lundi 26 décembre 2016

Une romance inattendue

S.C. Rose
Auto-édition (2016)
287 pages

Synopsis :
Alexandra, jeune fille de vingt-cinq ans, se découvre une véritable passion pour le célèbre jeu vidéo World of Warcraft. Elle en devient très rapidement accro. C’est au cœur de cet univers enchanteur, peuplé de créatures mystiques, qu’elle va faire la connaissance de Däémon. Personnage froid aux remarques assassines, il commence par prodigieusement l’agacer, avant de simplement l’intriguer. Mais le jour où ils se rencontrent, leur face à face est explosif. Une romance entre eux est-elle seulement possible, ou s’agit-il d’une ruse de la part de Däémon pour parvenir à ses fins ?

Je viens tout juste d'achever ma lecture et bien que j'ai d'autres livres à chroniquer en attente, je me dois de vous donner ma réaction à chaud de ce livre pour le moins "inattendu" et très franchement destiné à un public averti !


Je connaissais l'auteure suisse S.C.Rose grâce au livre L'accord parfait que j'avais énormément aimé et donc, c'est toute confiante que je me suis lancée dans cette nouvelle romance. Enfin romance....Une romance bien particulière tout de même.....Si le BDSM est devenu ultra courant dans les livres de romance contemporaine ou de new adult grâce au succès du maintenant mythique Cinquante nuances de Grey, et si je ne suis pas née de la dernière pluie je dois dire que j'ai été énormément surprise par le "penchant" du héros ! Attention zone spoilers ! Cliquez sur le mulot et passez le texte en surbrillance ! Däémon/Nathaniel est exhibitionniste ! Il adore faire l'amour avec sa copine devant un public de mecs qui n'auront pas le droit de la toucher, juste les regarder.....Il aime faire ça devant ses amis et aussi son propre frère !

Je ne peux pas dire que je n'ai pas aimé ce livre mais je reste un peu désappointée par la tournure du récit car finalement, Alex n'arrivera pas à changer Nathaniel et à lui faire cesser sa perversion puisqu'elle entrera finalement dans son jeu....Moi qui aime les belles histoires romantiques, et bah je fais une drôle de grimace devant mon écran pendant que je suis en train d'écrire ! 


"Je ne vais pas changer pour plaire aux autres, car alors, je ne serais plus moi. Et je m’aime bien telle que je suis. Avec mes maigres qualités et mes nombreux défauts. Je ne sais plus qui a dit qu’il fallait s’aimer soi-même avant d’aimer les autres ; mais pour ma part, c’est tout bon, je m’aime. Pour aimer les autres… on verra demain !".

Ce que j'ai aimé dans ce livre :
1#-L'humour de l'héroïne : C'est Alex qui prend la parole dans ce livre et nous livre toutes ses pensées, ses doutes, ses coups de gueule ou ses désirs cachés. Ce qui m'a le plus plu chez elle, c'est son humour tranchant, surtout au début du livre où elle se targue d'être comme elle est et de ne jamais changer pour personne....Triste ironie, quand on constate finalement qu'elle cédera finalement à toutes les perversions de Nathaniel qu'elle a vraiment dans la peau ! Quoiqu'il en soit, avant que le récit devienne scabreux et me mette quelques fois un peu mal à l'aise, j'ai beaucoup aimé les petites réflexions d'Alex. L'auteure S.C. Rose est une trentenaire et a des références culturelles communes aux miennes. Quand elle se met à évoquer le hurlement primaire de Jean-Marie Bigard, par exemple, je ne peux que sourire devant ma liseuse car figurez-vous que j'y pense souvent quand je suis énervée (et j'y ai cédé quelque fois, notamment quand je conduis dans ma voiture et que j'ai le malheur de croiser des connards sur ma route !). Pour les bonnes réparties et le sens de l'humour d'Alex, j'ai beaucoup apprécié son coup du petit canard lancé à la tête de ses copines qui insistent lourdement sur son célibat qui dure selon elles depuis trop longtemps....

"Mais bon, ma famille et mes amies ne partagent pas trop mon point de vue… J’entends déjà mes copines me dire : Non, mais sérieusement, Alex, tu n’as pas envie de te trouver un copain ? Le sexe, ça ne te manque pas du tout ? Ça fait huit mois que tu n’as rien fait ! Absolument rien ! Mais comment fais-tu ? Et là, immanquablement, je réponds avec un petit sourire au coin : Ben, comme toutes les filles célibataires… je me masturbe. En général, la discussion s’arrête là. Mes copines piquent un fard et regardent frénétiquement autour d’elles, tout en me faisant signe de me taire. Je ris doucement en pensant à ça. La journée de demain va être marrante, tout compte fait. Ouais, très marrante. Je me sens soudain en pleine forme et me réjouis d’avance de gêner mes amies ! On va bien s’amuser, je le sens. Enfin, surtout moi…".

"— Trou du cul ! Je suis vulgaire ? Ouais, carrément, mais aujourd’hui j’ai de quoi… 
— Foutu trou du cul de gueule de vomi de connard de merde ! Vous connaissez le hurlement primaire ? Non ? Ben je vous le conseille, ça fait un bien fou. AAAAAAAAAAAHHHHHHHHHHHHHHH !!!!!!!!!!!!!".

2#-L'univers des jeux vidéos : Je vais vous avouer une chose : Je ne joue pas du tout aux jeux vidéos. J'y ai bien joué quand j'avais un ATARI à mon adolescence (mon jeu préféré était Bomb Jack avec sa petite musique bien entêtante et donc bien énervante...) ou quand j'étais enfant, chez un camarade, avec son AMSTRAD mais ensuite, à partir du milieu des années 90 j'ai arrêté. Les jeux vidéos, ça ne m'attire pas plus que ça et puis maintenant, avec mes enfants, mon boulot, mon terrain à la campagne et mes livres, je ne vois pas trop quand je pourrais y jouer....Même si le principe du jeu en ligne avec une communauté de joueurs m'a toujours intriguée....Je me dis que si des gens y sont tellement accrocs pour y passer des nuits entières c'est que cela doit être passionnant....Une manière de développer des stratégies, de dégommer des ennemis, de devenir un héros le cul dans son canapé sans prendre de risques.....D'ailleurs, cela me fait penser que ce doit vraiment être dans la nature de l'être humain (ou en tout cas d'un grand nombre des hommes) d'aimer se confronter aux autres (sinon, il n'y aura pas non plus autant de gens qui adorent regarder des types courir après un ballon pour mettre des buts....). Bref, même si vous avez peut-être l'impression que je dénigre les jeux vidéos, il n'en est rien. Je suis assez curieuse et comme tout le monde, j'ai déjà entendu parler de World Of Warcraft et du coup, je suis contente que l'auteure ait choisi ce jeux pour le mettre dans son livre car cela me permet d'en connaitre un peu plus à son sujet. J'ai donc apprécié le début du livre quand Alex se décide à intégrer une équipe de joueurs en ligne (je ne mets pas les termes techniques exprès pour être le plus compréhensible possible) par contre, j'ai un peu moins apprécié quand Alex fait connaissance avec eux physiquement avec tout ce qui s'en suit ensuite....

"Je n’ai pas eu le courage de dire à mes deux meilleures amies, Gabrielle et Élisa, que je joue à un MMORPG. Je sais qu’elles ne comprendraient pas que je puisse en être devenu accro. Alors, c’est mon petit secret. Quand l’envie me prend de leur en faire part, il suffit que je me rappelle la tête qu’a fait mon ancien petit ami quand je le lui ai annoncé. On aurait dit qu’il avait vu un extraterrestre…".

3#-Les différences Suisse/France : Grâce à ce livre, j'aurais appris comme les suisses nous surnomment, nous les français et comment ils nous perçoivent avec des stéréotypes récurrents. En effet, Alex est une suissesse alors que Nathaniel, Jérôme et les autres sont des français. Idem pour les expressions qui diffèrent (je pense notamment à "services" à la place de "couverts"). C'était plutôt sympa à découvrir pour ma culture personnelle. En plus de mettre des petites annotations sur les termes techniques des jeux en ligne, S.C. Rose m'a également fait sourire avec le mot "bise" pour désigner un type de vent car je pense que cela n'était pas forcément nécessaire de l'expliquer puisque j'imagine que vous, là, qui lisez ma chronique, vous connaissez forcément tous la célèbre fable de Jean de la Fontaine "La cigale et la fourmi" et ce mot "bise" est présent dans le texte et donc, j'estime - j'espère - que tout le monde comprend du coup implicitement ce que signifie ce mot !

"— Qu’est-ce que c’est que cette histoire ? Tu fréquentes un frouzien ? J’ai à peine mis un pied dans le jardin de mes parents que la voix de stentor de mon père retentit, couvrant le pépiement des oiseaux et le miaulement des chatons. Son braillement est tel que je suis persuadée que l’intégralité du quartier en profite. Génial. Le repas s’annonçait déjà difficile, je sais maintenant qu’en réalité il sera bien pire ! C’est vraiment trop super… 
— Papa…, tenté-je de l’interrompre d’une voix apaisante. Peine perdue, il repart de plus belle. 
— Un frouzien, nom de Dieu ! Tu n’aurais pas pu trouver pire ! Chauvin, tire-au-flanc, râleur, fainéant, grande-gueule et j’en passe ! Notre pays n’est-il donc pas assez grand pour que tu y trouves ton bonheur ? étais-tu obligée d’aller voir si l’herbe était plus verte chez nos voisins ? Ils commencent par nous prendre notre travail, et voilà que maintenant ils viennent nous voler nos filles ! Oh, grand Dieu ! Et c’est parti pour un tour… Mon père n’est pas spécialement méchant, c’est juste qu’il n’aime pas beaucoup les différences, ni les mélanges. Un homme va avec une femme ; un suisse va avec une suissesse, travaille et habite en Suisse. Point. Simple, clair, net, sans complication. Alors bien sûr, lorsque les choses ne se passent pas comme prévu, il vient nous faire un sermon et nous rappelle les principes de base qu’il nous a enseignés. Premièrement, trouver une personne de sexe opposé qui soit de la même nationalité que nous – suisse donc –, et voir si nous avons certaines… affinités, comme il dit. Deuxièmement, choisir un métier qui nous plaise et le pratiquer en Suisse. Troisièmement, trouver un logement et habiter en Suisse. Quatrièmement, nous marier avec la personne avec qui nous avons le plus d’affinités… en Suisse. Cinquièmement, faire des enfants – beaucoup – en Suisse. Et dernièrement, l’idéal serait de mourir en Suisse pour atterrir dans le caveau familial".

Ce que je n'ai pas aimé dans ce livre :
1#-Le caractère dominateur de Nathaniel : Aie aie aie ! Si au début, j'ai pu être intriguée par le caractère autoritaire de ce gros macho, de sa "force" sur WOW et la manière dont tous les autres le respectaient, j'ai néanmoins déchanté quand j'ai commencé à lire la façon dont il traite Alex et comment il la rabaisse. Je ne suis pas du tout fan de ce genre de mec à la Christian Grey qui veulent et exigent tout de leur partenaire. J'avais été touchée quand Jérôme, son meilleur ami et colocataire avoue à Alex que Nathaniel a été dévasté par le départ - sans explications - de la jeune femme après leur première nuit ensemble....Mais ensuite, j'ai vite été déçue quand son naturel dominateur (et pervers) est revenu au galop. J'ai été choquée par leur scène de retrouvailles dans l'appartement d'Alex alors qu'elle était en compagnie d'invités, j'ai été choquée par les contraintes que Nathaniel a  imposées à Alex (et que celle-ci ait si facilement cédé...). 



2#-Quelques fautes d'orthographe : Bon, cela arrive souvent dans les livres auto-édités et il n'y en a pas tant que cela dans Une romance inattendue, cela dit, j'ai parfois eu du mal avec certaines fautes telles que "au temps" au lieu de "autant"....

Attention zone spoilers ! Cliquez sur le mulot et passez le texte en surbrillance !
3#-L'exhibitionnisme de Nathaniel : Ce genre de perversion n'est vraiment pas mon truc et je me suis vraiment sentie plus d'une fois mal à l'aise vis à vis de ce que je lisais dans ce livre. Déjà le passage des retrouvailles d'Alex et de Nathaniel dans l'appartement de la jeune femme où il la prend devant ses amis à elle (bon, ok, ils étaient dans la cuisine "en privé", mais quand même....Il était clair qu'ils allaient les surprendre à un moment ou à un autre !)....A ce propos j'ai aussi été choquée de lire que l'une des copines d'Alex est allée le dire aux parents de l'héroïne ! La honte !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! Et pour revenir à l'exhibitionnisme, bien évidemment, la scène bonus racontée du point de vue de Nathaniel, avec leurs copains (et le frère....PUTAIN !!! le frère de Nathaniel) qui jouent les voyeurs.....Ok, la scène est racontée d'une manière sensuelle et excitante, mais quand même, ils n'ont pas honte ensuite ? Putain, je n'arrive pas à comprendre comment on peut ensuite reprendre ses activités normalement face à des gens qui nous ont maté ouvertement ! Enfin des gens....Des amis et des membres de la famille ! Oh Putain !!!! C'est encore pire que si ça avait été des inconnus ! Putain, ce mec lui dit quand même que si elle ne cède pas à son fantasme, il ira un jour voir ailleurs....Et elle reste avec lui !!!!Bref, traitez-moi de prude mais franchement, je n'adhère pas du tout à ce genre de fantasmes ! Et le pire, c'est qu'apparemment, Alex a signé pour des années de vie comme cela.....Ca promet.....Et ça me dégoûte, finalement ! (et ça gâché ma lecture à partir du moment où j'ai compris que c'est Alex qui ferait des compromis et non Nathaniel qui renoncera à son vice)....Pour une fille qui se dit "timide", mouais.....C'est une blague ?!!!! PS : Je m'excuse pour le nombre de "putain" dans cette chronique....Pardon !

Pour conclure, il m'est difficile de vous dire que j'ai vraiment totalement apprécié ma lecture. Si la première partie du roman est passée comme une lettre à la Poste avec les affrontements habituels, les quiproquos, la tension sensuelle entre deux jeunes gens qui commencent à s'éprendre l'un de l'autre, j'ai rapidement déchanté en découvrant la perversion du héros vers le milieu du livre et la manière dont l'héroïne a cédé à ses vices.....Sans retour en arrière ni compromis possibles. Moi qui pensais lire une belle histoire d'amour, je me suis fourrée tête la première dans une histoire érotique assez perturbante qui m'oblige à vous dire que ce livre n'est franchement pas à mettre entre toutes les mains ! Si vous voulez connaitre la perversion de Nathaniel, je l'ai mise dans ma zone spoilers dans ma chronique et après, libre à vous de décider ou non de lire ce livre....Pour ma part, si j'avais connu la nature du "secret" de Nathaniel avant de commencer Une romance inattendue, j'aurais très certainement renoncé à lire ce livre, ce qui est certes dommage car franchement, l'univers du jeu vidéo en réseau dans lequel évoluent les personnages est plutôt fascinant (surtout pour moi qui n'y connait que dalle dans ce domaine !), mais en toute honnêteté, pour une grande romantique comme moi, ça ne passe pas mais pas du tout ce genre de retournement de situation (Christian Grey passe pour un ange, à mes yeux, par rapport à ce que Nathaniel ose "imposer" à Alex...). Cela dit je ne peux qu'admirer le courage de l'auteure S.C. Rose qui a eu le cran de sortir des sentiers battus mais pour cette fois, contrairement à son autre roman L'accord parfait, là, elle m'a vraiment un peu trop bousculée et déstabilisée (et je vous avouerai que j'ai horreur de ça ! Moi, je veux de l'amûûûûr dans les romances, pas de la perversion sexuelle !). 

Ma note : 15,50/20

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire