vendredi 1 novembre 2013

Paradise

ELKELES Simone 
Les Editions de la Martinière (2012)

Synopsis :
Un accident de voiture lie le destin de Maggie à celui de Caleb, le garçon qui l'a renversée. Malgré la culpabilité et la rancune, pourront-ils se reconstruire et se pardonner ? Condamné pour avoir renversé Maggie alors qu'il conduisait en état d'ivresse, Caleb Becker rentre chez lui, à Paradise, après avoir purgé sa peine. Quant à Maggie, elle sort tout juste de l'hopital, où elle vient de subir une longue rééducation. Les deux jeunes gens veulent s'éviter mais Paradise est une toute petite ville. C'est plus fort qu'eux : le destin les a réunis et, petit à petit, leur amitié naissante se transforme en romance. C'est sans compter sur l'ex petite amie de Caleb, qui n'a pas l'intention de laisser le garçon lui échapper...

J'ai découvert l'auteure, Simone Elkeles, avec "Irrésistible alchimie". J'avais beaucoup aimé son style d'écriture, la façon qu'elle avait de raconter la naissance d'histoires d'amour entre adolescents. Avec Paradise, je ne suis pas déçue. Un cran au-dessus, à mon avis, que Irrésistible alchimie, certainement pour l'originalité de l'histoire d'amour (la victime d'un accident de voiture amoureuse de celui qui l'a renversée).

Nous sommes donc à Paradise, une petite ville des Etats-Unis. 

Maggie, qui va entamer sa dernière année de lycée, se remet peu à peu de son accident survenu l'année précédente (elle a été percutée par une voiture), à coup d'opérations douloureuses, de soins de rééducations. Ancienne joueuse de tennis dans son club au lycée, elle a renoncé au sport. Dorénavant, sa vie ne sera plus la même. Elle boite, c'est irréversible, et elle aura toujours cette affreuse cicatrice à la jambe. 

Caleb a le même âge que Maggie, mieux, il est le frère jumeau de la meilleure amie de Maggie, Leah. Ils sont voisins. Ils ont grandi ensemble. Caleb a renversé Maggie un soir alors qu'il avait bu de l'alcool, et pour couronner le tout, il s'est enfui de la scène de l'accident. Il a pris un an dans un centre de redressement pour mineurs. Le voici de retour à Paradise. Pour lui aussi, c'est la rentrée en dernière année de lycée.

Alors, pourquoi j'ai autant aimé ce livre : Ah ah ! Et ben parce que l'histoire d'amour n'est pas banale. Mesdemoiselles, Mesdames, comment peut-on tomber amoureuse de la personne qui vous a estropiée à vie, qui vous a gâché votre début de carrière sportive prometteuse ?  Et bah déjà, parce que la personne qui vous a renversée n'est autre que le garçon dont vous avez toujours été secrètement amoureuse. (c'est aussi con que ça !)


Et oui, car Maggie ne le cache pas, elle nous explique très rapidement qu'elle a toujours eu un faible pour Caleb, le frère jumeau de sa meilleure amie. Mais lui, il n'a jamais fait attention à elle, il l'a toujours considérée comme une simple amie. D'ailleurs, il a toujours eu beaucoup de succès auprès des filles et sa dernière petite amie en date, Kendra, est canon et peu farouche, la coquine !

Seulement voilà, en revenant à Paradise après une année passée en maison de redressement, qui équivaut, faut pas se leurrer, à de la taule pour les mineurs, Caleb n'est pas le bienvenu. Il a le mauvais rôle, celui du lâche qui n'a pas assumé sa faute (il s'est enfuit de la scène de l'accident, il ne faut pas l'oublier). Les parents de Caleb sont des gens respectables. Tout est dans l'apparence. C'est la mère qui porte le pantalon dans le couple (Caleb dira d'ailleurs de son père qu'il devrait se "greffer des couilles"). Ils n'assument pas d'avoir un fils ex-délinquant. La soeur de Caleb, Leah, s'est transformé en gothique durant son année d'absence. Elle est constamment habillée en noir, n'a plus de vie sociale, reste cloîtrée dans sa chambre - Et, n'a jamais reparlé à Maggie depuis l'accident...

Du côté de Maggie, ses parents sont divorcés, sa mère fait tout pour reconstituer un environnement agréable pour sa fille unique (son père vit à des centaines de kms, il a refait sa vie, il a l'air de s'en ficher un peu d'elle). La mère de Maggie ne se rend même pas compte que les autres filles qui étaient amies avec sa fille l'ont peu à peu mise à l'écart. Pourtant, C'est grâce à sa mère que Maggie va faire des rencontres importantes, notamment Mme Reynolds, la mère du patron de la mère de Maggie (vous me suivez ?).

Le hasard fait bien les choses, Caleb va aussi côtoyer Mme Reynolds (par la force des choses au début) et évidemment, à un moment donné, Caleb et Maggie vont finir par s'expliquer, dire ce qu'ils ont sur le coeur....Car même si Caleb a été le coup de coeur de Maggie avant son accident, depuis, elle s'est mise à la détester, ou tout du moins, elle cherche à s'en convaincre elle-même....Mais comme on dit, la haine et l'amour sont des sentiments très proches et pour continuer dans les grandes phrases (allez, je me lâche) : le contraire de l'amour, ce n'est pas la haine, mais l'indifférence.....Et Maggie n'est pas du tout indifférente à Caleb ! Nan nan nan ! Et lui, bah il va succomber aussi au charme de notre petit bout de femme blessée et meurtrie


Comme pour Irrésistible alchimie, les tomes donnent la parole successivement à Maggie puis à Caleb tout au long du récit, ce qui permet de comprendre leurs deux points de vue.

Comme Irrésistible alchimie, on assiste à un amour impossible - les personnages se mettent des barrières, des obstacles, se disent que non, il ne faut pas tomber amoureux de l'autre, c'est mal, ça ne se fait pas.....Pourtant, ils succombent, puis se rétractent, puis.....Ah ah ! IL FAUT LIRE LE LIVRE !

Comme Irrésistible alchimie, le héros est beau gosse. Il a été obligé de côtoyer des gens peu fréquentables au centre de redressement. Il s'est endurci. Un vrai mâle. En plus, pour ne rien gâcher,  il a pris du muscle là-bas, pour protéger ses arrières (et son derrière).



Paradise a une fin ouverte alors forcément, ça annonce une suite, "Retour à Paradise" (Ca va, ils ne se sont pas foulé pour le titre...).

Alors, pour moi, c'est un gros coup de coeur. Paradise est un livre à lire obligatoirement si vous aimez les belles histoires où l'amour triomphe toujours (ou presque).




Ma note : 18/20



Si vous aimez ce livre, vous aimerez peut-être :


  




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire