on s’en fiche".

"(Vlad commença à se diriger vers l’escalier, puis s’arrêta.) Tu sais où se trouve Michael Debany ? — Au jardin du complexe Vert. S’il n’y est pas encore, il doit être en train de rentrer pour retourner au travail. (Simon essaya de dissimuler son excitation.) Il est parti à vélo. Apprendre à faire du vélo ne l’intéressait pas du tout, mais il brûlait d’envie d’en pourchasser un. À pied, les humains se déplaçaient trop lentement pour faire des proies amusantes, mais à vélo… Enfin, ce n’était pas le moment de jouer".

"Kowalski ouvrit le document. 
— « L’Étiquette des Autres » ? Nathan confirma d’un signe, puis désigna le jeune Loup d’un mouvement du menton. 
— Il veut savoir si c’est vrai. Monty lut par-dessus l’épaule de Kowalski :   « Chère madame Je-sais-tout, Hier soir, une humaine m’a invité à dîner. Elle m’avait dit qu’ensuite on s’amuserait un peu tous les deux. Après le repas, elle a voulu s’asseoir à l’arrière de sa voiture pour jouer. Comme c’était ma première interaction sociale avec un humain, je me suis efforcé de rester poli et me suis retenu de lui faire remarquer que le pré d’à côté offrait bien plus d’espace pour courir. Je me suis également abstenu de lui signaler qu’elle n’avait apporté aucun jouet. Bref, elle a commencé à me caresser et à me lécher les lèvres. Quand elle a glissé sa langue dans ma bouche, j’ai pensé qu’elle avait faim, malgré le copieux dîner qu’elle venait d’avaler. J’ai donc répondu à sa sollicitation et lui ai donné une bonne bouchée de nourriture prémâchée. Quand elle a eu fini de cracher et de hurler, elle m’a ordonné de sortir de sa voiture. Ensuite, elle est partie, et j’ai dû rentrer à pied. Pourquoi a-t-elle réagi ainsi ? Signé : Loup dépité »   « Cher Loup dépité, L’une des grandes difficultés des relations interespèces, c’est qu’un geste ou un signal particulier peut donner lieu à des interprétations très différentes selon les individus. En tant que Loup, vous vous êtes comporté comme vous l’auriez fait face à un louveteau qui vous aurait léché la gueule : vous avez fourni de la nourriture, et la confusion dans laquelle vous a plongé la réaction de cette femme semble tout à fait naturelle. Cela étant, les humains utilisent la langue pour stimuler leur partenaire en vue de l’accouplement. Votre compagne ne demandait donc pas de la nourriture, mais vous invitait à expérimenter les premières phases d’une relation sexuelle. C’est ce qu’elle voulait dire par “s’amuser un peu” (même si, d’après les recherches effectuées par Mme Je-sais-tout, il arrive que les humains s’invitent entre eux pour de vrais jeux sans caractère sexuel). Le Guide de l’esprit féminin pour les nuls est susceptible de vous aider à mieux comprendre les humaines. Je dois cependant souligner que ce sujet peut s’apparenter à une aventure périlleuse et ne devrait être abordé qu’avec d’extrêmes précautions. Après tout, les mâles humains tentent de comprendre leurs femelles depuis des générations et s’en sortent souvent avec l’air de s’être coincé la queue dans une prise électrique. »   Kowalski ne cessait de se racler la gorge, comme s’il s’étouffait. Finalement, il réussit à balbutier : 
— Oui. Oui, c’est vrai. Il rendit le bulletin au garçon, qui contempla le document, lâcha un bref « ah » et s’éloigna en direction du passage voûté menant à Bon à Croquer. 
— Le Guide de l’esprit féminin pour les nuls ? répéta Monty. Ce livre existe vraiment ? 
— Un exemplaire est en vente ici, déclara Kowalski. Il y en a un autre à la bibliothèque de la place du Marché, et, comme il a été mâchouillé, je pense que quelqu’un a essayé de le lire. 
— Et vous, vous l’avez lu ? Kowalski émit un gloussement étranglé. 
— Par tous les dieux, lieutenant ! Monty considéra cette réaction comme un « non »".

5#-"Vou nou avé montré" : Ces mots écrits grossièrement par les Aînés ont peut-être fait rigoler certains humains à cause des fautes d'orthographe mais à leur place, je me serais plutôt penchée sur la signification de cette phrase qui m'a franchement glacé le sang.....Ce qui est terrible dans ce 4ème tome c'est que tous les avertissements des Terra indigene étaient facilement compréhensible (un chien grogne toujours avant de mordre...), mais voilà, certains humains sont trop imbus d'eux-même et au lieu de se la jouer modeste, face à tous ces prédateurs, ils les ont provoqués....et gare aux conséquences...

6#-Et la romance, bordel !? Le 5ème tome sort très prochainement en VO et quelque chose me dit que nous allons peut-être enfin être récompensés de notre si longue et si frustrante attente....Pour quelle raison ? Et bien il y a cette histoire de cartes de divinations qui permettent à Meg de ne plus se faire de coupures pour voir l'avenir.....Elles sont très efficaces, ça c'est certain, mais il manque le petit frisson d'extase qu'avait Meg (et les autres cassandra sangue) après la coupure....Mais, et si Meg pouvait avoir d'autres frissons de plaisir à la place de ceux procurés par les coupures ? Et après ces questions existentielles de notre chère Meg, la voilà-t-y pas qui tire des cartes représentant un couple et un coeur....Hum hum hum. Aimer un homme (ou un loup) pourrait-il lui procurer ces frissons tant espérés ?.....Bon, blague à part, si tout le monde (moi la première) attend enfin le premier baiser avec impatience entre Meg et Simon il y a aussi un autre nouveau "couple" potentiel qui a fait son apparition dans ce 4ème tome (après, ce n'est peut-être que moi qui extrapole, on verra bien si Anne Bishop continuera sur cette voie là...), je parle ici de la rencontre entre le sexy Tolya Sanguinati (tous les vampires sont sexy dans ce bouquin, n'est-ce pas Vlad !) et Barb Debany. Tolya a été nommé responsable de la ville de Bennett, qui a été totalement "vidée" de ses habitants humains, suite au passage des Aînés, et du coup, les animaux domestiques ont été laissés livrés à eux-mêmes. Quelques humains Intuits ont donc été conviés à venir s'installer dans la ville pour aider à tout remettre en ordre et ils sont accompagnés de la jeune Barb Debany, (petite soeur de l'agent Debany, recommandée par Vlad et les autres) puisque celle-ci a fait des études de vétérinaire et a vraiment émis l'envie d'apporter son aide aux animaux. La voilà donc qui débarque à Bennett et apparemment, Tolya semble apprécier cette jeune humaine, qui, il l'espère, restera un moment dans cette ville....Alors oui, évidemment, moi j'y vois un bon potentiel de romance entre un vampire et une humaine (puisque apparemment, du côté de Vlad, y'a rien qui se profile à l'horizon, dommage !), on verra bien si Tolya se débrouille mieux de son côté.....Je peux rêver, n'est-ce pas ?! Allez Mrs Bishop, laissez-moi rêver ! Je souhaite plus de romance inter-espèce dans votre foutu bouquin puisque vous allez décidé de nous faire languir avec Meg et Simon, nom de nom !!!!

'Tolya était un Sanguinati dans la fleur de l’âge. En tout cas, il ne se sentait pas vieux. Mais, face aux humains au teint frais qui descendirent du train, il eut un peu l’impression d’être une nourrice de meute. Il semblait logique que les adultes les plus mobiles et les plus enclins à s’installer dans un endroit comme Bennett soient ceux qui n’avaient pas encore trouvé de partenaire, mais devaient-ils tous être aussi jeunes ? Les quatre mâles, des Intuits, à en juger par la façon dont ils examinaient les alentours, gardèrent leurs distances après l’avoir aperçu. Ils savaient que c’était un Sanguinati et qu’il était responsable de cette ville ; s’ils avaient voyagé jusque-là, ils disposaient forcément de cette information. Néanmoins, ils ne devaient pas avoir l’habitude de côtoyer son espèce. Peut-être même n’avaient-ils jamais eu de contact avec un terra indigene auparavant. La femelle, en revanche, s’approcha avec un grand sourire, la main tendue. 
— Je suis Barb Debany. Ma famille me surnomme Bee parce que je m’appelle Barbara Ellen, BE si on prend les initiales, ce qui donne Bee, mais ici, comme c’est un endroit nouveau pour moi et tout, je préférerais qu’on m’appelle Barb. Se demandant pourquoi elle lui parlait d’un nom qu’elle ne souhaitait pas employer, Tolya lui serra la main, transformant la sienne en brume juste assez longtemps pour goûter le sang de la jeune fille et déterminer si sa volubilité était naturelle ou le fruit de certaines substances chimiques. Il ne détecta rien d’autre que l’adrénaline due à la nervosité et à l’excitation. 
— Vous avez vos papiers, Barb Debany ? 
— Oh ! Oui. Elle ouvrit l’un de ces sacs que portaient les humaines, fourragea un moment à l’intérieur, puis, les joues rouges, lui tendit la lettre. Tolya étudia le document signé par Vlad et Simon Wolfgard. 
— C’est vous qui allez vous occuper des animaux. 
(...) 
— Ils vous ont dit que je n’étais pas une vétérinaire diplômée, non ? demanda Barb, l’air légèrement anxieuxe. Je ne suis qu’assistante. 
— Vous êtes plus qualifiée que quiconque ici, donc, à partir de maintenant, vous êtes vétérinaire. Elle déglutit et pâlit, ce qui fit ressortir les taches de rousseur qui lui constellaient le nez et les joues. 
— Pour commencer, les repas et l’hébergement seront inclus dans votre salaire. Je crois qu’il reste une chambre à la pension, sinon vous pouvez aller à l’hôtel. Vous avez le choix. Voyant les quatre jeunes hommes s’approcher, il ajouta : 
— À condition de vous décider rapidement. Barb jeta un coup d’œil par-dessus son épaule. 
— Il y a d’autres filles, à la pension ? 
— Pas d’humaine comme vous. Les femelles, toutes espèces confondues, ne sont pas encore très nombreuses. Elle déglutit de nouveau. Puis elle esquissa un sourire. 
— Ça fait partie de l’aventure, non ? Et ça fera des histoires à raconter à ma famille. Mon frère est policier à Lakeside. Il m’a donné un paquet d’enveloppes portant déjà son adresse ou celle de nos parents, toute une collection de timbres, et m’a dit : « Écris une fois par semaine, sinon… » Je ne pense pas que « sinon » représente une grande menace, vu la distance qui nous sépare. Tolya sourit. 
— Je crois avoir rencontré votre frère quand je me suis rendu à Lakeside. Je me souviens d’un lieutenant Montgomery. Votre frère le connaît ? 
— Crin de toupet ! le monde est petit, pas vrai ? Il éclata de rire, à la fois parce qu’elle semblait agacée et parce que sa façon de jurer l’amusait. Il espérait que cette humaine resterait un moment".



Pour conclure, encore une fois, c'est un sans-faute pour Anne Bishop et sa saga Meg Corbyn.  Ce 4ème tome, Empruntes fauves, est absolument incroyable et encore plus sombre que les précédents (oui oui, c'est possible !). Nos amis de l'enclos de Lakeside vont devoir faire face à des menaces venant de tous azimuts entre les Humains hostiles aux Terra indigene, et les Aînés qui veulent exterminer ces "singes intelligents" de la planète. Les Autres ne se font guère d'illusions à propos des humains mais ils savent aussi, depuis qu'ils connaissent Meg et sa "meute humaine", qu'ils ne sont pas tous à mettre dans le même sac....Malheureusement, les Aînés ont décidé de "régler le problème"....Concernant la relation entre Meg et Simon, et bien ça avance un petit peu (à pas de loup ah ah !) mais du coup, cela me laisse espérer un 5ème tome qui devrait être vraiment très intéressant....L'intérêt que les Aînés portent à Meg est intrigant et peut-être même un peu inquiétant vu leur nature "primitive" et sauvage....Enfin bon, tant que nos amis de l'enclos de Lakeside ne manquent pas de papier wc et de biscuits pour loups, tout devrait bien se passer (Private joke pour ceux qui ont déjà lu ce tome !)...Vivement la suite !!!!! Je suis vraiment trop fan de cette saga !!!! Mon Dieu que c'est bon !!!!! Mrs Bishop, vous êtes géniale !


Ma note : 19/20

Si vous avez aimé ce livre, vous aimerez peut-être aussi :


  

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire