mercredi 23 juillet 2014

Séquestrée

Chevy Stevens
Editions L'archipel (2011)
Sortie originale 2010
335 pages

Synopsis :
Ce dimanche-là, Annie, agent immobilier de 32 ans, avait prévu de vendre une maison grâce à une journée portes ouvertes. Mais son dernier client, un homme qui prétend s'appeler David, la fait monter de force dans sa camionnette. Annie vient d'être enlevée. Son ravisseur l'emmène au cœur de la forêt et l'emprisonne dans une cabane. Son calvaire va commencer...


Happée par cette histoire, j'ai lu ce roman en quelques heures tellement j'avais besoin de connaître la fin le plus rapidement possible ! Entre temps, il y a quand même eu la nuit et je dois admettre que j'ai très mal dormi tellement j'étais bouleversée par ma lecture ! 

L'auteure, Chevy Stevens, nous plonge avec subtilité dans les souvenirs d'une jeune femme canadienne, Annie O'Sullivan, qui a été kidnappée par un fou furieux et qui est restée enfermée dans une cabane durant une année entière. 

Quand débute le roman, nous la retrouvons chez sa psy et les chapitres se découpent en autant de séances qu'elle va effectuer chez cette femme pour expliquer son calvaire et comprendre pourquoi cet homme s'en est pris à elle...

Annie a 32 ans, elle est brune aux cheveux courts, elle travaille comme agent immobilier, comme sa meilleure amie Christina. Elle a un petit ami, Luc, et une chienne golden retriever, Emma. Sa mère habite dans la même ville qu'elle, avec son mari Wayne

Annie a perdu son père quand elle avait 12 ans, dans un accident de voiture, qui lui a aussi arraché sa soeur aînée qui accompagnait son père ce jour là. 

Annie s'en est toujours voulu pour ce drame car c'est elle qui avait demandé à son père d'aller lui acheter de la glace....Si son père n'avait pas fait cette course, seraient-ils encore vivants aujourd'hui ?.....

Depuis ce fameux jour, rien n'a jamais été pareil, sa mère, qui est une femme extrêmement égocentrique s'est mise à boire et carbure à la vodka toute la journée. 

Les relations qu'Annie entretient avec sa mère sont très spéciales....Sa mère a un caractère dominateur, qui veut toujours être le centre des attentions, qui pense que c'est toujours elle qui souffre plus que les autres (quand on sait ce qu'a subit sa propre fille, cela me fait franchement rire...). Néanmoins, Annie trouve toujours des excuses à sa mère comme par exemple le comportement qu'elle a eu avec Emma, la chienne d'Annie, durant sa disparition :

"-Je suis certaine que maman ne voulait aucun mal à ma chienne. Si je l'accusais de l'avoir maltraitée, elle tomberait des nues. Elle n'aura jamais levé la main sur elle, mais elle ne lui aura prodigué aucun amour non plus, ce qui est aussi grave. Maman n'a jamais compris que le manque d'affection était une forme de maltraitance."

A chaque séance chez sa psy, on avance dans le récit d'Annie qui évoque son enlèvement, les conditions horribles avec lesquelles son kidnappeur l'a séquestrée, battue, violée....En plus de la violence physique, il y avait la violence psychologique qui, au fil des mois, ont transformé Annie en robot sans volonté propre. 

Il lui a imposé des rituels, comme par exemple aller aux WC un certain de nombre de fois par jours - la fois où elle a désobéit au règlement, il l'a frappée et obligée à boire l'eau des toilettes, (évidemment, elle n'a jamais recommencé).....Il lui imposait certaines nourritures, elle devait faire le ménage, la vaisselle d'une certaine manière et si ça ne lui plaisait pas, elle devait tout recommencer....Il la forçait à prendre un bain tous les jours, il la lavait lui-même, la rasait avec un long rasoir terrifiant.....

Tout était fait pour la casser psychologiquement, pour qu'elle ne se rebelle plus, qu'elle devienne sa chose. 

"-Je m'en voulais horriblement de tenir compte de l'opinion d'un déséquilibré. Mais, si quelqu'un vous affirme à tout bout de champ que le ciel est vert, vous finissez par vous demander si ce n'est pas vous qui êtes fou de croire qu'il est bleu".

D'ailleurs, après sa retour à la "vie normale", elle mettra de longs mois pour pouvoir dormir dans son lit sans se lever au cours de la nuit pour se cacher dans son placard, idem pour sa vessie qui ne lui obéissait plus et fonctionnait seulement aux heures "autorisées" par son kidnappeur, la même chose pour la nourriture etc....

La cabane n'avait pas de fenêtre, néanmoins, Annie a réussi à se faire astucieusement des repères temporels. Elle était donc consciente du temps qui passait et se demandait si des gens continuaient à la rechercher.....Lors de ses absences, son kidnappeur l'enfermait à clé et lui laissait un minimum de nourriture - quand il était de bon poil - sinon, elle ne buvait que de l'eau. Et quand il revenait, c'était toujours pour la casser un peu plus psychologiquement comme par exemple lui faire croire que son petit ami avait trouvé une autre femme, que sa mère et la police avaient cessé leurs recherches etc...

Quand il l'a kidnappée, cet homme lui a donné son prénom : David. Mais quand elle parle de lui à son psy et aux policiers, elle ne peut que l'appeler "le monstre".

Ce qui est étrange avec ce monstre, c'est qu'il connait certaines choses de la vie d'Annie, des détails sur son enfance etc....Elle ne comprend pas comment il peut savoir tout ça. De son côté, elle va réussir à le faire parler et va apprendre qu'il a été abandonné par sa mère car elle était trop jeune quand elle l'a eu, et qu'il a été ensuite adopté par une femme quand il avait 5 ans. Mais Annie a vite compris que cette femme, dont le mari était souvent en déplacement, avait un comportement bizarre et malsain avec le petit garçon et que c'est sans doute à cause d'elle qu'il est devenu ce monstre qui la terrorise maintenant et qui a des rituels si étranges....

"-Ce type là m'avait enlevé, Docteur. Il m'avait violé et frappée, je n'aurai jamais dû avoir pitié de lui, mais quand il m'a raconté toutes ces horreurs sur sa mère, et ça ne devait être que la partie émergée de l'iceberg, j'ai eu pitié de lui d'être tombé sur une mère tarée qui l'a transformé en taré de première".

Au bout d'une longue année, Annie arrivera à s'échapper. 

Elle aurait pu rester longtemps dans cette situation de captive docile et sans volonté mais des événements tragiques vont s'ajouter à sa vie quotidienne et monotone de prisonnière....et ensuite des phrases prononcées par le monstre vont la pousser à se rebeller et à enfin trouver la force d'en finir avec ce cauchemar.

Le monstre est mort, mais le calvaire n'est pas terminé. Il y a son retour à la civilisation. Les premiers flics à qui elle va donner son identité sont des abrutis finis, j'en avais la rage pour elle !

"-Dites-moi si je me trompe. Vous essayez de nous dire que le type en question vous a choisie par hasard ?
-Je n'essaie rien du tout, je vous dis simplement que je ne sais pas pourquoi il m'a choisie.
-Si vous voulez que nous puissions vous aider, Annie, il faut nous dire la vérité.
Il s'est carré sur sa chaise en croisant les bras.
D'un geste, j'ai envoyé valdinguer leurs saloperies de blocs et de mugs de café. Je me suis levée comme un diable sortant d'une boîte et je leur ai hurlé dessus en m'appuyant des deux mains sur la table.
-Je vous DIS la vérité, bordel de merde !
Ils me regardaient avec des yeux effarés. Pepper s'es repris le premier en mettant les mains en avant.
-Doucement ! Pas la peine de vous énerver...
J'ai renversé la table et ils se sont rués sur la porte en se protégeant la tête pendant que je criais de plus belle.
-Je ne dirai pas un mot de plus tant que j'aurai affaire à des flics de carnaval !"

Mais après, elle va faire la connaissance de Gary, qui est le chef de la brigade de police de sa ville natale et qui va enfin, au cours de longs mois, l'aider à trouver le pourquoi du comment de toute cette histoire.....

Il ne faut pas oublier que lorsque Annie retrouve les siens, c'est une femme brisée qui n'a plus rien à voir avec celle qu'elle était un an auparavant. Sa réadaptation va être difficile surtout qu'elle est, en plus, harcelée par les médias attirés par son histoire extraordinaire (dans le sens le plus glauque du terme)....

"-Quand je suis rentrée, j'ai bêtement pensé que les journalistes allaient me foutre la paix si je donnais une conférence de presse. Tu parles. La première fois, un type chauve a brandi une bible en chantonnant : "Tu ne tueras point. Tu iras en enfer. Tu ne tueras point. Tu iras en enfer". Les gens qui étaient là en ont tous été muets, tandis qu'on emmenait le type de force, et puis les regards se sont à nouveau tournés vers moi. Les flashs crépitaient de tous les côtés et quelqu'un m'a poussé un micro sous le nez.
-Quelle est votre réaction à ce qui vient de vous être reproché, Annie ?"
Au fond de la pièce, le type qu'on emmenait de force continuait à chantonner sa ritournelle, et je me souviens d'avoir pensé : Pauvre con. J'y suis déjà, en enfer."


Alors, je ne peux pas en dire plus sur ce roman puisque l'atout principal des thrillers, ce sont leurs effets de surprise et la quête des coupables, néanmoins, je dois quand même préciser que je suis passée par une multitudes d'émotions en lisant ce livre, que ce soit la peur, la révolte, la tristesse, le dégoût, la colère, la stupeur et l'indignation....Beaucoup de sentiments négatifs qui m'ont perturbée (d'où ma nuit mouvementée, je suis très sensible, il faut dire, et je le suis encore plus depuis que je suis devenue mère....).

-"La nature humaine possède des ressources de malfaisance inépuisables".

Si vous aimez ce style d'histoire psychologique et sombre, il faut absolument lire "Séquestrée", c'est vraiment un excellent livre qui ne devrait pas vous laisser de marbre ! (surtout, à mon avis, si vous êtes une femme et que vous avez des enfants !).



Ma note : 18,5/20



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire