samedi 1 mars 2014

Mauvais genre

Chloé Cruchaudet
Editions Delcourt - 2013
160 pages


Synopsis :
Paul et Louise s'aiment, Paul et Louise se marient, mais la Première Guerre mondiale éclate et les sépare. Paul, qui veut à tout prix échapper à l'enfer des tranchées, devient déserteur et retrouve Louise à Paris. Il est sain et sauf, mais condamné à rester caché dans une chambre d'hôtel. Pour mettre fin à sa clandestinité, Paul imagine alors une solution : changer d'identité. Désormais il se fera appeler... Suzanne. Entre confusion des genres et traumatismes de guerre, le couple va alors connaître un destin hors norme.


La première fois que j'ai entendu parler de l'histoire singulière de Paul Grappe, c'était en juillet 2013, pendant mes vacances avec mon mari et mes enfants. Etant une lève-tôt, et ne voulant pas réveiller tout le monde avant l'heure, j'avais téléchargé en podcast de nombreuses émissions de radio que j'avais mis dans mon lecteur MP3 en vue de les écouter tranquillement le matin....Parmi elles, il y avait surtout le programme historique présenté tous les après-midis sur Europe 1 par le talentueux Franck Ferrand : "Au coeur de l'histoire".(car oui, j'adoooore l'histoire !!!!)

J'avoue, j'avais été scotchée par ce récit et j'y ai repensé beaucoup, longtemps après cette écoute....

Et cet automne, quelle ne fut pas ma surprise de voir la sortie de cette BD....La couverture avec cet homme de dos, coiffé à la garçonne, forcément, cela m'a tout de suite fait penser à Paul Grappe et effectivement, après quelques renseignements pris sur le net, BINGO ! 




C'était bien sa vie qui était relatée dans cette BD de Chloé Cruchaudet

Avant d'acquérir cette BD, j'ai lu une autre oeuvre de Chloé Cruchaudet, "Groenland Manhattan", également inspirée d'une histoire vraie, avec les inuits exposés comme dans animaux dans l'Amérique du début du XXème siècle...Je recommande aussi très fortement cette BD !

Pour revenir à Mauvais genre, l'histoire commence en 1929, par le procès de Louise, la femme de Paul puisqu'on apprend qu'elle l'a tué en lui tirant dessus. Beaucoup de gens assistent au procès car cette histoire est particulière de part la personnalité très complexe de la victime....Un homme qui se fait passer pour une femme pendant 10 ans, ce n'est pas courant ! 

Car si au début, se travestir était une nécessité pour Paul, pour échapper au peloton d'exécution destiné aux déserteurs de la grande guerre, on va vite comprendre que Paul enfin Suzanne - va prendre très rapidement goût à ses vêtements de femme et que sa perversité va s'étendre dans d'autres domaines....Tout ça mêlé à des traumatismes de guerre et des délires, sans parler des beuveries pour oublier les horreurs qu'il a vécues au front....



Alors, avant toute chose, je dois dire que l'histoire contée dans cette BD relate bien la vérité des faits sauf à certaines exceptions....Je vais commencer par les points négatifs de ma lecture, puisqu'ils ne sont pas très nombreux....

Un détail surtout m'a sauté aux yeux c'est que dans la BD, Louise est enceinte au moment du procès pour le "meurtre" de son mari....Hors, dans la réalité, Paul et Louise avaient un petit garçon de 2 ans et demi et c'est en partie pour le protéger que la vraie Louise va tirer sur Paul qui la battait et qui commençait aussi à s'en prendre à leur petit garçon....Ce petit bonhomme décédera d'ailleurs malheureusement 2 semaines après la mort de son père, d'un maladie (à cette époque, la mortalité infantile était grande...). Et c'est aussi pour ça que le tribunal sera aussi clément envers Louise, la pauvre a déjà assez souffert dans sa vie....

Et l'autre détail qui est différent de la vraie vie de Paul Grappe, c'est que déguisé en femme, il travaillera réellement dans le milieu de la couture, mais à domicile et non dans une usine comme c'est décrit dans la BD.....Voilà, à part ces deux éléments, je n'ai rien de négatif à dire !

Alors pour les points positifs, puisque nous sommes dans une BD et par définition, il y a les dessins, je tire mon chapeau à Chloé Cruchaudet pour la qualité de son tracé ! 



La partie dans les tranchées de la première guerre mondiale, notamment, est remarquable ! Elle ne nous passe aucun détail "dégueulasse", entre l'homme accroupi de dos, qui "chie" un colombin, les cadavres d'hommes ou de chevaux sur le champ de bataille et puis le compagnon de misère de Paul qui a perdu la tête (au sens propre comme au sens figuré...). Sans parler de la cruauté des gradés qui forcent les soldats à combattre....

Le dessin de Chloé Cruchaudet est en noir et blanc sauf pour quelques touches de couleur rouge sur certains détails bien choisis. J'ai trouvé l'idée très bonne même si ce n'est pas nouveau et qu'elle avait déjà été utilisée, notamment dans le film en noir et blanc de la Liste de Shindler, avec la petite fille en rouge....

Chloé Cruchaudet ne se censure dans aucun détails, que ce soit pour les horreurs de la guerre (pendant les batailles ou au retour des poilus totalement défigurés) que pour les perversions de partouzeurs du bois de Boulogne, (d'ailleurs, à ce propos, cette BD n'est pas à mettre entre toutes les mains...)..

Nous voyons aussi dans cette histoire la formation du couple Paul et Louise, leur séparation pour la guerre, leur retrouvaille, leurs disputes de plus en plus fréquentes, la transformation de Paul en femme, ses déviances, l'entraînement de Louise dans ses déviances, la déchéance de Paul après l'amnistie des déserteurs....C'est poignant, cette BD prend vraiment aux tripes ! Mais heureusement, il y a aussi beaucoup d'humour, des dialogues caustiques qui valent leur pesant d'or !!!!

Une chose est sûre, cette BD ne pourra pas vous laisser indifférent !

Alors oui, pour moi, cette BD est un coup de coeur. 

On arrive parfaitement à se plonger dans l'ambiance de cette époque de début de siècle, que ce soit pendant la guerre que dans les années 20 (Paul Grappe se déguisera en Suzanne pendant 10 ans, de 1915 à 1925...). C'est une époque où je n'aurais pas aimé vivre....Il faut ce genre d'oeuvre pour ne pas oublier ce qu'a été la première guerre mondiale et les dégats que cela a fait dans la population....Les hommes qui étaient envoyés au front étaient de véritables héros et ceux qui ont tenté de déserter n'étaient pas des lâches mais des hommes qui voulaient vivre, tout simplement....





Ma note : 18/20




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire