mercredi 5 février 2014

Captif du passé

Candice Proctor
2009 - Editions J'ai lu (aventures & passions)
Publication US 2001
379 pages 

Synopsis :

Après deux ans passés en Angleterre pour parfaire son éducation, Jessica Corbett regagne la Tasmanie. Sa famille possède, près de l'océan Pacifique, un vaste domaine entretenu par une domesticité essentiellement composée de forçats. L'avenir de Jessie semble tout tracé : depuis l'enfance, ses parents l'ont promise à Harrison Tate, l'un des hommes les plus fortunés de l'île. Une rencontre va bouleverser ces projets. D'origine irlandaise, Lucas Gallagher est arrivé en Tasmanie parmi un convoi de bagnards. Affecté au service des Corbett, il s'occupe des chevaux, en attendant l'occasion de s'évader. L'arrogance de ce rebelle irrite d'abord Jessie, mais la virilité de Lucas la trouble plus qu'elle ne veut le reconnaître. Par comparaison, Harrison semble soudain fade. Mais quel destin aurait-elle auprès de ce paria ?

Je dois dire que j’ai vécu un joli dépaysement avec ce roman qui raconte l’histoire d’amour « impossible » entre un bagnard irlandais et une jeune anglaise issue de la bourgeoisie, au milieu du XIXème siècle en Tasmanie.
Déjà, rien que le pays, la Tasmanie, ce n’est pas banal comme lieu géographique pour un roman ! Pour situer ce pays sur la carte, c’est une petite île au sud de l’Australie. Australie, qui, comme chacun sait, fut colonisée par les anglais et a servi pendant très longtemps de lieu de bagne pour les forçats britanniques (Comme la Guyanne pour les Français).



Le mérite de ce roman aura donc été, c'est une bonne chose, de piquer ma curiosité et grâce à la magie d’internet, j’ai pu faire un petit tour dans ce pays à l’aide de Google map (ça change des romans historiques qui se passent en Ecosse ou aux Etats-Unis)….Et aussi, Captif du passé, m’aura permis de me pencher un peu plus sur l’univers des bagnards, même si je savais déjà depuis longtemps que l’Australie (et la Tasmanie, par raccourci) était un ancien pays de forçats (merci au dessin animé « Georgie » qui a marqué mon enfance qui m’aura apporté cette petite pointe de culture générale…).



Le roman nous conte donc une histoire d’amour entre Jessica, une jeune anglaise, fille de propriétaires terriens en Tasmanie et Lucas Gallagher, un forçat qui travaille dans ce même domaine (les forçats, un peu comme des esclaves, étaient enfermés la nuit dans des baraques et la journée, ils devaient travailler sur les domaines où ils étaient affectés et obéir de ce fait au doigt et à l’œil aux propriétaires des lieuxLe moindre signe d’irrespect ou de désobéissance était puni par des coups de fouet ou pire encore...).
Quand l’histoire débute, Jessica, surnommée Jessie par ses proches, revient d’un séjour de 2 ans en Angleterre. Elle a maintenant 20 ans. C’est une jeune femme intelligente, passionnée par la spéléologie. A son retour en Tasmanie, elle retrouve son frère Warrick et sa mère Beatrice. Son père étant décédé 3 semaines après son départ en Angleterre, deux ans plus tôt.
On apprend aussi qu’elle et son frère sont les deux derniers enfants survivants de la fratrie (ils ont eu 2 frères et 2 sœurs aînés qui sont décédés tour à tour) et donc, forcément, il n’y a peu d’alternatives pour les deux jeunes gens : Warrick reprendra le domaine, en tant qu’héritier et elle, devra faire un mariage arrangé.
Jessie est promise depuis longtemps au fils des voisins, Harrison Tate, lui aussi héritier d’un grand domaine. Ce jeune homme anglais est amoureux de Jessie depuis ses 14 ans. C'est quelqu'un de très respectueux des convenances et des lois, et surtout de ce que les autres peuvent penser de lui. A vrai dire, il est très ennuyeux et rabat-joie... Et le frère de Jessie est lui aussi fiancé à la sœur d’Harrison, Philippa, une jeune femme discrète.
Si, pour Jessie, ce mariage de convenance lui convient parfaitement (à priori) car elle aime beaucoup Harrison, qu’elle décrit comme son meilleur ami, ce n’est pas le cas de Warrick, qui n’a pas du tout envie de se marier avec Philippa, surtout qu’avant lui, la jeune fille avait d’abord été promise successivement à ses deux frères aînés (avant qu’ils ne décèdent dans des circonstances assez dramatiques – l’un est mort noyé, et l’autre transpercé de flèches par des aborigènes).

Dès son retour au domaine, Jessie va très vite remarquer Lucas, le beau forçat irlandais, brun, bronzé et musclé (et distingué, malgré ses haillons). Etant doué avec les chevaux, il va être assigné comme palefrenier par Warrick et aura la tâche de dresser un cheval capricieux et fier qu’a acquiert la jeune femme quelques temps auparavant.
Au début, Lucas est assez irrespectueux et méprisant envers Jessie, qu’il considère comme une fille gâtée et hautaine mais évidemment, au fur et à mesure que les jours passent et après certaines circonstances, il va devoir admettre qu’il ressent des choses pour elle et qu’il est irrémédiablement attiré par elle !
Jessie, de son côté, va elle aussi comprendre qu’elle désire cet homme fier et racé comme elle n'a jamais désiré aucun autre homme. Il l'attire et la fascine.....



Il faut dire que ce n'est pas du tout le cas avec son fiancé Harisson, pour lequel elle ne ressent pas du tout d'attirance physique, c’est le moins que l’on puisse dire ! (quand celui-ci osera l’embrasser avec la langue, elle en sera même dégoûtée !). En même temps, comme elle le dira elle-même à sa mère, c'est difficile de grandir comme frères et soeurs pendant des années et ensuite, se retrouver époux....
Ce qui est bien avec Captif du passé, c’est que l’on suit aussi l’évolution du frère de Jessie, Warrick, et sa rencontre avec la sauvage et flamboyante Faine qui va lui montrer ce qu’est la passion mais aussi ce à quoi il aspire vraiment dans la vie et ce qu'il attend de l'amour....
Alors, sans avoir été un coup de cœur pour moi, cette lecture m’a tout de même énormément plue. Déjà par le dépaysement, mais aussi par les différentes histoires d’amour qui y sont traitées.
L’auteure a su nous conter également la dureté de ces temps et de ces lieux éloignés où la tragédie et la mort est très souvent présentes dans la vie des hommes. On réalise que la majorité des forçats ne sont pas forcément des criminels monstrueux et que parfois, ils n'ont été condamnés que pour avoir exprimé des opinions politiques à l'encontre du gouvernement anglais....

On apprend le passé de Lucas, les traumatismes par lesquels il est passé (un, notamment, était insoupçonnable vu sa nature fière et virile...)...

La morale de ce livre c'est sans doute qu'il ne faut pas s'oublier dans son devoir et dans les exigences des autres, et que la jeune et jolie Jessie a le droit de choisir son avenir de femme et ne pas se perdre dans un mariage arrangé qui ne lui aurait apporté que de la rancoeur. 

Elle ne doit pas aussi avoir honte de ses amitiés, notamment auprès de la mystérieuse Geneviève que tous les gens "convenables" ont mise à l'écart il y a des années de cela, en commençant par Beatrice, la mère de Jessie, qui est une femme particulièrement cruelle, au coeur desséché qui n'a jamais aimé son mari - puisqu'il lui avait été imposé - et qui a dû refouler son amour pour un autre homme. 

Cette femme, Mon Dieu....Cette femme, était tellement aigrie qu'elle voulait faire subir le même sort à son unique fille survivante, parce que c'est comme ça et que ce n'est pas autrement, seuls les mariages de convenance doivent exister pour fortifier les alliances entre propriétaires terriens....Sans oublier de rappeler régulièrement et avec cruauté à Jessie qu'elle aurait tellement préféré que ce soit elle qui meurt, plutôt que ses deux soeurs aînées....Quelle genre de femme peut dire cela à sa propre fille ????!!!!



Sinon, le seul bémol que je pourrais apporter à ce roman, s'il fallait en trouver un, c'est la fin qui est arrivée un peu trop rapidement à mon goût. En même temps, vu comment les évènements se sont succédés et la course contre la montre pour une question de vie ou de mort, il n'y avait pas trop de choix possible, finalement....

Et puis, j'aurai bien aimé avoir plus de développement sur l'avenir de Warrick, un personnage attachant et assez charismatique, comme sa soeur ! (même si, on se doute - à travers les lignes - que ça devrait aller pour lui et pour ses amours...).

Un livre à recommander pour les fans de romans d'amour impossible et de lutte entre les classes.....

Ma note : 16,5/20




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire